Spectacles à la Havane

lizt alfonso

Sortir à la Havane

Pour qui cherche à occuper ses soirées, la Havane offre une multitude de spectacles, pour la plupart très abordables.

lizt

St tenir informé

La cartelera (programme) havanaise est très fournie, pas toujours facile à connaitre mais très fournie. On ne peut pas dire que les français soient sur le pont pour communiquer la moindre information. L’ambassade poussant le professionnalisme jusqu’à ne pas communiquer sur les activités en français avec la communauté française extérieure aux bâtiments consulaires.

Il reste donc le bouche à oreille, aléatoire, la lecture régulière de Granma, ou le programme émis par l’ambassade d’Espagne, pour le coup très pro ou par les bénévoles de Donde y Cuando (sur papier et par abonnement uniquement mais très précieux)

http://www.lapapeleta.cult.cu/actividad/octubre/17

http://www.granma.cu/cultura

On peut encore faire le pied de grue devant les différentes salles de spectacle. Car les festivals abondent à la Havane et la programmation peut être surprenante : les classiques semaines du cinéma suédois ou javanais alternent avec le plus original festival de films sur ou à propos de Shakespeare.

La Danse, grande gagnante des spectacles havanais

Le festival de danse classique ou contemporaine présente des troupes reconnues internationalement comme la compagnie Alicia Alonso. On peut aussi admirer des formations plus modestes comme celle des étudiants de l’école d’art (ISA). Le mieux est encore la compagnie du grand danseur Carlos Acosta et l’excellente troupe Lizt Alfonso. Peu connue en France, la formation a été fondée en 1991 par la danseuse éponyme, et est est très populaire ici et en Amérique du Sud. La danseuse espagnole Irene Rodriguez a monté son école sur le Malecon et offreégalement des spectacles de flamenco. https://www.irenerodriguezcompania.com/?page_id=170

Celle-ci a été popularisée notamment par le clip Bailando d’Enrique Iglesias. Elle fait montre d’une qualité exceptionnelle alliant le ballet classique et contemporain, les danses folkloriques le tout mâtiné de flamenco et bien sûr de danses cubaines, sous l’appellation danse fusion.  Un orchestre de qualité accompagne chaque spectacle en live. Scénographie, chorégraphie, qualité des danseurs, rythme, tout y est d’un remarquable professionnalisme, digne des ballets russes. Sans aucune comparaison avec les tristes spectacles folkloriques pour touristes blasés….. A consommer sans modération.

http://www.acostadanza.com/en

http://liztalfonso.com/

lizt-alfonso

Concerts, cinéma et théatre

  1. La scène théatrale peut surprendre à la Havane. La majorité des théâtres sont de petites dimensions et disposent de budgets minuscules. La plupart des théatres n’ont d’intérêt que le spectacle mais le Mella est un modèle Art déco, alors que le théâtre Marti est un joyau néoclassique. En général, tous offrent des créations très locales ou des adaptations encores plus locales Cartelera Teatral: Qué Ver en La Habana esta semana | CubaIntensa
  2. Pour les concerts, l’église St Francois d’Assise quasi tous les samedis à 18h plus la foultitude de représentations vers 19/20h l’orchestre symphonique se produit au Théatre National, Place de la Révolution. Il faut aussi vérifier les programmations du Musée des Beaux Arts qui dispose d’un auditorium. La cathédrale voit se produire aussi quelques concerts. L’église St Philippe Neri, siège du Mozarteum, peut également révéler des surprises. Tout comme les ambassades.
  3. Pour de la variété, le Karl Marx est certainement le lieu le plus indiqué. A moins que vous ne préfériez le Don Cangrejo plus interlope et jeune. Quant aux amateurs de jazz, on ne peut que leur conseiller la zorra y el cuervo sur la Rampa. L’ambiance du bar élégant du Riviera sur le Malecon peut aussi séduire.
  4. Pour les amoureux du 7e art, la programation est loin d’être ridicule. A condition d’etre un peu patient, on peut voir de très bons films dans les différentes salles du Vedado cubacine | El Portal del ICAIC www.cubacine.cult.cu
Le Théatre national

Bristol, la ville où il fait bon vivre…

lapin

Changement de destination, je reviens en Europe et plus précisément à Bristol, au Royaume-Uni.

Avec le Brexit, le Royaume-Uni est devenu le pays dont on parle sans arrêt. Alors pourquoi ne pas en profiter pour le visiter ? Et pas forcément les lieux les plus connus, déjà vus et revus. Pourquoi toujours se contenter de Londres, Edinburgh et Oxford ?? La campagne anglaise mérite qu’on s’y aventure et l’Ouest du pays abonde en adorables villes.

Une ville où il fait bon vivre…

Parmi celles-ci je vous propose aujourd’hui de découvrir Bristol, classée au premier rang des cités où il fait bon vivre chez nos voisins d’outre-Manche. A commencer par son climat. Certes vu de France la douceur anglaise ne fait pas rêver, mais il semblerait que les vents atlantiques repoussent suffisamment les nuages pour que les pluies ne s’y attardent pas trop….

 Quoiqu’il en soit, les habitants font tout pour montrer que la ville jouit d’un climat doux, il se baladent à demi-nus et s’attardent aux terrasses des nombreux cafés. Ils se prélassent dans les superbes parcs, autour de l’université, la 4eme du pays, près du spectaculaire Pont suspendu de Clifton, ou sur les immenses pelouses des Propriétés maintenues et entretenues aux abords de la ville, comme Ashton Court, Arno, Blaise Castle. Car Bristol est une ville qui se découvre à pied puisqu’on peut y marcher longuement le long du fleuve (le même Avon qui baigne Stratford la cité de Shakespeare), voire suivre les sentiers forestiers qui dévalent Paradise Bottom pour ne citer que le chemin le plus incitateur… .

Le relief omniprésent individualise les quartiers, entre la colline chic de Clifton, la plaine de Cabot circus, immense centre commercial ultramoderne, le port toujours industrieux et enrichi de petits cafés et boutiques tendance, la zone en chantier de Temple Meads, la gare victorienne qui rappelle la période industrielle ou encore le quartier populaire de Stoke Crofts.

La ville de Banksy

La popularité de ce dernier s’est envolée ces derniers temps grâce à un de ses enfants devenu mondialement célèbre : Banksy. Car une des grandes richesses artistiques de la ville se découvre aujourd’hui sur les murs des maisons abandonnées, dans les quartiers les plus défavorisés. Portraits plus grands que nature, manifestes incitant à la rébellion, images tout droit sorties des mangas, c’est tout un monde coloré, animé qui insuffle aux murs une énergie nouvelle.

La culture est ici populaire, ouverte à tous et à tous les vents, disponible mais aussi éphémère puisque le street art est soumis aux intempéries mais aussi aux dégradations humaines. On n’est ainsi jamais tout à fait sûr d’une sortie à l’autre des trouvailles que les murs nous réservent…

Pour couronner l’exploration, la ville n’a rien à envier au reste du pays pour ses pubs, ses cafés tous plus inventifs les uns que les autres, ses boutiques sans lesquelles une ville ne saurait être anglaise. Elle constitue un point de départ idéal pour explorer les jolies régions alentours : Mendips, Cornouailles, Pays de Galles…

Alors n’hésitez pas, avant d’être contraints au passeport ou au visa, venez profiter de nos voisins d’outre-manche !!!

Déménager à la Havane

cubademenagement

Vous envisagez de déménager à la Havane? Dans ce cas, deux cas de figure s’offrent à vous.

https://www.expat.com/es/guia/america-central/cuba/

Premier cas : vous avez un contrat de travail restrictif

Celui-ci vous impose de passer par une agence (Inmobiliaria). Dans ce cas il vous suffit d’aller voir ces  agences et de vous laisser montrer ce qu’elles ont en stock en fonction de ce que vous permet votre statut .

La majorité des diplomates ont droit à des maisons privées (casas particulares), beaucoup d’entreprises sont liées à des immeubles…il ne vous restera qu à choisir ce qui présente le moins mauvais rapport qualité/ prix/ bruit/ état. N’oubliez pas de vérifier l’entourage qui à Cuba peut vous donner envie de fuir la plus belle demeure. Inspectez également attentivement la maintenance, le groupe électrogène, le système d’adduction d’eau, la sécurité, l’accès. En effet, quand il pleut, les routes peuvent etre bloquées….

Voici les inmobiliaria les plus importantes =

Si en plus, vous dépendez d’une entreprise, vous disposerez de peu de choix mais d’un certain confort à vous faire prendre en charge. Un appartement même s’il est imposé n’est pas forcément une mauvaise option. En fait, la plupart du temps, cela résoudra  les problèmes de gardiennage, jardin et piscine la plupart du temps….

2ème cas  Vous etes libres comme l’air

Vous avez la vie pour trouver le logement de vos rêves. A l’achat, à la location tout peut ou pourrait exister alors bonne chasse…

Pour les questions matérielles, il est facile de trouver des camionettes et des gros bras mais mieux vaut conditionner vous-mêmes….d’ailleurs la camionette peut vous surprendre tout comme l’état des maisons que vous visiterez.

Si vous arrivez d’Europe ou du Canada, il faut vous préparer psychologiquement, que dis je vous conditionner au lieu où vous vous apprêtez  à débarquer. Je vous recommande de ne rien apporter de valeur et si possible des objets/ meubles que vous laisserez en partant. Tout se vend, s’échange…des groupes whatsapp et facebook vous aideront à vous intaller, comme Havanamix ou Havana listings

Par ailleurs, ne recherchez pas le confort européen, les fenêtres ne sont pas forcément équipées de vitres, les clims peuvent être bruyantes, goutter. Les installations sont souvent vétustes, les peintures hallucinogènes.

La majorité des étrangers déplore les invasions d’insectes (moustiques cafards fourmis), l’humidité….

Partez donc préparés et équipés. N’oubliez pas que l’on trouve très peu de choses a Cuba, donc si vous n’aimez pas les fleufleurs prenez vos draps, serviettes voire couvre-lit, il peut faire une petite fraicheur l’hiver. Apportez vos oreillers, tous vos produits de beauté .

Attention au petit électro ménager. En général on utilise du 110 à Cuba sauf dans certains immeubles…je conseille toujours de prendre de la décoration plate, images et photos, tissus pour relooker votre intérieur, bougies et senteurs pour lutter contre les odeurs tropicales… n’oubliez pas en préparant votre déménagement ou vos malles que le voyage de vos effets peut durer longtemps, très longtemps qu il vous faudra dédouaner, vérifier la casse éventuelle et les potentielles disparitions et sortir tout cela du port apres un entreposage parfois aléatoire…..les effets périssables, précieux, fragiles ne sont donc pas tout à fait conseillés… d’autant que le climat humide et chaud n’est pas toujours compatible avec nos objets européens…

Ceci étant, bon courage à ceux qui désirent s’expatrier en terre tropicale. Et surtout n’attendez rien ni de l’Ambassade ni d’un quelconque accueil Français.

Se nourrir en tant que Francais à la Havane

IMG

Se nourrir en tant que Fraçais à la Havane pose une épineuse question. Où trouver ce qui nous paraît si naturel à nous hexagonaux? Le pain, les pommes de terre, les yaourts, la viande de boeuf sont difficiles à acquérir. Et je ne parle pas de luxe comme le fromage ou le chocolat.

Difficultés d’approvisionnement

Malgré les jolies photos, et les progrès qu’a fait le pays, se nourrir à Cuba en tant que Français, hors hôtels et lieux touristiques, n’est pas une sinécure.. Certes dans la capitale, les restaurants et les boutiques d’alimentation se multiplient. Pour autant les pénuries sont récurrentes. Et si vous n’êtes pas un adepte du riz/ haricots rouges/ grattons de porc à tous les repas alors voici quelques tips pour survivre…. J’avais  d’ailleurs déjà abordé de loin le sujet dans mon article : https://visitesfabienne.org/wordpress/sinstaller/

Tout d’abord s’armer de patience. Si vous êtes dotés d’un grand sens de la dérision, d’une impassibilité olympienne vous êtes avantagés sur le long terme. Sinon, il va falloir faire fi des mauvaises habitudes d’occidentaux consuméristes trop gâtés. Cette patience indispensable vous permettra d’affronter les étalages et magasins vides ou redondants. Elle vous facilitera  les longues très longues queues dans les rares négoces approvisionnés. Elle vous fera supporter  la course relais d’une boutique à l’autre pour trouver d’autres denrées qui vous sembleraient de base partout ailleurs. Néanmoins, depuis quelques temps la chaine Spar (sur la 5a face au cirque et un autre magasin près de la FAC) et l’ouverture des Zona+ (28 e 5 y 7 à Miramar et 70 y 7B) redonne de l’espoir….

Quelques conseils

– Etre véhiculé ou avoir un moyen de substitution, si vous ne trouvez pas dans la première boutique ni dans la 2nde il va peut-être falloir aller très loin très très loin ou vous passer du produit…ou finir au restau qui dispose d’autres réseaux d’approvisionnement…

-Etre armé de sacs dès que ou vous vous promenez dans l’hypothèse où vous pourriez tomber en face d’un produit introuvable. Je parle ici de pomme de terre ou pomme voire lait à la boutique de l’aéroport (épisode vécu) ou au club de sport. Et donc être muni de la double monnaie peso et cuc au cas où également…

-Connaitre les gens qui connaissent les gens…ne pas sous-estimer le bouche à oreille, les réseaux sociaux, sans pour autant tout accepter, certains abusant du système.

-Ne pas hésiter à essayer tout nouveau magasin sans pour autant laisser tomber les marchés locaux agromercado . Il y en a partout. Les plus connus des étrangers dans le Vedado 19 et B et Miramar 42 etn19, mais aussi sur la 25 qui mène sur la route de Pinard el Rio. Ne pas négliger non plus les petits vendeurs ambulants- Les adresses de la capitale sont recensées et à jour sur le site.              http://www.casasparticulares.net/dondecomp.php

-Ne pas sous-estimer les boutiques d’hôtel et surtout les stations-services parfois étonnantes.

Et surtout

Surtout, il convient de changer ses habitudes alimentaires. Rien n’est jamais acquis ni nécessaire. Tout ce qui n’est pas riz, cracker, mayonnaise et haricots rouges est un luxe superflu dont on doit pouvoir se passer. Tout le reste est cadeau. Ne pas oublier que les denrées ne poussent pas sous vide, que les betteraves se cuisent par exemple, que les fruits et légumes sont par essence saisonniers. On redécouvre qu’il est normal que l’été et l’hiver n’offrent pas les mêmes achalandages.

Il faut surtout prévoir qu’en raison de la chaleur, les marchés sont quasi-vides l’été (mangues et avocats uniquement). D’où l’importance de revenir aux techniques de conservation maison ( congélation, fabrication de pain, yaourts, confitures…). Pour l’expatrié il convient d’apporter son matériel de campagne (mixer, yaourtière…),. Pour le touriste de passage qui aurait oublié d’amener sa marque de biscuits préférés, cela nécessite un peu d’adaptabilité.

Voyager seule à Cuba

Taxi e

Cuba n’est pas le pays le plus simple, ni à vivre, ni à découvrir. Il est encore plus compliqué de voyager seule à Cuba.

Se loger

A moins que vous ne disposiez d’un guide qui vient d’être publié, il sera déja dépassé lorsque vous arriverez à Cuba du fait du développement continu du tourisme. Les prix notamment risquent d’avoir augmenté. Les restaurants peuvent avoir changé de propriétaire ou fermé. Les casas risquent d’être pleines et les taxis en surchauffe.

Une fois arrivé dans votre premiére casa (hébergement chez l’habitant), vous pouvez demander au propriétaire de vous arranger un taxi “collectivo” jusqu’à la destination suivante.  Vous pouvez aussi réserver la casa suivante  depuis la première casa et ainsi de suite … Avec ce système de réservations en chaine, le taxi vous amènera directement devant la casa réservée. La qualité de la voiture et de l’hébergement est très variable mais il faut considérer les mauvaises surprises comme des joies de la découverte.

Se déplacer

Pendant que j’écris ce papier, les bus Viazul et taxis collectifs représentent ce que les touristes indépendants utilisent le plus mais tout peut évoluer très vite.   Le mieux consiste à se renseigner à chaque arrêt des possibilités. Ce peut être auprès des autres voyageurs, propriétaires de casas ou au bureau local de l’agence officielle (Cubatur, Gaviota, Cubanacan…). Pour autant, le moyen de transport le plus économique pour des individuels reste le bus Viazul. C’est aussi le plus long. Il vaut mieux réserver en avance sur internet.

Dans mon cas, ils ont toujours été pleins quand j’ai essayé de réserver une place avant le voyage, que je tente par internet ou directement. J’ai finalement décidé de me rendre au terminal Viazul 30mn avant le départ dans l’espoir que des voyageurs aient annulé. Ce qui a fonctionné mais je ne garantie pas le résultat en haute saison.

https://www.viazul.com/

Quelques conseils généraux

Pour les casas particulares pour sensiblement le même prix, vous pouvez tomber sur tout type de maisons et de confort. Le petit déjeuner coute 5 Cuc et est généralement copieux  (oeufs, fruits, pain, fromage, café…) Il ne faut pas oublier que dans une casa vous partagez la maison de vos hôtes et que chaque séjour est une expérience unique.

Ne perdez pas de temps à appeler les casa indiquées dans vos guides depuis Cuba, elles seront souvent déjà réservées. En revanche, vous pouvez leur demander des adresses. Vous pouvez également vous renseigner auprès des autres voyageurs. C’est toujours un bon moyen de connaitre les bons plans. Sinon vous pouvez vous balader et demander s’il y a une chambre disponible quand vous voyez le logo bleu officiel..

Ce voyage à Cuba m’a rappelé mes voyages sac au dos en Asie il y a quelques décennies : peu ou pas de carte de paiement, de longues queues pour téléphoner ou changer de l’argent, beaucoup de maisons d’hôtes, une sécurité générale, quelques petites entreprises et initiatives individuelles balbutiantes pour répondre à la demande croissante des touristes…et surtout pas d’internet….

Les difficultés pour se connecter

Ce n’est pas tout à fait exact comme en témoigne le nombre de jeunes touristes l’oeil rivé à leur téléphone portable pour s’orienter. Comment cela est -il possible alors que les Cubains ne disposent pas d’accès internet. D’autant que celui ci est très limité dans l’ensemble du pays ? La réponse est la carte ETECSA qui s’utilise dans les hotspots récemment ouverts sur les places et parcs des villes. Cette carte permet 1h de connection. Elle s’achète dans les bureaux ETECSA (la version cubaine des Telecom) ou dans les hotels (avec un prix souvent majoré).

Pour localiser un hotspot, il suffit de voir un groupe de gens, cubains ou étrangers, assis sur des bancs ou les trottoirs parlant ou écrivant sur leurs portables. Certains guides papiers, imprimés après octobre 2016 signalent certains hotspots mais  ces guides sont déja dépassés  lorsqu’ils paraissent. Quant au portable lui-même, vous pouvez utiliser le vôtre (et pourquoi ne pas réactiver un vieux Nokia ?). Il vous suffira de payer pour activer votre téléphone et d’acheter un crédit de consommation grâce à une carte ou directement à un guichet ETECSA. Je vous le conseille tout particulièrement si vous passez des appels ou des messages localement pour réserver des casas ou des taxis par exemple. En effet, personne ne vous répondra sur un téléphone non cubain.

Pour un accès internet, il vaut mieux faire la queue tôt le matin chez ETECSA dès votre arrivée à Cuba. Vous pouvez alors charger suffisament votre téléphone pour l’ensemble de votre séjour à moins que vous ne vouliez refaire la queue régulièrement. Beaucoup de voyageurs préfèrent néanmoins voguer au gré du vent et ne pas se connecter du tout.

Merci à mon amie Catherine pour son témoignage (Décembre 2016)

Sola in Cuba

Casa logo e

Independent traveling like it used to be…

Unless your guidebook has been published a few months prior to your departure to Cuba, it will already be outdated in terms of practical advice, overtaken by the continually evolving touristic landscape of the island, including prices. The easing of government regulation in 2011 has led to an abundance of casa particulares and the availability of bus and taxi transportation throughout the country.

From casa to casa

Once you have your first casa, you can ask the owner to help arrange a taxi “collectivo” to your next destination.  A casa can also be booked for you and the taxi will drive you directly there.   The type of car and accommodation can vary greatly and is part of the joy of surprises.   At the time of writing, Viazul buses and this form of collective transportation are what independent tourists use the most but things evolve continually and differently throughout the country.  It is best to enquire at each place of stay on the existing options from other travellers, casa owners and the local office of sate-run tourist agencies (Cubatur, Gaviota, Cubanacan…).  The cheapest but longest way to travel solo is still by Viazul coaches which need to be booked in advance via internet.  They were always full when I tried to get a seat a day before travelling either by internet or directly at the terminal. So I decided to just go there about 30 minutes before departure in the hope of cancelations or no show-ups (this worked for me but then it was not high-season yet).

Regarding the casa particulares, for roughly the same price of CUC25-30, you can get all types of houses and degrees of comfort.  Breakfasts cost CUC5 and are generally quite filling.  The key to remember is that you are sharing people’s homes and this provides a unique experience each time.  Do not bother calling the casas figuring in your guidebook while in Cuba as these will already have been reserved  in advance but you can ask them for recommendations. Enquiring among fellow travellers for their tips is also a great way to learn about the latest good value for money. Or just simply walk around and ask for availability at any house featuring the official blue logo.

Sola in Cuba

Travelling in Cuba reminded me nostalgically of my backpacking days throughout South East Asia a few decades ago : cash only tourism with few credit cards, long lines for telecom and money changing services, an abundance of guesthouses, general safety,  emerging private businesses and initiatives to meet the growing tourist market…and most importantly no internet.

Well this is not quite true as demonstrated by the number of young tourists with eyes glued to their mobile phones, following directions to the monument they want to visit or to find recommended accommodation.  How is this possible when there is no internet in the casas and very limited access elsewhere? The most recent answer is the ETECSA internet card that can be used at the wifi “hotspots” recently set up in main towns around the country.  The Target de Navigation card offers an hour of internet access and can be purchased at ETECSA offices (Cuban telecommunication company).  To locate a hotspot, look out for groups of people, Cubans and foreigners alike, sitting down on benches and pavements talking or writing away on their mobiles – often in a square or a park.  Some guidebooks printed after October 2016 have started indicating hotspots on their maps but this will most probably soon be out of date.

http://www.etecsa.cu/

As for mobiles, you can use your own (why not take an old Nokia) – you’ll have to pay an activating fee and then upload credits with a card or directly at an ETECSA office.  This is useful to make calls or text in-country such as to check on availability and book a casa or a taxi; you will only get a reply if you use a Cuban phone, probably by text.  If you want phone or internet access, it is recommended to line up early at the ETECSA office of your first port of call and get enough credit for the duration of your stay unless you want to line up again elsewhere.  Otherwise, many travellers choose to go with the flow and enjoy staying totally disconnected. “It’s so wonderful not being at all connected during three whole weeks” exclaims a Danish tourist I meet – a comment I heard many times from travellers.

As I was trying out my luck at the Viazul terminal in Varadero for the last leg of my trip back to Havana, I felt that wonderful sensation of freedom from my backpacking days – a feeling I have had throughout my journey sola in Cuba.

My friend Catherine (December 2016)

Apprendre l’espagnol à l’Université

hablas espanol e

Apprendre l’espagnol s’impose à Cuba. Car même si de plus en plus de cubains parlent anglais dans les lieux touristiques, ils ne sont pas toujours compréhensibles …Par ailleurs, il est dommage de passer à coté d’un peuple chaleureux. D’autant qu’apprendre l’espagnol n’est pas insurmontable pour un francophone. …Enfin fréquenter l’Université est une expérience des plus intéressantes.

Apprendre l’Espagnol

Evidemment on peut venir avec son petit dictionnaire et préférer l’anticipation ou l’autoapprentissage. Dans ce cas, on a l’embarras du choix entre duolingo, les cours du CNED, et moult ressources en ligne.

On peut aussi, de manière classique, prendre des cours privés. On, dans ce cas,  a le choix ou non de prendre l’option de les faire valider par un examen de l’Institut Cervantes. Celui-ci est reconnu dans le monde entier selon le cadre européen de référence, les niveaux allant de A1 (débutant) à C2 (bilinguisme total).

S’inscrire à l’Université

universitad

Néanmoins, La formule la plus exotique et locale est de s’inscrire a l’Université de la Havane. Elle propose en effet tout un panel de formules de 1 semaine à 1 an. Pour vous inscrire je vous déconseille de vous déplacer. En revanche, je vous recommande d’envoyer un mail à Carlos. Ce monsieur se charge de l’inscription des étrangers pour les études linguistiques (qui se payent en CUC) plashelton@gmail.com

Il est charmant et s’exprime aussi bien en anglais qu’en espagnol. Une fois l’inscription confirmée.
Il convient de venir le jour dit à 9h au 1er étage de l’édifice Varona (edificio 9 sur la carte, au 1er étage). L’élève futur doit venir muni d’une photo d’identité de son passeport, et de patience. Le 1er jour sera consacré à un test des capacités espagnoles puis de l’inscription et d’une visite de l’université. Les cours commencent le lendemain et sont intensifs. Ils débutent le matin de 9 à 12h30 avec une pause de 30mn, 4 sessions de 45mn (et non 4h tous les matins comme indiqué sur les brochures). Auquel rajouter le travail à faire à la maison.

http://www.uh.cu/pagina/como-llegar-la-uh

Il convient de venir avec son matériel : crayons, papiers, cahiers, eau et snack (pas de distributeur). Mais aussi papier hygiénique et savon si les toilettes ont le bon goût d’être ouvertes et fréquentables.

Bureaucratie universitaire

Le paiement doit se faire dans la semaine d’intégration et chaque mois. Il faut d’abord se rendre au rez-de-chausée du batiment Varona pour signer le contrat (porte jaune à gauche du bureau d’accueil) . Mmuni de ce précieux sésame, on doit alors courir ventre à terre au 951 calle 13 à l’angle de la calle 8 dans le Vedado, à 3 bons quart d’heure de marche. L’écueil consiste en ce que l’université impose le paiement dès que le contrat est prêt et se réserve le droit de refuser les étudiants qui n’auraient pas payé…Malheureusement l’économat n’est pas indiqué et  son adresse fournie par l’université n’est pas complète d’où mon article . En gros l’inscription se mue en un jeu de piste à l’issue incertaine.

Pour faire simple, les élèves se précipitent pour payer dès qu ils ont reçu le contrat faisant jusqu’à 3h de queue. Mais il est aussi possible de venir payer le lendemain matin car si les horaires d’ouverture sont officiellement 9-17h, le comptable peut aussi arriver 15mn en avance et l’élève 30mn en retard….Tout dépend de votre amour de la queue. Bon ce n’est quand même pas si simple. En effet,  une fois arrivé à l’économat, il faut faire préparer la facture dans une petite pièce au sommet d’une échelle de meunier. Puis il s’agit d’ attendre que l’imprimante fonctionne, puis redescendre à la caisse, payer. On peut enfin ramener l’ensemble au professeur à l’Université qui vous autorisera ou non à revenir en cours….

Un type de cours particulier

Pour des Français, je ne suis pas sûre à la réflexion que l’apprentissage avec des non latins soit recommandé. Car nous avons une structure de pensée et de langue très proche de l’espagnol et notre apprentissage est plus naturel que celui des anglo-saxons . Ceux-ci peuvent paniquer face au genre des noms ou face au subjonctif. De plus, notre enseignement basé sur l’esprit critique ne nous prédispose pas à ce type de cours, et surtout de discours.

Enfin, il faut comprendre qu’à la Havane on apprend le cubain et pas le castillan. J’entends ici les particularités idiomatiques et l’accent que le cubain impliquent. Un peu comme apprendre le français au fin fond du Québec

Pour autant, pour connaitre les cubanismes et la sensibilté locale ces cours sont extrêmement interessants. Voir la page web de l université pour les tarifs (100 CUC la semaine 300 CUC le mois) et les modalités d’inscription, sachant qu il est plus facile de s’inscrire pour la fin du mois que pour le début du mois suivant http://www.uh.cu/cursos-de-espanol

Que faire avec des enfants à la Havane ?

malecon e

Que Faire avec des nefants à la Havane? Que vous habitiez ou que vous voyagiez avec des enfants, si vous passez votre temps à arpenter les rues , aussi pitoresques soient-elles, ou à les trainer au musée, il va bien falloir les amuser un petit peu….Alors voici quelques idées… (avec des prix de 2017)

Spectacles et parcs

Marionnettes, Teatro de Titeres, ave du Puerto et Obrapia. Les marionettes cubaines sont souvent magnifiques et il y a un théatre Guignol juste derrière le Habana Libre. https://www.facebook.com/teatrolaproa/?ref=br_rs

Planetarium, Mercaderes No 311 admission CUC$10 Mercredi-Dimanche 10am-3:30pm Wed-Sun, offert par le Japon,

Cirque, casa Trompoloco : réserver en avance ou VIP pour 5 pers 80 CUP, jusq 12 ans, pas d’animaux, trapezistes, clowns, jongleurs…vente de pop corn chipscirque

Cosney island : en CUP, puis ticket par attraction . Les manèges sont relativement sûrs, 2 à 12 ans (auto tamponneuses, bateau pirate). Il y a aussi un  manège enchanté,  des avions volants. Samedi et dimanche et vacances scolaires cubaines 10/18/19h

Parc de la Maestranza : calles Cuarteles e Tacón y Ave del Puerto, Habana Vieja.  Châteaux gonflables et tours en poney vente de jouets et confiseries. Voitures électriques 5CUP autour du parc tours de poney

Animaux

*  Parc Zoologique à 25 km de la Havane près du Parc Lenine: 9:30am-3:15pm. Mercredi-Dimanche : CUC 3.  Carretera de Capdevila km 3½, Boyeros. Une sorte de safari où l’on se promène en bus dans un immense enclos pour  voir les animaux de la savane africaine . Les animaux ne sont pas en grande forme…..

* Jardin Zoologico calle 26 (près du terminal de bus Viazul de 9:30am-5:30pm. Mardi- Dimanche : Ave. 26 y Avenida Zoológico, entrée gratuite. Les animaux peuvent avoir envie ou besoin de vous manger. Assez triste.

*Aquarium, ave 3 a calle 62, de 10 à 18h, 30 CUP (résidents). /CUC  pour les étrangers. Ce qui est trop cher pour ce que c’est. La visite en tant que telle est plutôt triste faute d’entretien et de moyens. En revanche les spectacles d’otaries de phoques, de dauphins, (15h 16h 17h) sont sympathiques.

– Jardin botanique, 3 CUC/CUP. Immense parc avec 35km de routes asphaltées mais sans le moindre véhicule pour faire du vélo ou pour marcher, pour pique niquer tranquille…

et Parc Lenine (tours en petit train, équitation…)

A voir, à faire…

Fusterlandia, ave 3a y calle 184 Voir article, un quartier féerique recouvert de mosaiques…https://visitesfabienne.org/wordpress/fursterlandia/

– les plages : Club Havana, (10 CUC/ pers en semaine 15 le week end)
ou Playas del Este.

Maquette de la Havane,tlj 9am-6pm 13h le dimanche. Mercaderes #116, e/ Obispo y Obrapía, Habana Vieja. Belle reconstitution miniature de la vieille Havane du lever de soleil à la nuit. Une autre maquette se trouve à Miramar, ave 3 et Calle 28au numero 13.

Forteresses :  cérémonie du coup de canon à 21h tous les soirs à la forteresse de S Carlos. Par ailleurs c’est  toujours une belle idée d’aller se perdre dans les dédales des casemates et courtines des divers forts de la Havane avec des enfants. Vous pouvez vous rendre à la Fuerza, S Carlos, el Morro et la Cabana. Tous se visitent et offrentde beaux points de vue sur la ville,

zipline (tyrolienne) à las Terrazas (parcours dans les arbres) (10 CUC residents / 35 CUC non residents) à Las Terrazas également, belles promenades, lac pour kayak et jeux d’eau..

maquette de la Havane

Que faire à Vancouver

carte vancouver e

Vancouver, capitale de la pluie, ce qui veut dire que pour profiter de la ville mieux vaut venir équipé ! Qu’importe on trouve des parapluies partout ! Une fois prise cette première précaution que faire à Vancouver ?

Un site somptueux

Mieux vaut savoir que si le site est somptueux et fantastique pour les amoureux de nature, et même de shopping, les fans d’architecture sont moins gâtés. Peu de beaux édifices, une vraie homogéneité architecturale (pour ne pas dire une certaine monotonie).

Pour autant, entre les quartiers, les parcs et les musées il y a de quoi passer de beaux moments. Pour une découverte de la ville seule,  2 ou 3 jours peuvent suffire. Mais il faut ensuite partir découvrir la région, magnifique.

La ville profite à plein de l’été qui peut être très beau, doux et pas forcément trop arrosé et qui abonde en festivités. Circuler en voiture dans le centre peut se révèler fastidieux et onéreux (en raison de la circulation et de la rareté des parkings). Préferer le bus, le vélo, le taxi ou les pieds !!!

Le centre-ville

Pour commencer, on peut partir dans les vieux quartiers de Vancouver, à savoir :jardin japonais vancouver
Gastown : c’est le quartier ancien, hipster de Vancouver (entre autres) avec de jolis batiments, des rues pavées, une horloge à vapeur, des restaurants sympas, des galeries d’art et des boutiques de souvenirs. S’arrêter avant East Hastings. On peut éventuellement faire un détour par Chinatown, assez décevant tant par l’ambiance, que par les commerces. La zone n’est pas très bien famée. A voir néanmoins le jardin Sun Yat Sen. En dépit des critiques qui considèrent que l’entrée du parc est chère et qu on peut se contenter du petit jardin public crasseux voisin, la visite est extrêmement intéressante et dépaysante.

– De là, on peut rejoindre Canada Place, passer devant le chaudron olympique puis Coal Harbour en profitant des départs de croisières et de balades en hydravion 

Parcs et îles

Stanley Park, c’est un parc d’une grande beauté : forêt primaire, totems, points de vue, rien n’y manque.. On peut y marcher, y louer un vélo (sur Denman), admirer le Lions Bridge,visiter l’aquarium ou profiter des plages. Pour s’y rendre Bus #19 , #5 or #6
vancouver.ca › … › Parks and recreation › Parks, gardens, and beaches

– On peut continuer en vélo et parcourir le seawall, le long des plages et manger entre Denman et Davie Streets, zone qui abonde en restaus sympas. Un peu bondé l’après-midi, mais les plages sont belles, (English Bay par ex) plaisantes et on peut y pratiquer une foule d’activités : volley, kayacking – mieux vaut réserver-

– Le 2e jour on peut partir du Seawall et rejoindre Kitsilano et UBC en contournant le Science Telus Centre, www.scienceworld.ca

– On atteint Granville Island, à vélo par le Seawall ou par Aquabus ce qui permet de traverser False Creek. Les petits ferries partent du centre aquatique au pied de Grandville Bridge (2 compagnies, meme tarif) et sont bon marché, fréquents (toutes les 15mn environ) (le prix d’un ticket de bus, préparer la monnaie), c’est une traversée plaisante et très belle. Theatres, performances de rue, belles boutiques resto sympas, marché cher mais sympa, brasseries bien agréables, musique le dimanche

– En continuant le long de la cote, on atteint Vanier Park petit parc où se nichent 3 musées : le HR MacMillion Space Center pour les enfants, le vancouver Maritime museum.

Maritime Museum, www.vancouvermaritimemuseum.com et le City of Vancouver Archives
– Toujours en suivant la cote, on accède à Kitsilano. Les plages de Kits sont fantastiques pour les sports d’eau : planche, paddleboard…. Pour s’y rendre, le mieux hors le vélo est le bus 4 jusqu à Cornwall Avenue, the place pour les restaurants. On peut aussi faire un détour vers les boutiques de la 4e Avenue.

L’Université de Colombie Britannique

– On arrive alors sur UBC, le grand domaine universitaire que l’on peut visiter pour admirer la qualité des installations. On peut en profiter pour admirer le magnifique jardin japonais, la roseraie et surtout surtout le fantastique musée d’Anthropologie. Bizarrement il n’est pas indiqué comme un MUST de Vancouver pourtant il est remarquable. https://moa.ubc.ca/

botanicalgarden.ubc.ca/visit/nitobe-memorial-garden

– On peut finir la journée à Yaletown. C’est un des quartiers résidentiels à la mode. Le centre regorge de petits restaurants branchés dans les petites rues Hamilton, Homer, Mainland entre Davie et Smithe ce derrière le très actif community center de Roundhouse et la station skytrain éponyme.

Galeries artistiques et marchandes

– Pour un 3e jour à Vancouver, on peut s’aventurer hors des sentiers battus ou préferer le shopping. Dans ce cas, direction Robson ou Davie Street 2 grandes artères parallèles, Georgia str de Downtow. On peut en profiter pour visiter la galerie des Beaux Arts (pas indispensable, le bâtiment n’est pas mal, style Beaux-Arts. Il y a foule le mardi soir de 5 à 9pm car l’entrée n’est plus payante officiellement mais selon la générosité de chacun (donations)…., ou la moins connue mais excellente galerie Billy Reid, mon coup de cœur en BC. Billy Reid est un orfèvre sculpteur Haida de talent et ses créations sont merveilleuses. . www.billreidgallery.ca/

En hiver, on peut profiter de la patinoire sur Robson Square en contrebas
– On peut aussi  prendre le Seabus (12mn de traversée) pour se rendre sur Lonsdale Quay Market et profiter du grand mall Park Royal de North Van.

– Plus amusant, on peut aller déjeuner ou prendre un café sur Commercial Drive, l’ancienne Little Italy. Skytrain Broadway Station, ou bus #9, #99 and #20

– Enfin, on peut aller voir l’Hôtel de ville sur Broadway puis, près de Main Street, le très beau parc avec vue sur les montagnes du North Shore Queen Elizabeth Park. Au printemps vous y admirerez les cerisiers du japon en fleur. Les plantes et oiseaux exotiques font la notoriété du Bloedel Conservatory.

Vancouver pratique

vancouver pratique e

Un petit Vancouver pratique avec des idées, des conseils pour réussir votre séjour dans la 3eme cité canadienne.

Quelques surprises

  • La première surprise est que Vancouver tient son nom d’un explorateur britannique. Celui-ci est venu en 1792 en territoire autochtone dans une zone explorée par les Espagnols. D’où les dénominations locales, Spanish Beach, Cordoba Street, English Bay, Galiano Island,…. La présence autochtone y est beaucoup plus forte que partout ailleurs au Canada.
  • La seconde surprise est le climat. Certes Vancouver est la ville la moins froide du Canada mais elle jouit d’un climat océanique…Il y pleut autant qu’à Seattle, c’est-à-dire beaucoup plus qu’en Ecosse….

Parapluie et chaussures de sport, les premiers achats

  • Du coup, le premier investissement (que vous veniez pour une durée limitée ou non) est le parapluie, le second les bottes, le troisième le ciré (les 3 sont INDISPENSABLES) en revanche pas besoin de grosses bottes de neige ou d’anorak sauf si votre plan implique aussi le surf et/ ou les skis.
  • Vancouver c’est fantastique pour les amoureux du sport, des paysages sublimes et de la nature. Si votre truc c’est les musées, le patrimoine architectural, vous n’ëtes pas obligés d’aller si loin car c’est loin très loin (9h de décalage horaire avec la France.
  • Du coup il y a beaucoup de jeunes visiteurs francais et Le gros de la communauté est formée de jeunes trentenaires travaillant dans les nouvelles technologies principalement et amoureux de nature, surf etc…. Pour eux qui s’installent (un lien s impose : guide du croutard).https://www.facebook.com/groups/le.guide.du.croutard/

Se déplacer dans les transports en commun

  • C’est une ville bien organisée pour les transports. Tout est moderne rapide et relativement sûr. Il convient d’éviter cependant East Hastings, Chinatown le soir, Grandville street dans sa partie moins commercante. en effet, ce sont des lieux de rassemblement des junkies et clochards du continent en quête de drogues légales et d’un climat doux.
  • Il faut la monnaie dans les bus sinon on peut acheter des carnets à waterfront ou ou au London Drugstore (par ex au carrefour Robson et Grandville au sous sol). Un ticket est valide durant 1h30 pour les bus et le skytrain. Dans les aquabus payer directement (là encore il faut la monnaie) le prix dépend de la zone. On peut louer des bicyclettes près de Stanley Park sur Denman.
  • Un bon plan pas cher nourriture est les foodtrucks autour de Grandville et Robson sinon il faut absolument se régaler de sushis. Sinon manger, se loger, tout est fort cher à Vancouver.
  • carte vancouver