Bollywood

Bollywood désigne le cinéma produit à Mumbai. Le terme date des années 1970. En Occident, la pléthorique production indienne est souvent assimilée à cette seule origine. Or les cinémas du sud tirent de plus en plus leur épingle du jeu. 1/4 de la production annuelle uniquement vient de Bombay, rebaptisé Mumbai en 1995.

Naissance de Bollywood

Néanmoins, le cinéma indien est bien apparu à Mumbai lors de la première projection en 1896 au Watson’s, une salle exclusivement fréquentée par les colons . Cette ville alors aux mains du Shah du Gujarat était passée entre les mains portugaises sous le nom de Bom Bahia en 1534. Puis ceux-ci l’avaient donnée aux Anglais en 1661 lors du mariage de Catherine de Bragance et de Charles II.

Très rapidement la population locale, se prit de passion pour le cinéma. L’industrie naissante fut rapidement contrôlée par la communauté parsie. Celle-ci fit de Bombay la capitale du cinéma dans les années 1920. La production de films s’affirma alors avec le textile comme l’industrie la plus importante de la ville. Bollywood existait déjà, avant Hollywood. Cette industrie toujours florissante a connu quelques étapes.

L’arrivée du parlant et le choix de l’hindoustani

Le parlant arrive dans les années 1930. Avec le son naissent les premiers films avec danses et musique. L’industrie, en se développant, affronte une vraie question, celle de la langue dans une cité polyglotte. Car Mumbai accueille une mosaïque de populations (Sikhs et zoroastriens hindous et musulmans). Bollywood est en effet le seul lieu où la langue des films diffère de celle de la rue mais est globalement compréhensible par tous.

Pour atteindre une plus grande audience, on faisait alors appel à des actrices anglo-indiennes. Leur métissage les sauvait du poids de la censure et de la tradition. Les acteurs, à la base venus du cirque, se virent peu à peu remplacés par des chanteurs puis des danseurs avec l’apparition des techniques de playback. Cette spécialité de Bombay s’imposa autour de 1935. De cette époque datent les filmi, ces chansons utilisées avant la sortie des films pour en assurer la promotion. Les chanteurs devinrent alors des stars. C’est d’ailleurs la période où s’impose le vedettariat avec Dilip Kumar, Ashok Kumar ou Raj Kapoor, premier d’une dynastie encore représentée avec Kareena.

Les soubresauts de l’Indépendance.

La partition correspond à un regroupement des élites cinématographiques musulmanes à Bombay.

Avec l’indépendance en 1947, la politique des Anglais de diviser pour mieux régner sépare en 2 entités éloignées de 1500km les majorités musulmanes. Se pose la question du Punjab très musulman mais aussi berceau de la foi Sikh. D’énormes mouvements de population entrainent morts, famines et drames. On parle de 10 à 15 Millions de déplacés. L’industrie du cinéma en bengali s’’écroule à Calcutta tout comme celle en Punjabi basée à Lahore. Bombay, promue capitale économique, va bénéficier de la division territoriale en attirant les artistes et s’affirmant comme la plateforme nationale.

Les poètes ourdous se reconvertissent alors en scénaristes ou écrivent les chansons et maintiennent la tradition littéraire. Mais l’austérité de la nouvelle nation ne profita pas au cinéma. Censure et promotion des spectacles classiques indiens tels la danse  et la musique allaient à l’encontre du cinéma, cet héritage anglo-saxon et colonial.

L’ère de la télévision et des héros ordinaires.

Dans les années 70/80, l’Inde connut une grande crise. Politiquement, la corruption, socialement le contrôle des naissances et le programme de nettoyage des bidonvilles mené par Sanjay Gandhi mais aussi les déplacements eurent des répercussions cinématographiques. Fini les films patriotiques ou les drames familiaux aux héros courageux. Les années 1980 s’ouvrirent sur plus de violence et traitèrent de sujets nouveaux comme la justice, l’insécurité, les problèmes d’emploi. La mode de l’homme ordinaire, devenu héros  malgré lui naquit avec le  « Western curry » Shalay.

Les années 1970/80 marquent aussi la naissance du cinéma masala . Le héros romantique des années 1950 y devient un travailleur plus énegique dont l’histoire va mélanger revanche, danse, chansons avec une pincée de populisme. Ce nouveau style profita d’un medium nouveau. En effet à la fin des années 1980, la télévision se diffusait. Avec elle une réorganisation de l’industrie cinématographique, faisant du petit écran l’accompagnateur, le promoteur, le diffuseur, du grand écran.

Les années 1990 et l’ouverture

Depuis les années 1990, le cinéma indien, comme l’ensemble du pays s’ouvre de plus en plus vers le reste du monde.

D’abord dans la réalisation puisque les conflits récurrents dans le Kashmir ont obligé les équipes à tourner les scènes de montagne non plus dans l’Himalaya mais en Suisse. Le Lauenensee  porte d’ailleurs le nom de Chopra, tant le réalisateur indien y a tourné.

La Suisse devenant trop chère, les réalisateurs et producteurs indiens explorent maintenant les montagnes slovaques et alentours. En montrant d’autres pays, le cinéma indien, s’ouvre à des audiences étrangères. Il touche également sa diaspora. Avec et pour ce public renouvelé, de nouvelles thématiques apparaissent. Des héros plus humains, moins clinquants. La célébration de l’identité culturelle ou des succès économiques remplacent peu à peu  le patriotisme ou l’exaltation de la vertu indienne.

Depuis 2000, la mode planétaire de Bollywood.

Depuis 2001 et le succès planétaire de Lagaan, le monde fait des œillades à Bollywood. Ce succès fut le premier à toucher des communautés de la diaspora ou d’autres anglophones non indiens. Suivi de succès Anglo indiens comme « joue-la comme Beckham » ou « Monsoon Wedding ».

Hollywood louche désormais sur le cinéma version indienne avec chants et danses comme véhicules d’émotion. En Inde, cela permet d’éviter les baisers ou autres scènes hautement censurables. L’industrie du disque a bien compris l’énorme intérêt de ce modèle. En Inde en effet 80% de la production musicale correspond à des musiques de films. Et celles-ci, tout comme les images ont évolué selon les modes de la musique et poésie traditionnelles ourdoues à des sons plus modernes et universels. Les 150 à 200 films annuels sortis des studios de Bollywood garantissent en effet un flot de « filmi » (musique de film) quasi continu.

Même les Français s’y mettent, à Cannes avec 1 film indien en compétition. Et une grande exposition à l’automne 2023 au Musée du Quai Branly.

Les 3 Khans

Pour faire suite à mon article sur les nombreux acteurs portant le nom de Khan, voici cette semaine un focus sur les 3 Khans les plus célèbres.

Des destinées cinématographiques parallèles pour les 3 Khans

Outre leur nom, et donc leurs origines religieuses les 3 Khans connaissent des destins relativement parallèles

  • Salman, Aamir et Shah Rukh sont tous les 3 nés en 1965
  • A eux trois, ils sont parmi les plus grandes vedettes de Bollywood. Ce terme regroupe, l’industrie cinématographique indienne en langue hindi basée à Mumbai.
  • Tous les 3 partagent la même popularité et la même longévité. Ils dominent le box-office indien depuis les années 1990, avec une petite éclipse seulement.
  • Ils font d’ailleurs partie des acteurs indiens les plus primés à l’intérieur et à l’extérieur du pays, mais aussi des plus riches au monde. Shah Rukh et Salman font partie du club des 10 acteurs le plus riches au monde.
  •  Ils comptent parmi les Indiens les plus célèbres connus à l’étranger et parmi les plus grandes stars de cinéma au monde. Ils ont joué dans les 15 films le plus rentables de Bollywood.

Mais des personnalités bien différentes

Aamir Khan, le perfectionniste

Il a la réputation de faire moins de films mais d’accorder une grande attention au contenu et à  la qualité. D’où son surnom de “M. Perfectionist”. Très populaire en Inde, il l’est également à l’étranger, en particulier en Chine. Ce qui fait de lui une superstar dans les deux pays le plus peuplés du monde notamment grâce a son travail d’acteur et de producteur après 2001. Dans Lagaan  il a obtenu une nomination aux oscars pour le meilleur film étranger et de nombreux prix. En 2007 il est passé à la réalisation avec Taare Zameen.

Ses plus grands succès commerciaux sont venus avec le thriller Ghajini en 2008, la comédie romantique 3 idiots en 2009, la satire PK en 2014 et le drame Dangal en 2016.

Salman Khan, le tigre de Bollywood

Abdul Rashid Salim Salman Khan, plus connu sous le nom de Salman, est peut-être celui des trois au physique le plus avantageux.  C’est l’un des acteurs le plus populaires, influents et rentables au box-office. Il est très apprécié dans toute l’Asie. Il est passé des drames ou comédies romantiques dans les années 1990 aux rôles de justiciers ou de redresseurs de tort. C’est un peu le Sylvester Stallone du cinéma indien. Après une éclipse, il est revenu en haut de l’affiche depuis 2010 dans des films d’action à gros succès commercial.

Shah Rukh Khan, le Roi de Bollywood

Shah Rukh est souvent considéré comme la plus grande star de cinéma au monde. En Inde on le surnomme tout simplement le roi de Bollywood ou le Roi Khan (King Khan). Communément appelé SRK, Il est d’abord apparu dans des rôles de méchant puis dans plusieurs histoires d’amour romantiques à succès.

Avec la centaine de films dans lesquels il a joué depuis les années 1990 , il est devenu ces dernières années le champion du box-office et le chouchou de ses concitoyens. Il semble capable de tout jouer et son charisme est indéniable. En 2023, il joue le rôle principal de deux des plus gros succès commerciaux de l’année, Pathan et Jawan. Il incarne souvent un héros social et n’hésite pas à véhiculer des messages politiques. Il exprime d’une certaine manière l’identité nationale indienne. Extrêmement aimé, il a également été honoré d’une multitude de prix. Il est même chevaliers des arts et des lettres et récipiendaire de la Légion d’honneur francaise.

Le festival des Khans

En compétition cette année avec la croisette, je vous propose mon festival des Khans.

Le festival des Khans loin de Cannes

Le palmarès cannois de l’année dernière (entre autres) m’a passablement excédée. C’est pourquoi, je vous offre une compétition annexe, celle du cinéma indien généralement réduit à Bollywood. C’est il est vrai dans la capitale historique du 7e art du sous-continent indien que brillent un certain nombre d’étoiles dénommées Khans. En général on parle des 3 Khans mais il y en a bien d’autres. Nombreux sont en effet les stars du grand écran indien à porter ce patronyme bien musulman. De nombreux Khans de Bollywood appartiennent notamment à la communauté ethnique Pathan de l’Inde, avec des racines à Khyber Pakhtunkhwa au Pakistan actuel.

Le premier des Khans

Dans la chronologie, le premier Khan (après Gengis bien sûr et je ne parle ici que du cinéma) s’est illustré sous le nom de… Dilip Kumar. Cette vedette des années 1950/60 a brillé dans des films de cape et d’épée, des drames sociaux et des comédies. Il a connu son plus grand succès commercial en tant que prince Salim dans le film historique épique à gros budget de K. Asif, Mughal-e-Azam. Néanmoins, peu de gens savent que le vrai nom de l’acteur fétiche de Bollywood était Muhammad Yusuf Khan. En ce sens, on peut le nommer le 1er de ce festival des Khans. On lui attribue le mérite d’avoir apporté du réalisme au cinéma dans le sous-continent indien. Il a été un des pionniers du jeu naturel, type Actor’s studio. Par son jeu mais aussi son statut, il est un peu le père des vedettes indiennes.

Un des Khans à la semaine des réalisateurs à Cannes 

Une autre grande pointure de Bollywood, décédée récemment en 2020, est Irfan Khan. Très primé au niveau national il a connu une carrière internationale dans des films aussi variés et connus que  Lunchbox, Life of Pi, New York, I Love You, A Mighty Heart, The Amazing Spider-Man et Jurassic World, Slumdog Millionnaire, avec un rôle vedette aux côtés de Tom Hanks dans l’adaptation 2016 du roman Inferno de Dan Brown.  Il a un peu joué les cautions indiennes dans un certain nombre de productions américaines. Connu et reconnu, on l’a souvent surnommé le 4eme Khan tout comme Saif Ali Khan.

Un quatrième Khan ex aequo

Saif Ali Khan est lui aussi parfois appelé le “Quatrième Khan”. Il a connu son heure de gloire dans les années 2005 essentiellement dans des comédies romantiques. Il vient d’une famille illustre. De fait, il est lié à la famille de Tagore par sa mère. Plus encore, par son père professionnel de cricket, il est l’un des derniers nawabs. Sa carrière a connu des hauts et des bas.

Outre ces trois Khans connus il y en a trois autres, vedettes incontestées des écrans. leurs destins sont parallèles même si chacun développe une personnalité  et une carrière bien particulières. La semaine prochaine je vous parlerai de Salman, Aamir et Shah Rukh. D’ici là, allez les découvrir au cinéma ou sur des plateformes en ligne.

Double exposition

L’écriture de mon livre les Lettres Tamoules a donné lieu, en attendant mieux, à une double exposition.

Première Exposition, à l’Alliance française de Madras

Entre les 22 et 28 mars 2024, l’Alliance française de Madras m’a gentiment prêté ses locaux.

 A ce titre, je remercie ici sa Directrice, Dr Patricia Thery Hart. Dans la belle Galerie 24, j’ai ainsi pu exposer, pendant près d’une semaine, les œuvres de mes amies Mélanie et Catherine.

 Dans le cadre de la Francophonie, la salle d’exposition s’est transformée en un lieu de conférences. Durant ces quelques jours, j’ai eu l’occasion d’expliquer à un public varié l’objet du livre. Des groupes francophones et français ont découvert les lettres de l’alphabet tamoul. Les anglophones se sont davantage intéressés à la découverte des spécificités locales. En revanche, les Tamouls se sont amusés de nos incompréhensions ou de notre vision en tant qu’occidentaux.

Cette exposition a été l’occasion d’échanger sur les nombreux particularismes de la vie au Tamil Nadu. Il a bien sur été question de la beauté et de l’originalité de la langue et de l’écriture tamoule. Nous avons pu également parler de la gastronomie si particulière du sud de l’Inde. L’architecture dravidienne, typique des sites anciens a également été abordée. Nous avons aussi pu évoquer l’uniformisation voulue par les Anglais.

Cette magnifique galerie a permis d’accrocher une soixantaine de dessins, lavis et aquarelles sur des murs blancs, repeints ou percés pour l’occasion. La semaine suivante Jean François Lesage et ses fantastiques broderies étaient l’hôte des lieux.

Seconde Exposition à la Madras Litterary Society

Du 23 au 27 Avril 2024, ce sont les locaux anciens de la société littéraire de Madras qui accueillent une vingtaine de fac simile. Les dessins du livre ornent cette semaine les locaux décrépis de ce bâtiment indo-sarracénique.

Tout ici st resté dans son jus. Et l’accrochage, déjà folklorique à l’alliance française, est devenu un véritable bricolage. Car organiser une exposition en Inde implique disponibilité, bonne humeur et beaucoup de patience.

Car bien sur rien n’est fourni ici. Je ne parle pas des cadres mais des clous, des supports, des marteaux. Il faut venir avec son papier et ses crayons pour d’éventuels cartels. Du scotch et des punaises. Et des chiffons et éponges pour opposer une légère résistance la poussière. A moins d’accepter de coincer ses cadres en lévitation au moyen de ficelles.

Mais dans ce pays ou une bonne partie de la population vit dans des conditions épouvantables, comment se plaindre de ne pas pouvoir exposer décemment. Comment refuser à ces demandes d’aide si souriantes ? Venir exposer à la Madras Litterary Society., c’est je l’espère, donner un peu de visibilité sinon à mon livre et aux dessinatrices qui ont accepté avec tant de talent de l’illustrer. Mais c’est aussi et surtout essayer de faire venir un public un peu plus large dans ces lieux chargés d’histoire,…et de poussière… Peut être l’occasion de fair fleurir quelques donations pour aider cette bibliothèque à survivre.

En attendant une prochaine exposition, certainement dans d’autres conditions à Singapour, Arab Street autour du 15 Mai.

Egmore Museum

Le Egmore Museum ou musée de Chennai, occupe une dizaine de bâtiments éparpillés dans un grand espace arboré du quartier de Egmore. Les édifices les plus anciens, de style indo-sarracénique, ont été complétés par des constructions plus récentes.

Histoire de Egmore Museum

L’idée d’un musée de Chennai date de 1846 et émane de la société Littéraire de Madras. Dans un premier temps on logea sur le campus st George les 1100 spécimens géologiques.

Les collections s’accrurent régulièrement. Face à la détérioration des lieux et à l’exiguité, le musée déménagea de College Rd à Pantheon Rd dans les Assembly Rooms dans lesquelles l’élite de la ville se retrouvait pour des banquets, bals, conférences à la fin du XVIIIe s.

Dès 1853, une bibliothèque publique s’organisa dans les locaux du Musée. En 1862, commencèrent les travaux de construction d’une salle de lecture. Ouverte en 1896, elle prit le nom des ancêtres du gouverneur de Madras, Lord Connemara. Construite sur les plans de l’architecte Irvin, elle s’enorgueillissait de beaux rayonnages de tek et d’une imposante tour (la plus haute de Madras alors) détruite en 1897 car elle s’écroulait.

Après le centenaire du musée en 1951, un nouveau bâtiment fut construit pour héberger l’exceptionnelle collection de bronzes, ainsi qu’un autre dédié à la conservation. 1963 vit aussi l’ouverture de la galerie des oiseaux. En 1984 la galerie d’art contemporain s’ajouta aux édifices et en 1988 le musée des enfants.

Aujourd’hui, Egmore Museum s’organise en 7 édifices distincts avec des collections disparates.

7 bâtiments pour des collections disparates

  • Le premier, une sorte de délicieuse pâtisserie, abrite la billetterie. Tout à côté, un grand panneau donne le code QR d’une remarquable visite guidée enregistrée par Story trail.
  • Vers la droite de la billetterie, La bibliothèque Connemara occupe un bâtiment plus moderne aux lignes vaguement art déco.  Elle accueille les chercheurs et les étudiants. Il s’agit d’une adjonction au bel édifice ancien vanté par les guides mais caché derrière le théatre.
  • Un magnifique bâtiment rond sert de théâtre. Sa restauration vient de s’achever. Bati sur le modèle du Royal Albert Hall de Londres, c’est une petite merveille architecturale mêlant les influences anglaises à des accents indo-sarracéniques.
  • En contournant le théâtre, on accède à un bâtiment de style flamand. Avec pignons de briques rouges. Ce style est emblématique de l’architecture de Kensington, le quartier de Londres bâti à lé poque victorienne dans le but de créer une enclave culturelle, l’Abertopolis. Cet édifice abrite la collection archéologique. Le rdc expose des collections de marionnettes de toute l’Inde, mais aussi des vases de terre néolithiques. Au premier étage, le palier orné d’un beau plafond victorien, distribue vers la section anthropologique et vers les salles consacrées à la civilisation harappéenne.

-Plus loin encore, se dresse le bâtiment consacré à la monnaie. Les collections numismatiques font en Inde l’objet de soins considérables

– derrière cette magnifique construction de brique rouge, un triste parallélépipède de béton annoncé par un dinosaure en plâtre abrite l’amusant musée des enfants. Des vitrines y regroupent de petites poupées évoquant les autres pays du monde selon une vision indienne.

– enfin le dernier bâtiment, lui aussi moderne et sans grâce, abrite la collection de peintures. Des croutes poussiéreuses égrènent les gouverneurs qui ont marqué la présence coloniale.

La statuaire de pierre

  En contournant le théâtre, on parvient au bâtiment principal abritant les sculptures de pierre puis au pavillon abritant les bronzes cholas. Le bâtiment principal du musée d’Egmore présente au rdc une belle rétrospective des statues des périodes historiques le plus emblématiques du sud de l’Inde. On y admire des statues datant des Pallavas, des Cholas puis des Vijayanagars.

A l’étage, une section est consacrée à l’épigraphie. Elle présente dans une petite salle les premières formes d’écriture consignées sur la pierre mais aussi sur des tablettes de cuivre ou des feuilles de palmier. Un couloir mène aux vestiges les plus impressionnants, comme les sculptures bouddhiques d’Amaravati. De là, on accède au fouillis typique des musées victoriens avec des salles consacrées à la faune et à la flore locales. Des vitrines sur la soie alternent avec des animaux empaillés au siècle dernier ou des fossiles. Des salles de paléontologie suivent en enfilade celles représentant l’habitat des bestioles du cru. La muséographie n’a pas changé depuis le départ des Anglais et le ménage doit remonter à peu près à la même époque.

Juste derrière le jardin de sculptures se dresse le pavillon des bronzes cholas.

Les Bronzes cholas, stars du musée de Chennai

La collection des bronze cholas a été refaite récemment, c’est-à-dire il y a moins de 50 ans. Elle jouit de lumière et d’air conditionné. La salle plongée dans le noir met en scène dans des vitrines éclairées (je le souligne car ce luxe électrique est unique dans les musées de Chennai) les plus belles pièces du musée. Il s’agit de statues de bronze de petite taille représentant les dieux hindous. Elles remontent à l’âge d’or des Cholas entre les XIII et XIVème siècles.

Cette dynastie brilla alors sur le sud de l’Inde depuis sa capitale Tanjore. Les Cholas sont restés célèbres dans l’histoire de l’art pour leur maitrise du bronze à la cire perdue. Il s’agit ici de la plus belle collection au monde. Certains de ces chefs d’œuvres viennent de rejoindre la magnifique salle de la galerie nationale, le plus beau bâtiment du musée de Chennai. De style indo-sarracénique, voire Gujarati, celui-ci évoque les splendeurs des palais de maharadjas.

Comme vous l’aurez compris tout n’est pas incontournable dans ce musée poussiéreux et il n’est pas forcément facile de s’y orienter. Néanmoins certaines sections valent la visite, notamment la galerie des sculptures et celle consacrée aux bronzes cholas.

Calcutta insolite

Si vous voulez découvrir un Calcutta plus insolite, après l’article de la semaine dernière, voici quelques chemins détournés. Avec deux remarques. Calcutta est une ville où l’on peut marcher. Outre les vrais grands trottoirs, on y trouve des espaces verts plaisants. Surtout, l’artisanat, étonnant, se double d’une gastronomie méconnue et savoureuse.

 Pour partir à l’aventure de ce Calcutta insolite, les taxis ne sont pas chers mais il faut négocier. Par ailleurs, le métro est très pratique.

Au sud, un Calcutta insolite

Au-delà des grandes rues commerçantes s’étendent des quartiers de marchés populaires. Mais aussi des zones résidentielles construites dans les années 1930 -40. Celles-ci regorgent de bâtiments art déco  malheureusement souvent en ruine.

Temple de Kali et quartier Kalighat

 Vers le sud, ce temple intéressant attire les fidèles de Kali la grande déesse de Calcutta. Un dédale de ruelles bordées d’étals de marchands de fleurs et d’articles religieux s’enroule autour du temple, depuis la maison de la mission de mère Teresa.

Le quartier de Kalighat est très agréable pour se loger, assez central et beaucoup moins bruyant que les zones plus centrales. Méconnu du grand tourisme, on y trouve beaucoup de cafés très sympas. Le joli parc, témoin de l’époque anglaise, exceptionnellement entretenu pour l’Inde, offre un lieu idéal pour marcher ou courir autour du lac Kalibari. Non loin de celui-ci, sur une rue tranquille,le Temple japonais Bouddhiste de Calcutta, Nipponzan Myohoji.

Birla Mandir

Ce temple tout récent, construit par la famille Birla, remonte à 1996. Consacré aux différents avatars de Vishnou, c’est une merveille de marbre blanc surmonté de Prangh d’inspiration khmère. La même famille d’industriels a financé le planétarium, ainsi que le musée de l’Industrie et de la technologie

Un peu au Nord de Espalanade

Non loin de Eden Parc, s’étend le parc du millénaire le long de la rivière Hoogli. Tout près de celui-ci, le Writer’s building accueillait les employés de l’administration britannique à l’époque coloniale.  C’est un colossal bâtiment de brique rouge au fronton palladien. Dans le même quartier, l’énorme mosquée de tipi Sultan remonte à 1842. Avec ses 16 dômes verts et ses 4 minarets elle a un aspect insolite dans le paysage urbain de Calcutta.

 De là, on peut rejoindre à pied un autre bâtiment colonial et néo-palladien, voire d’inspiration jeffersonienne pour le dôme, la Grande Poste. Dans l’autre direction, vers le Nord, on atteint une zone de marchés.

Dans ce quartier aux belles maisons décaties, se dressent encore quelques maisons à cours typiquement bengalies dont l’étonnante demeure Jorasanko Thakurbari Rabindranath Tagore. Le premier prix Nobel Indien y passa son enfance. Il s’agit d’une maison bengalie typique de l’élite cultivée de Calcutta. Ce véritable palais urbain abrite aujourd’hui une université accessible uniquement en semaine.

Toujours du côté de Bara Bazar le palais de marbre est une somptueuse demeure néoclassique du 19 e s transformée en musée. Les collections hétéroclites comportent un peu de tout et beaucoup de n’importe quoi. https://kolkatatourism.travel/marble-palace-mansion-kolkata

Encore plus au nord de ce Calcutta insolite

Le long de la rivière et près du Howra bridge , la misère apparait à tout endroit. C’est à ce niveau qu’habitent artisans et manœuvres spécialisés dans la fabrication d’effigies de dieux et déesses utilisés en procession lors des festivals religieux. Ceux de Durga et Kali en novembre sont particulièrement populaires à Calcutta. De cette zone artisanale et haute en couleurs et odeurs, on rejoint un énorme marché. En direction du Pont Howrah et vers le très populeux et impressionnant marché aux fleurs on est témoin de scènes de rue ahurissantes. Un laveur d’oreilles se partage le trottoir avec un tailleur de moustache alors que son voisin teint les cheveux en public.

En continuant encore davantage vers le nord le long de la Hoogli, le quartier se paupérise encore. On voit des troupeaux de chèvres paquer dans des monceaux de détritus, des enfants à moitié nus .

Temple Dakshineswar Kali

Au nord de la ville, ce temple très populaire s’atteint à l’extrémité de la ligne de métro. De nombreux festivals y prennent place. Le temple lui-même est typique de l’architecture bengalie avec des dômes presque byzantins et est considéré comme maison de la déesse Kali, révérée à Calcutta. Il se trouve sur les bords de la Hoogli. Bras du delta du Gange, la rivière reste sacrée et on y assiste à des scènes extraordinaires de baignade ou de lessive collectives.

Il existe deux quartiers chinois à Calcutta qui a été la ville la plus marquée par la présence de ses voisins. L’un d’entre eux accueillait les Chinois pauvres qui travaillaient en tant que tanneurs. Le quartier est d’une pauvreté affligeante. Mais de petits restaurants proposent une nourriture très honnête et il reste quelques échoppes extrême-orientales.

La route du garum

La route du garum sera notre aventure de la semaine. Ou plutôt la route du commerce romain jusque vers le sous-continent indien. Cela constituera une diversion à l’automnale route du rhum qui se déroule tous les 4 ans.

Les Romains sur la route du garum

Alexandre le Grand a abordé l’Inde en arrivant par le nord. Ses troupes ont franchi l’Hindus et par extrapolation ont donné au pays qu’ils atteignaient le nom d’Inde. Puis, épuisée, l’armée du grand Général s’est arrêtée et a rebroussé chemin.

Mais qu’en est-il des Romains allez vous me dire ?

Les Romains aimaient les épices et notamment le poivre dont ils parsemaient allègrement leurs plats. Ils consommaient beaucoup d’encens dont ils embaumaient leurs dieux. Ils recherchaient aussi textiles et perles. Tout cela transitait en Inde vraisemblablement depuis l’Afghanistan ou la Malaisie.

Les anciens raffolaient également du garum ce mélange de petits poissons en saumure, semblables à ceux que l’on trouve fréquemment sur les étals des marchés indiens. Ils maitrisaient également les vents. De ce fait il n’est guère étonnant de retrouver leur présence sur les côtes orientales et occidentales du sud de l’Inde. ils allaient y chercher leur précieux et odorant condiment.

Les Romains sur la cote de Malabar

C’est tout d’abord sur la cote ouest, dite côte du Malabar que l’on retrouve la présence romaine dans le sud de l’inde. Ils auraient laissé des temples dont aucun vestige ná été retrouvé. En revanche la documentation existe. Le papyrus de Muziris est le premier document en grec renseignant sur un commerce égyptien et romain sur le sol indien, il date du 2e s et est conservé au musée archéologique de Cochin.

 La table de Peutinger, cet itinerarium latin de la fin de l’Empire portait mention des routes empruntées par l’armée et les marchands. Recopiée au 13e s par un moine elle est aujourd’hui conservée à Vienne. Une copie se trouve au musée archéologique de Cochin et atteste de l’existence d’un temple augustéen dans la localité de Muziris. Cependant, le site n’a jamais été retrouvé. Les archéologues l’imaginent situé un peu au nord de l’actuel Fort Cochin, du côté d’Ernaculum. Des amphores et panneaux évoquent aussi les incursions romaines.

Les Romains sur la côte de Coromandel

La présence romaine ne se limite pas à la cote ouest. Il semble que nos légionnaires aient traversé les ghats, ou contourné le sub continent en longeant les plages du sud pour gagner la cote de Coromandel au sud du golfe du Bengale. A défaut de soldats, des marchands s’y sont rendus. Les accompagnaient certainement quelques protochrétiens au rang desquels se trouvait le fameux st Thomas. On retrouve leur trace aux embouchures des fleuves . Par exemple, non loin de Pondichéry, sur le site d’Arikamedu où l’institut français a exhumé des amphores au 19e s. D’autres proviennent de Adichanallur-Tuticorin et remontent au IVe siècle avant notre ère. Quelques vestiges sont exposés dans deux mini vitrines de la minuscule section indienne du Musée Guimet à Paris. Mais aussi dans la première salle peu reluisante du musée de Pondichéry.

Saint Georges

Saint Georges est le Saint sous l’invocation duquel se placèrent les premiers colons britanniques.  Il devint patron de leurs Iles durant les croisades car il personnifiait les idéaux chrétiens des chevaliers. On le représente le plus souvent avec une croix rouge. Le martyr du jeune homme blond fougueux terrassant le dragon a eu lieu sous Diocétien, en 303. Longtemps après, le tout premier fort de Chennai a pris son nom. Celui-ci remonte aux Anglais lorsqu’ils ont décidé de s’installer dans le hameau de Madras-Patnam au XVIIème siècle. Bien que décapité, Georges est resté si l’on peut dire à la tête des colonies de sa gracieuse majesté.

Fort Saint Georges

La plus ancienne église anglaise de Chennai est Ste Marie dans l’enceinte du Fort Saint Georges. Dans les faits, les paroisses portugaises du XVIème siècle préexistaient à cette romantique construction de 1680. Les missionnaires portugais avaient déjà repris le flambeau de l’apôtre. Ils avaient ainsi tenté d’imposer la foi catholique du côté de Mylapore et d’y installer un comptoir commercial. Pourtant, Ste Marie apparait encore dans les documents comme la plus ancienne église de Chennai. Ce qui n’enlève rien à son charme suranné. La construction, de style palladien, reprend au classicisme vénitien ses colonnes et sa symétrie. Mais la blancheur a fané, les boiseries se sont écaillées. La vannerie des dossiers est mangée par les rongeurs et l’humidité. Les pigeons souillent le sol et le tout respire l’infinie tristesse d’une ère passée.

Elle évoque la fondation du Fort le jour de la Fête du Saint patron de l’Angleterre par Francis Day. Cet envoyé de la Compagnie des Indes orientales y fonda un petit fort commercial. Il visait à concurrencer les Européens établis sur la côte de Coromandel. Pour ce faire, il acheta au Nayak local ce petit morceau de terre en bord de plage. Puis, il y établit ce qui allait devenir le centre d’un empire et d’une incroyable réussite économique pour Les Anglais. Pourtant, le fondateur a quasi disparu des registres et des mémoires.

Clive, Yale, Wellington, ont marqué le petit Fort Saint Georges

Du premier comptoir, subsistent quelques maisons en piteux état. Celle de Clive, le Gouverneur sans scrupule qui devint l’homme le plus riche d’Angleterre. Celle où passa Wellesley également. Futur vainqueur de Napoléon, il y connut ses premières victoires et devint quelques années plus tard le célèbre Wellington . Peu de gens se souviennent également que le premier gouverneur de la petite colonie est resté dans l’histoire. Celui-ci légua une toute petite partie de la fortune amassée à Madras pour fonder une petite université américaine. Brave Monsieur Elusha Yale.

L’Eglise Saint Georges

Plus austère, mais néanmoins tout aussi palladienne d’inspiration, l’église Saint Georges se cache derrière le consulat américain. Elle aussi devait se trouver dans un magnifique parc aujourd’hui malheureusement utilisé comme parking. Elle s’inspire très largement de St Matin in the fields à Londres. Avec ses colonnes classiques surmontées d’un clocher pointu elle ne déparerait pas dans le ciel londonien. Mais la couche de blanc un peu décrépi de la façade, les ventilateurs fatigués, les bancs recouverts d’osier et les pigeons voletant dans la nef nous rappellent que la paroisse anglaise s’est largement tropicalisée. Les feuilles de palmier traversent les jalousies ouvertes.

Mais le plus émouvant se trouve à l’extérieur dans le cimetière nostalgique. Ses tombes fracturées par les racines de banyans exposent avec détails la vie de colons morts en ces terres inhospitalières. On y lit des histoires d’officiers décédés au combat. On découvre des veuves courageuses. Des souvenirs de missionnaires dévoués se dessinent au hasard des dalles de granit gagnées par la végétation. Le petit cimetière de St Georges est certainement l’un des lieux les plus romantiques de Chennai.

Le Campus Saint George

La présence de George ne se limite pas au Fort ou à la cathédrale anglicane. En francais, on lui préfère Georges. On en trouve également la trace sur le campus de College Road, lieu de la plus ancienne université de Chennai. Il ne reste que peu de bâtiments de l’époque coloniale. Cependant, le secrétariat et la poussiéreuse mais étonnante société littéraire résistent au temps. La petite chapelle Saint Georges a, elle, été reconstruite. Elle manque singulièrement de charme mais rappelle le patron de la petite colonie et de son premier établissement d’enseignement supérieur.

Lettres tamoules

Cela faisait un petit moment que je préparais mes lettres tamoules et les voici enfin.

Une naissance très attendue

C’est donc avec fierté que je vous annonce la naissance de mon second ….livre ! Celui-ci est le fruit d’un travail d’équipe. En effet, de gentilles fées traductrices et relectrices se sont penchées sur le berceau du bébé déjà comblé par deux (+1) marraines illustratrices. Merci Melanie, Catherine D et Catherine B ! Un parrain, metteur en page de talent a joué le conseiller technique spécialisé. Merci Bertrand !

De quoi traitent ces lettres tamoules

Il s’agit d’un abécédaire basé sur le magnifique syllabaire tamoul. Pour chaque lettre choisie, un mot transparent, lisible en anglais français et tamoul permet d’explorer quelques spécificités de la culture de l’Inde du sud. Il y est question notamment de nourriture, d’architecture, d’histoires et d’Histoire locale, de vêtements mais aussi de villes et de monuments.

Présentation officielle des Lettres tamoules

La présentation de cette petite merveille aura lieu à l’Alliance française durant la semaine de la francophonie en anglais et en français. Celle-ci s’accompagnera d’une exposition d’une semaine des oeuvres picturales illustrant mes écrits.

Pour les curieux et les amateurs, vous pouvez commander votre exemplaire via mon site ou mon adresse mail. Vous pouvez également réserver des cartes postales ou des planches illustrées par les artistes Mélanie Bass ou Catherine Delmas Lett. https://catherine-delmaslett.com/. A leur importante et superbe contribution, je peux ajouter les quelques magnifiques dessins sur le yoga de mon amie Catherine Brousset https://www.atelierartmotion.com/galerie4.

Calcutta

Les préjugés collent à l’image du centre de Calcutta. La troisième plus grande cité d’Inde effraye à l’avance par sa misère crasse. Et pourtant c’est oublier que la « Belle en Guenilles » fut la capitale du Raj britannique. Elle conserve d’ailleurs de magnifiques monuments de sa période de gloire.  Comme souvent, je vous propose plusieurs articles. Dans le premier, voici une visite du centre de Calcutta. il vaut mieux y venir entre octobre et mars pour des raisons climatiques.

Autour de l’Esplanade

Ce que l’on appelle le centre de Calcutta correspond au quartier historique de la capitale du Raj Britannique. Desservi par le métro, ce quartier regorge d’hôtels et de petits restaurants.

On y trouve de jolies adresses comme l’Oberoi, le Grand hôtel de l’époque britannique avec son piano bar, ses petits salons. Dans les rues avoisinantes, une foule de petites pensions bon marché accueillent des routards. Les touristes attirent une foule miséreuse autour de ces rues très commerçantes. Car on trouve de tout à New Market . Entre petits stands et jolies boutiques anciennes, ce quartier est le paradis des acheteurs. Pour une petite boisson, le joli hôtel Fairlawn vaut le détour. Il offre une vision désuète et pleine de charme du Calcutta colonial. Ses vieux sofas poussiéreux et ses photos de célébrités d’antan invitent à une halte dans le passé.

Outre les bâtiments gouvernementaux, l’on trouve deux des monuments les plus importants de la ville et de nombreux espaces verts.

Le Maidan, poumon vert de Calcutta

Le Maidan est un immense poumon vert au centre de Calcutta articulé autour de Fort William. La forteresse remonte à 1696, une cinquantaine d’‘années après Fort Saintt Georges, à Madras. Ces Forts marquent les lieux de naissance de ces villes anglaises. Celui au centre de Calcutta se trouve toujours entre les mains de l’armée et ne se visite pas. On trouve de nombreuses statues dans le parc ainsi que des jardins aménagés. Ainsi Eliott park a été financé par la famille Tata.

S’y succèdent également des bâtiments emblématiques du centre de Calcutta. On y voit le planétarium Birla, de style classique, financé par la famille du même nom . Non loin de là, se dresse le mémorial à la Reine Victoria. Puis, la cathédrale st Paul, bâtie sur le modèle de Westminster Abbaye. Son architecture est une réplique fidèle de la grande abbaye londonienne.

Le Victoria Memorial

C’est un superbe édifice de marbre blanc plus palladien que moghol. Sa construction remonte au début du XXème siècle. Elle visait à célébrer la grandeur de l’Empire dont le centre était Calcutta. Entouré de jolis jardins bien entretenus, sa forme rappelle celle d’un capitole américain. Les petits lanternons autour de la coupole ne sont pas sans rappeller l’eglise de la Salute à Venise. C’est aujourd’hui l’un des plus beaux musées du centre de Calcutta. Le rez-de-chaussée expose des peintures et statues des Anglais qui ont marqué le Raj. En revanhe, le premier étage a été aménagé en musée des « combattants de la liberté ». Dans une muséographie moderne, inédite en Inde, on y suit l’évolution des idées et des hommes qui menèrent vers l’indépendance.

Le musée indien de Calcutta

Ce musée est l’un de plus anciens d’Asie et remonte à 1814. Conçu à l’anglaise, mais dans une palais bengali, il est resté pratiquement en l’état depuis le départ des colons. La muséographie n’a visiblement pas été retouchée. Les chemins y sont compliqués, comme la belle salle des textiles, cachée derrière la collection de poissons et d’oiseaux. La poussière date visiblement de la même époque, en tous cas dans les salles d’histoire naturelle. Néanmoins, la richesse des collections fait de ce grand palais, articulé autour d’une cour, l’une des attractions majeures du centre de Calcutta. Parmi les merveilles, les vestiges de la cité bouddhique d’Amaravati complètent ceux exposés à Chennai. La galerie de peintures mogholes au premier étage jouit néanmoins d’un réaménagement et les œuvres valent d’y passer un moment.

Maison de Mère Teresa

La maison de la grande figure chrétienne est devenue le lieu le plus visité de Calcutta. C’est une maison grise, entretenue par les missionnaires de la charité. On y voit notamment la tombe de la Sainte, cannonisée en 2016.

Au nord de Calcutta, le Pont Howrah et la Gare

Cette fois il s’agit de partir vers le nord de Calcutta. On va y découvrir deux bâtiments emblématiques de la ville. Ils se situent de part et d’autre de la rivière Hoogli, un des bras du delta du Gange. Il s’agit du pont et de la gare.

Le pont d’acier suspendu ne date que de 1943, mais il apparait sur de nombreuses représentations de la ville. Il domine l’impressionnant marché aux fleurs. Tout autour, on croise une foule de petits commerces de rue ahurissants,tels des raseurs publics ou nettoyeurs d’oreille.

De l’autre côté du fleuve, la gare Howrah st l’une de plus anciennes d’Inde avec celle de Royapuram à Chennai. C’est surtout la plus grande et la plus fréquentée du pays. Sa belle architecture est emblématique du style indo-sarracénique.