Itinéraire Street Art à Bristol

Street art JPS le chat Bristol

L’abondance des œuvres murales est telle à Bristol que l’on peut passer plusieurs jours à regarder les murs. Cependant, les œuvres sont par essence éphémère. C’est pourquoi, je n’indique cet itinéraire Street Art, qu’à titre indicatif. Pour plus de renseignements, vous pouvez me contacter directement.

Silent Hobo

Un itinéraire Street Art au départ de la cathédrale

Pour autant, vous pouvez toujours commencer juste en face de l’Hôtel de ville, sur College Green. Sur le petit pont, vous verrez une des œuvres les plus connues de Banksy : Well hung lover, déjà évoqué dans l’article :

Juste en dessous, le mur est utilisé par des personnalités qui profitent de la notoriété de Banksy. De l’autre côté de l’escalier, on voit un renard de Silent Hobo, un artiste local fantastique.

On descend l’escalier (Frogmore Street) et en arrivant face au pub Hatchett Inn, on se retourne face au « Big Deal » de JPS, un émule de Banksy sauvé de la marginalité par le mouvement Street Art. Cet artiste de Weston super Mare utilise lui aussi des pochoirs. Sur le mur de gauche se succèdent le gladiateur hommage à l’acteur du film Spartacus et le chat.

JPS “Big Deal”

Le Street Art dans le centre de Bristol

On prend sur la droite Denmark Street pour rejoindre l’esplanade du Centre. On remonte maintenant Clare Street qui va se transformer en Corn Street. Mais on tourne juste après la jolie librairie Stanford dans un petit boyau sur la gauche (Léonard Lane).  Les murs de cette ruelle malodorante sont recouverts en permanence par les artistes locaux.

Au sortir de ce boyau, à gauche on débouche sur small street et on s’engage dans Bell Street où en se retournant à mi parcours on va découvrir les créations du festival  See no Evil  de 2011 destiné à colorer la grise rue Nelson.

El Mac
http://Bristol, figure de proue du Street Art

à gauche sur le revers de façade, un duel non fini de l’Irlandais Conor Harrington. Un peu plus loin sur la gauche, la jeune femme au bébé de El Mac réalisée à l’aide de projections. On débouche alors sur Nelson Street. A droite, se détache le Disco dog de Ary, un énorme loup habillé et coloré.

Conor Harrington
Ary “Disco Dog”

 Puis l’énorme figure stylisée de Stik. Cet ancien sans abri est très connu pour ses stickmen et son style très épuré et simple.

Vient ensuite Pixel Pancho, reconnaissable par la singularité de ses œuvres, des animaux machines. Cet artiste a travaillé “free hand”et très rapidement pour cet oiseau mécanique qui occupe un pan de mur entier.

De là, on peut rejoindre l’itinéraire 2 ou prendre un verre dans un des pubs ou salons de thé du quartier de Cabot Circus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.