Skyline londonien

Le skyline londonien se transforme rapidement. Une petite vidéo bien faite nous donne la meure de cette croissance. https://www.openculture.com/2021/03/the-growth-of-london.html

skyline depuis le London Bridge

Contournant les quelques rares lois limitant la hauteur des constructions, la ville a accepté dès les lendemains de la seconde Guerre mondiale les projets architecturaux les plus hardis. Ceux-ci ont complètement changé la ligne d’horizon, en respectant les couloirs destinés à protéger la vue sur le dôme de la cathédrale st Paul. Quelques lois  dont celle de 1774 limite la taille et l’aspect des édifices. Elle standardise la qualité et la construction. En 1894, une nouvelle loi limite la hauteur des maisons à celle des échelles de pompiers.

Néanmoins, éventrée par les bombardements de la deuxième Guerre Mondiale, la ville ne cesse de se reconstruire. Voici d’ailleurs les nouveaux projets. : https://www.dezeen.com/tag/london/

Des quartiers reconstruits et transformés

 Le nouveau skyline de la city :

La city a été pratiquement détruite pendant la seconde guerre mondiale. Depuis, elle est devenue le théâtre d’expérimentations architecturales. Son skyline s’est totalement transformé.

Dès les années 1960 l’immense complexe Barbican en béton bouchardé propose une énorme cité jardin avec équipements culturel et  sportifs .  https://www.barbican.org.uk/

Barbican centre

Dans la city encore, en 1976 ,Richard Rogers inaugure le modernisme avec l’immeuble de la Lloyds terminé en 1986. Construit en béton, acier et verre, cette tour surnommée « cathédrale mécanique » prend le nom d’Edward Lloyd, fondateur dès 1688 d’une compagnie d’assurances maritimes. Elle adopte le style radical Bowelism (post modernisme hightech) style associé au nom de Richard Rogers . Les conduits, tuyaux sont rejetés en façade pour maximiser les espaces intérieurs.

L’immeuble de la Lloyds par Rodgers

 Depuis, la City s’est couverte de constructions hardies tel le Gherkin, cornichon de 180m construit par Forster et inauguré en 2004. Son style néofuturiste lui a valu lde nombreuses recompenses. Cette tour étonnante remplace la Millenium Tower, point haut du Baltic Exchange soufflé dans une attaque à la bombe perpetré par l’IRA.

Le Gherkin

Pratiquement en face le  122 Leadenhall Building culmine à 225m. Cet immeuble moderniste de bureau est connu pour sa forme en rape à fromage, qui dégage la vue sur St Paul.

Les derniers étages de l’immeuble de Fenchurch Street lui ont donné son nom. L’immense serre du Walkie Talkie terminé en 2014   offre l’une des vues panoramiques les plus impressionnantes de la ville.

La rive Nord de la Tamise,

Le quartier St Paul longtemps considéré comme intouchable et très bombardé fait lui aussi l’objet de réhabilitation. La dernière en date touche Cheapside. La pointe donnant sur la cathédrale devient un immense centre commercial signé par l’architecte français Jean Nouvel. Peu spectaculaire par rapport au reste de son œuvre cet aménagement s’articule autour de la vue sur la coupole de St Paul, longtemps considéré comme l’édifice le plus haut de la ville.

La BT Tower, devenue emblème de la modernité dans les années 1970 fait du quartier de Bloomsbury une zone également innovante.

Dans le quartier de Saint-Pancras, au nord de la gare, le Granary, ancien entrepôt à blé, abrite désormais la célèbre école de mode Central St Martins. Les entrepôts du port au charbon ont été réhabilités et forment une belle zone commerciale.

A l’ouest de la ville, dans Hyde Park, Les Galeries Serpentine font l’objet de concours d’architectes annuels pour un pavillon d’été  éphémère (6 mois de realization, 3 mois d’exposition). Les plus grands architects contemporains ont participé : Zaha Hadid, Daniel Libeskind, Anish Kapoor, Rem Koolhaas, Frank Gehry to name a few.

A l’est de la Tamise, un skyline visible de loin

Plus à l’est de la City, le quartier de Canary Wharf a subi unespectaculaire transformation . Le vieux quartier industriel, les Docklands, lié au commerce du fleuve, est devenu un majestueux ensemble d’immeubles, dominé par One Canada Square, mais aussi  Newfoundland, One Park Drive, South Quay Plaza One,…En sous-sol un immense et luxueux zone commercial répond à la modernité architecturale de la surface.

Plus au Nord, non loin de l’aéroport de Stratford, se trouve Le quartier olympique. Il date des olympiades de 2012. L’un de ses bâtiments symboliques en est la tour d’observation artistique de Anish Kapoor and Cecil Balmond. Des tubes rouges et tobogans constituent cette petite sœur de la Tour Eiffel rouge..

La Tour Mittal par Kapoor

Non loin de la tour, le parc de la Reine Elisabeth commence à prendre forme. https://www.queenelizabetholympicpark.co.uk/

Dans le parc, on distingue la forme ovoïde du vélodrome œuvre de Hopkins Architects Partners. Le toit  ressemble à une chips Pringle’s. On peut poursuivre la promenade bucolique et architecturale jusqu’au stade De West Ham et à la très belle piscine olympique. De belles promenades existent le long de la rivière Lea. https://www.queenelizabetholympicpark.co.uk/the-park/venues/parklands-and-playgrounds/waterways-and-rivers/lea-river-park

Nouveaux quartiers, Nouvelles architectures, nouveau skyline, Londres terrain d’expérimentation

Le sud de la Tamise, traditionnellement plus pauvre , plus industriel s’affirme comme l’un des chantiers actifs de la capitale.

Le quartier de Southwark

Ce quartier, longtemps hors la ville et à la mauvaise réputation, s’enorgueillit d’audacieuses constructions.

L’une des plus spectaculaires est la Tate Modern. Aménagée dans une ancienne usine électrique de la fin des années 40, la galerie d’art moderne offre un exemple de réhabilitation du patrimoine industriel. Le musée présente une très riche collection d’œuvres modernes. Celles-ci sont classées par thématiques et non par mouvement artistique ni par époque,. Ce choix  permet d’explorer des œuvres sous un angle original . On redécouvre ainsi Dali, Léger, Magritte, Brancusi, Warhol, Louise Bourgeois selon des thèmes.

La nouvelle aile Blavatnik de Herzog et de Meuron, inaugurée en juin 2016, s’inscrit dans la continuité du bâtiment ancien.. Construite en  briques,  béton et  bois brut, elle se fond dans le décor. En effet elle semble de l’ancien rénové. Cette drôle de pyramide décomposée, nommée la Switch House, reste toutefois reliée à l’ancien bâtiment par un pont aérien au quatrième niveau.

Quasiment en face, le City Hall, de Forster, en forme d’escargot abrite les bureaux de l’agglomération du grand Londres.  

London Bridge et au delà

Le Shard définit un nouveau skyline

Le quartier de London Bridge et de l’Hopital Guy se renouvelle complètement. The Shard, extraordinaire aiguille de verre, haute de plus de trois cents mètres est depuis 2013 le plus haut immeuble d’Europe. Ses 309m de haut lui assurent une incomparable vue sur Londres. Sa forme élancée néo futuriste due à l’architecte italien Renzo Piano le rend reconnaissable en tous points de Londres

Le Shard

Plus loin, le long de Bermondsey Road, Ricardo Legoreta a construit le Musée de la mode et du textile. https://fashiontextilemuseum.org/ Si les collections tournent et ne se révèlent pas toujours à la hauteur du prix d’entrée, le bâtiment lui rappelle le meilleur de l’architecture mexicaine. Ses couleurs vives et ses formes cubiques contrastent avec les petites maisons de cette rue vivante et bien agréable. Une pâtisserie française y vend de merveilleux croissants à la pistache.

Musée de la mode et du textile

L’exploration architecturale continue autour de North Greenwich où l’immense toile du Dome O2 tendue pour l’exposition de 2000, abrite désormais un centre de spectacle et un énorme centre commercial. Tout autour, les quartiers neufs s’étendent le long de la Tamise. Des promenades longent d’ailleurs le fleuve permettant de remonter jusqu’à la barrière de régulation des crues. Du Dôme, on peut même prendre les téléphériques au-dessus de la Tamise pour rejoindre la rive nord. https://tfl.gov.uk/modes/emirates-air-line/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.