Les Cathares

Les châteaux cathares n’existent pas mais les Cathares eux ont bien existé. Pour le moins, la mémoire collective occitane atteste de leur implantation dans le Sud-ouest de la France. Ils passionnent d’ailleurs depuis longtemps mais que sait-on vraiment d’eux ? Mal connue et biaisée leur histoire témoigne d’abord de la vision des vainqueurs. https://www.cathares.org/

le pog de Montsegur

Que connaissons nous des Cathares ?

L’historiographie du catharisme est particulièrement importante pour bien comprendre la diversité des points de vue. S’est d’abord imposée la vision des vainqueurs par les écrits de l’Inquisition puis est venu le temps des légendes. https://www.herodote.net/Les_Cathares-synthese-97.php

La vision des vainqueurs

Dès le XIIIe s, les persécutions et croisades vont diffuser une image négative des Cathares. L’Inquisition, instituée en 1233, au lendemain de la double Croisade contre les Albigeois (1209/29), pérennise cette image sectaire. Ainsi, à l’issue de la prise de Montségur. on les réduisait en général à des manichéens qui avaient péri en ce lieu emblématique. La vision d’une secte dualiste, voire manichéenne reste largement répandue même si les historiens actuels la dénient.

 Vision romantique et vulgarisation,  de 1870 à 1960.  

– Dans les années 1850, les premières études (Charles Schmidt) parlent d’une secte avant que la vision ne devienne romantique avec Napoléon Peyrat. Celui-ci confère un rôle clé à Montségur, et « invente » Esclarmonde, fille du comte de Foix. Il interprète les ossements de la nécropole préhistorique de Lombrives comme restes des derniers faydits. Quelques années plus tard, Joséphin Péladan intègre le catharisme à l’occultisme. Il mélange catharisme, légende du Graal et Lohengrin. On associe alors catharisme et ésotérisme. Romans et mythes fleurissent sur les Cathares durant l’entre deux guerres.

Vers une vision plus scientifique au XX e

Livre d’Anne Brenon

Le sujet s’ouvre au grand public dans les années 1950. A la même époque, les recherches scientifiques progressent également avec l’exhumation et la publication de textes cathares. Des spécialistes tels Jean Duvernoy, Michel Roquebert, Anne Brenon, Emmanuel Leroy Ladurie démystifient la tradition de communauté recluse aux doctrines occultes.

-Aujourd’hui, les fouilles archéologiques éclairent les modes de vie, le quotidien médiéval, Certaines découvertes confortent les textes de l’époque, d’autres remettent en cause une vision parfois trop linéaire des événements. Seuls deux traités et trois rituels constituent les sources directes qui nous permettent de comprendre le catharisme et ses particularités.

Les Cathares ont-ils vraiment existé ?  

Toulouse, capitale de l’Occitanie

L’origine des Cathares reste disputée. En revanche ils apparaissent clairement comme une dissidence chrétienne parmi d’autres au lendemain de l’an mil. L’église romaine est alors en pleine réforme. Cette réforme grégorienne attire des oppositions à travers l’Europe : Bogomiles en Bulgarie au Xe, Vaudois dans le Jura et les Alpes, Patarins en Italie, Cathares dans le Nord et le Sud Ouest de la France. D’une certaine manière plus l’église romaine se durcit, plus les hérésies pullulent. En revanche, se pose la question de leur nombre réel et de leur organisation.

Un christianisme médiéval dissident

Les historiens actuels peignent des individus pieux et charitables, engagés dans la vie de la cité. Face à « l’Eglise qui possède et qui écorche », les Cathares  affirment en effet incarner « l’Eglise qui fuit et qui pardonne », la seule fidèle à l’héritage des apôtres. Ils se caractérisent à la fois par la virulence de leur anticléricalisme (de leur opposition à l’église romaine et ses rites) et par leur évangélisme. Ils cherchent en effet à revenir à une lecture littérale des Evangiles.

Caractéristiques de cette dissidence

Pour Rome, les Cathares sont pires que les infidèles juifs et musulmans, car, ils interprètent le christianisme différemment. Ils contestent l’organisation de l’Eglise romaine mais aussi les sept sacrements. Ils n’acceptent que le baptême adulte, appelé « consolatum ».

Leur modèle de vie, les rites et les sacrements sont ceux des premières communautés chrétiennes. Ainsi, ils rejettent la médiation des saints, le culte des reliques et des morts, les prières (en dehors du Notre père) et toutes les pratiques instaurées par l’Eglise romaine tout au long du Haut Moyen Age. Ils s’opposent à la vie matérielle et charnelle.

Les Cathares poussent à l’extrême le sens du message des Écritures qui formule la croyance dans l’existence de deux mondes, l’un bon et l’autre mauvais.

Cependant ce ne sont pas des révolutionnaires. Ils ne souhaitent  en effet pas améliorer le monde.

Chateau de Foix

Les Cathares ont-ils seulement existé ?

 Les Cathares eux-mêmes ne se dénommaient que bons chrétiens ou bonshommes, apôtres, chrétiens ou chrétiennes.  Ceux qui avaient reçu le Consolamentum, sorte d’ordination, dénommés les Parfaits prêchaient. L’ensemble était coordonné par un évêque à la charge était géographiquement délimitée. A l’aube de la Croisade, on comptait alors six évêchés. L’Église catholique, l’Inquisition les qualifient d’hérétiques.

Dans des maisons ouvertes à la fois de couvents et écoles religieuses, séparées en communautés, d’hommes et de femmes, ils suivaient une règle de vie austère. Continents, abstinents, végétaliens, non-violents, individuellement pauvres, entraînés à la parole publique, à la prédication, instruits des textes sacrés, les Cathares parcourent les routes et enseignent. La vie exemplaire qu’ils mènent est un des outils les plus puissants de leur succès.

Si ces communautés hérétiques sont attestées dans l’histoire, le nom de Cathares apparait plus tardivement. Au XIIème siècle, le moine Eckbert Schönau, le premier ,l’utilise pour les hérétiques rhénans. Le terme surgit en France eulement au 19eme siècle. Dune certaine manière, le romantisme a en effet inventé le catharisme. Le régionalisme naissant va s’en emparer.

3 réflexions au sujet de « Les Cathares »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.