Trim, Hodge, Bastet, chats de Londres

Vous les aimez mais vous ne voyez pas beaucoup les chats de Londres ? Qu’à cela ne tienne, voici un article pour les amateurs de chat de tout poil…

Des chats de Londres égyptiens

Vous pouvez commencer votre quète des chats de Londres par l’extraordinaire façade Art Déco de l’usine de cigarettes Carreras?. C’est une claire référence à l’architecture des temples égyptiens avec son armée de chats Bastet montant la garde. La divinité adorée des Egyptiens rappelle ici l’égyptomanie liée à la découverte de la tombe de Toutankhamon. Le Quartier Général de ASOS siège désormais dans cet étonnant bâtiment de 1926 inspiré par les aventures d’Howard Carter alors occupé à fouiller la Vallée des Rois.

Un chat au long cours

Toujours pour ceux qui recherchent les chats de Londres, rendez vous devant la gare de Euston. Vous y trouverez une statue de Flinders et de son chat Trim, par Mark Richards.
Le chat Trim est né en 1799 dans l’Océan Indien et a accompagné fidèlement Flinders dans son tour de l’Australie. Flinders est en effet le premier navigateur à avoir contourné entièrement l’ile continent et l’avoir cartographiée. https://en.wikipedia.org/wiki/Matthew_Flinders

Un chat lettré

Dans votre quête de chats de Londres, je vous conseille un petit détour par Fleet Street. Là, dans les méandres qui mènent à la maison de Samuel Johnson, se tient son chat. Samuel Johnson, le père du dictionnaire anglais, adorait son chat, Hodge. Le sculpteur Jon Bickley rendit hommage à l’ami à poil du grand lexicologue en 1997. La statue se trouve devant la maison où celui-ci vécut de 1748 à 1759 au 17 Gough Square. C’est maintenant un musée consacré à la vie de l’écrivain. Hodge apparait, assis sur le dictionnaire de Johnson, tout près de coquilles d’huitres. Les contemporains racontent en effet combien Johnson pour lui faire plaisir lui achetait des huitres. La phrase qui lui est attribuée sert d’épitaphe “a very fine cat indeed.” https://www.atlasobscura.com/places/monument-hodge-cat

Des chats de Londres et des bienfaiteurs

Un autre chat, en bronze, se tapit sur les bords de la Tamise dans le monument à la famille Stalter « Dr Stalter Daydream ». Le docteur Alfred Stalter était un bienfaiteur de Bermondsey, quartier miséreux dans lequel se trouve l’ensemble sculpté. On y voit le docteur assis sur un banc.  Son épouse Ada, elle aussi remarquable par son dévouement aux nécessiteux, se tient non loin. Plus loin encore, leur petite fille Joy malheureusement morte en bas âge. Leur chat se tient aux aguets sur le muret le long de la Tamise. (Sculpture de Diane Gorvin 1991) https://londonist.com/2014/12/new-salter-statues-unveiled-in-bermondsey

Pour plus de chats de Londres et d’animaux retrouvez moi sur instagram @ rencontres animalières @fabvisites

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *