Chemins cathares

Un itinéraire de randonnée et une route départementale empruntent les chemins cathares.Pour faire suite à mon article de la semaine dernière sur les châteaux, je vous propose en effet une promenade en cette belle région occitane. Pour profiter de ces 36 cités et citadelles en toute quiétude, il faut se hâter car la zone a déposé une demande de certification UNESCO. Une fois labélisés, il y a fort à parier que les chemins attirent une foule de visiteurs.

On peut cheminer en voiture le long de la route panoramique D117 de Foix à Perpignan… ou, pour les plus courageux, à pied …

Un itinéraire occitan 

Je vous propose de nous intéresser au contexte politique social et religieux du catharisme. Il est intrinsèquement lié à l’Occitanie. Au XIIe siècle en effet, des raisons religieuses et politiques expliquent la flambée hérétique dans la région. Que l’on utilise l’ancien terme de Languedoc, ou celui plus actuel d’Occitanie, on se réfère à une langue et une culture bien particulières : celle de la langue d’Oc.

Pourquoi les cathares : La dissidence religieuse apparaît dans la Chrétienté occidentale

L’an mil voit se manifester de nombreuses hérésies. Elles prennent de l’ampleur dans les 3 siècles suivants. Bogomiles (Bulgares au 10es) Pauvres de Lyon, Vaudois du Jura, béguins, patarins du centre de l’Italie, tisserands, Albigeois, Cathares sont les différentes faces de la dissidence religieuse médiévale

Ces communautés prêchent un retour au modèle d’Eglise des premiers temps du christianisme et d’opposition à la reforme grégorienne. Ils seront systématiquement persécutés. le Nord de la France, l’Italie du Nord et du centre n’échappent pas à cette condamnation de l’Eglise romaine et sa hiérarchie au prétexte qu’ils ne respectent pas les idéaux du Christ.  Mais le mouvement s’implante surtout en  Languedoc.  Pourquoi ?

Le Contexte politique et social occitan

Au 11es, le riche et puissant Comté de Toulouse concurrence le Royaume de France et affirme son indépendance face à la couronne mais aussi à la puissance de l’Eglise. Le cadre juridique, politique et religieux y est en effet relativement libertaire.

Les principautés féodales méridionales et essentiellement celle de la famille Trencavel, seigneur et maître de presque tous les territoires concernés par l’hérésie cathare sont particulièrement poreuses. La société y diffère des contrées du nord. Egalitaire et cultivée, elle parle occitan. Elle est marquée par des questionnements sur l’engagement religieux. Le clan familial, le matriarcat, l’importance et la reconnaissance de la femme y sont nets. la croisade va exacerber un régionalisme fort marqué par la haine de l’envahisseur nordique.

Pourtant, Les nombreuses dissensions entre les seigneurs locaux favoriseront l’effondrement du Languedoc.

Chateau de Montségur

.

Randonnée le long du chemin des bonshommes

De multiples agences proposent des randonnées à travers la région pour découvrir ces « citadelles du ciel » selon l’expression de Michel Rocquebert reprise pour la labélisation de la région.

Néanmoins, il est possible d’organiser soi-même la découverte en logeant dans de petites auberges. Les guides, cartes IGN RandoPyrénées.com  (Sentier cathare carte 9, GR 10 et 11) et sites donnent suffisamment d’informations pour s’en sortir seul.

Le Sentier Cathare suit en continu chemins et de pistes sur près de 200 km sur les GR®367 et 367a. On peut relier à pied, en douze étapes, la Méditerranée (Port la Nouvelle) à Foix, en passant de château en château. Le sentier longe  les 7 citadelles dites du vertige. Il s’agit d’Aguilar, Padern, Quéribus, Peyrepertuse, Puilaurens, Puivert, Montségur, et la citadelle de Carcassonne.

carte des chateaux cathares

Des paysages impressionnants

-Un chapelet de forteresses défensives

Des Corbières au piémont des montagnes d’Ariège en passant par la vallée de l’Aude et le plateau de Sault, il offre une grande variété de paysages : lagunes littorales, coteaux viticoles, garrigues, forêts, gorges et sommets pyrénéens, nids d’aigles construits sur d’impressionnants promontoires rocheux. Aguilar, Lastours, Montségur, Peyrepertuse, Puilaurens, Quéribus et Termes forment autour de Carcassonne un ensemble défensif longtemps réputé imprenable. Restructurés dans la seconde moitié du XIIIe siècle sur des sites occupés au préalable par des constructions féodales, la Cité de Carcassonne et ses châteaux sentinelles de montagne constituent l’une des premières constructions en série inspirées du modèle de fortification promu par le roi Philippe Auguste et perpétué par ses successeurs capétiens.

Château de Puilaurens

– Des Ruines romantiques

Au centre de cet arsenal défensif, se situe la Cité de Carcassonne avec ses 52 tours, deux enceintes, 3 km de remparts. Occupé depuis le VIème siècle avant JC, le site vit s’édifier un château comtal au XIIème siècle. Puis, Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel, modernisèrent ses fortifications. C’est au 19e s que Viollet-le-Duc, se vit confier une restauration d’envergure en 1853.

Après le Traité des Pyrénées en 1659, cette ceinture défensive entre la France et l’Espagne, s’est disloquée. Ces citadelles contrairement aux châteaux des seigneurs locaux, représentent des places isolées et difficiles d’accès abritant uniquement des garnisons. Abandonnées, leurs murs éventrés et leurs ruines ont attisé la mythologie romantique voire ésotérique de la fin du 19e siècle. https://citadellesduvertige.aude.fr/decouvrir-les-citadelles/

13 autres châteaux complètent le panorama:Châteaux de Durfort, Niort, Pieusse, Roquefixade, Usson, Hautpoul, Miramont, Padern, Puivert, Saissac, Miglos et Villerouge-Thermenès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.