Misère victorienne

Le XIXème correspond à l’apogée de l’Empire britannique mais aussi à l’explosion de la misère victorienne.

Mosaique sur les quais de la Tamise

 Londres passe de 1 à 7 Millions entre 1800 et1900. La ville s’étend vers l’est, l’ouest, le sud, le nord et devient un centre d’immigration . Elle attire aussi bien les Irlandais chassés de leur ile par la famine que les pauvres fuyant l’Europe de l’Est. Elle devient également le centre d’un Empire énorme et agit comme un aimant.  

la misère victorienne : l’espérance de vie dans l’East End, musée de la guerre

 Si la ville se modernise et s’agrandit énormément, Les zones se déterminent. A l’ouest, les quartiers huppés, aérés, profitent des collines et grands parcs, Ils bénéficient de leur éloignement des usines polluantes. Les vastes résidences bordent de grandes avenues arborées. La différence se creuse avec les autres quartiers, défavorisés.

Musée de la guerre

Des quartiers marqués par la misère victorienne

La misère victorienne à l’Est

Les quartiers insalubres, reçoivent les déjections charriées par la Tamise et subissent les fumées des usines. La pollution industrielle atteint son apogée à l’époque victorienne créant le fameux fog  décrit dans les romans. La Tamise elle-même n’échappe pas à cette intense pollution qui mènera à l’épisode de la grande puanteur en 1858. Pour pallier ce type de pollution et les épidémies, s’organise le système d’égout et l’endiguement du fleuve.

Joseph Bazalgette, Musée des Docks

La Tamise continuera néanmoins à déverser des immondices vers l’est de la ville, dans les quartiers marqués par la misère victorienne.

Bricklane et Whitechapel illustrent encore le Londres pauvre de l’époque victorienne. Petites maisonnettes partagées, constructions sordides et boutiques jouxtent toujours des entrepôts en piteux état, boutiques désaffectées ou usines.

– encore plus à l’est et le long de la Tamise,

Les Docks attiraient une foule hétéroclite et misérable de journaliers, dockers et ouvriers.

Le musée des Docks donne une bonne idée de la zone à l’époque victorienne et des conditions de vie.

Une rue de l’East End victorien, Musée des Docks

-De l’autre côté de la Tamise, Bermondsey puis Roserhithe abondent en témoignages du 19e, siècle : entrepôts, usines désaffectées, écoles caritatives donnent une idée précise de la vie des plus pauvres.

Les gares

Elles correspondent également aux quartiers pauvres du 19ème siècle. Effectivement, il était plus facile de déloger des pauvres pour construire les rails. En outre, les terrains à bâtir coutaient moins cher que dans le centre. Une seule gare se trouve d’ailleurs au centre de Londres, Charing Cross.

– au sud de Londres, les quartiers de Southwark, Lambeth, Kennington rappellent le sort des plus pauvres. Les films de Charlie Chaplin, recréent son enfance miséreuse à Kennington. Ils illustrent aussi les conditions d’existence abjectes des pauvres de l’époque victorienne. Sa mère se produisait dans les cafés et a été internée avec ses enfants dans ces abominables asiles, terreur des pauvres d’alors. Ces « workhouses » sous prétexte de venir en aide aux plus nécessiteux, les condamnaient à un quasi-enfermement dont il était difficile de se sortir. Le musée du cinéma se situe dans les bâtiments del’un de ces rares asiles encore en place.

Musée du cinéma

Des Conditions de vie et de travail épouvantable

Des vies difficiles

Les quartiers pauvres étaient très densément urbanisés. Outre la promiscuité, la petite taille des réduits, il faut imaginer le bruit incessant et assourdissant d’une ville travaillant jour et nuit, les cris, , les sabots des chevaux sur le pavé. Les indigents s’entassaient dans des petits gourbis sans eau. Souvent contraints de manger à l’extérieur par manque d’eau, ou de chauffage, ils profitèrent de l’essor des pubs. On y mangeait en effet chaud et on pouvait s’y réchauffer. Des salons réservés permettaient d’y séparer les clients selon leurs catégories sociales.

Des conditions de travail très éprouvantes 

2/3 des pauvres n’avait pas de travail fixe. Ils étaient contraints de travailler à la journée. Les horaires interminables et les conditions épouvantables en faisaient les artisans et victimes de l’opulence victorienne.

Photographie de la misère victorienne quotidienne, Musée des Docks

le musée des Docks et le musée de la guerre évoquent en filigrane le phénomène.

Les plus pauvres, fragiles, les enfants, étaient soumis à un véritable esclavagisme difficilement compréhensible en France où la 3e République s’est voulue garante de l’école obligatoire. Cette loi fondamentale a été l’une des armes le plus spectaculaires contre le travail des enfants et pour la promotion sociale. Or, a contrario, l’école ne devint obligatoire pour les moins de 10 ans qu’en 1918 au Royaume Uni, qu’en 2015 pour les moins de 18 ans.

-A Southwark, un curieux enclos à la grille ornée de rubans multicolores honore les prostituées. On leur refusait toute sépulture alors que le commerce de ces pauvres femmes bénéficiait à l’église.

Misères victoriennes et philanthropie 

Rapidement, de riches victoriens se sont émus des conditions de vie de plus pauvres. Ils ont alors multiplié les structures caritatives pour les loger, les instruire, prendre en charge les enfants. On voit ainsi se multiplier les lotissements ouvriers et écoles caritatives. Ces initiatives privées font écho aux aides de l’église ou de l’Etat dont la France a été généreuse.

En matière d’éducation, les ragged  et les charity schools visaient à éduquer et prendre en charge les enfants indigents. A Bermondsey, Lambeth, Southwark ou Spitalfield, de petites sculptures d’enfants attestent de ces initiatives.

Working cottage, Southwark
Almshouses Spitalfield

Pour le logement, les Almshouses , abris pour les plus démunis furent bientôt détrônés par les lmmeubles Peabody. Voulus par un riche philanthrope américain, ces logements bon marché restent nombreux dans la capitale.

Peabody Bg

Réactions politiques

Face à cette misère épouvantable dont il était quasi impossible de se sortir, l’époque victorienne a aussi inventé des réactions.

  • Ce sont d’abord des récits plus ou moins critiques : ceux de Dickens notamment.
  • la presse à sensation joue un rôle important, principalement lors de l’affaire Jack l’éventreur. Ces meurtres attirèrent l’intérêt sur l’East End miséreux .
  • Puis la Contestation devient politique. Ainsi, dès 1811, des ouvriers, les luddites, s’en prennent aux machines qui remettent leur travail en cause. Une vingtaine d’années plus tard, en 1838, le mouvement chartiste tente de promouvoir le suffrage pour tous, en vain.
  • Dans les années 1880, le Fabianisme marque une nouvelle étape de la contestation sociale. . Celle-ci trouvera un écho chez les réfugiés politiques. En effet Londres s’affirme alors comme une terre d’exil. Deux émigrés refugiés dans les quartiers de Clerkenwell vont notamment y échanger : Karl Marx et Vladimir Lénine. Marx , vivant de la générosité de Friedrich Engels va un peu tourner dans Londres.
Bibliothèque Marx

Syndicalisme

Le syndicalisme construit peu à peu un mouvement de masse, avec la fondation dans les années 1860, des Trade Union Congress (TUC, congrès des syndicats), et, dans les années 1880, l’extension du syndicalisme au-delà des seuls ouvriers qualifiés. Les grandes grèves des dockers, des travailleurs du gaz, et des filles qui fabriquaient des allumettes défrayent la chronique. Mais, la crise de 1890 marque le recul du mouvement ouvrier avec le recours à des briseurs de grèves, des lock-out et procès pour saisir les fonds syndicaux. A la mort de Victoria, en 1901, les grands mouvements de protestation sont surtout portés par les femmes, les Suffragettes.

2 réflexions au sujet de « Misère victorienne »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.