Jaipur

Les Incontournables de la ville rose

Jaipur, la capitale du Rajahsatn, compte 4,4 M. Surnommée la ville rose, elle n’a rien à voir avec Toulouse. En effet, son rose tient à la peinture appliquée lors de la visite du Prince de Galles en 1876. Bien que fondée assez tardivement, en 1727, c’est une ville magnifique à découvrir et redécouvrir sans cesse. On peut y survivre sans guide. Et on peut circuler aisément dans le centre historique à pied.

Dans ce premier article, je vous propose de découvrir les incontournables d’une visite. A savoir le Palais des Vents ou Hawa Mahal, et le curieux observatoire astronomique, Yantra Mandir. Mais aussi le Fort Amber, situé à une dizaine de km du centre historique.

Amber Fort

 Un peu à l’extérieur de la ville, ce site est immanquable. Il s’agit d’un immense fort posé sur les contreforts montagneux de la chaine des Aravelli . Plus haut, le fort de Jaipur le surveille. Il domine la colline dite de l’Aigle. Celui-ci est plus une forteresse alors que Amber ou Amer ressemble dans les faits à une résidence royale. Avec ses riches cours et loggias, il apparait tel un morceau de paradis dans un environnement plutôt hostile.

Certains effectuent la petite montée à dos d’éléphant mais cette pratique est aujourd’hui montrée du doigt. Mais je vous recommande de visiter Amber tôt le matin. Cela permet de profiter de la lumière, éviter les grosses chaleurs et la foule (ouverture à 8h). On rentre par la porte de Ganesh. Elle mène à une immense cour au débouché de laquelle se tient la billetterie. De là, une pente mène à une cour entourée de pièces superbement décorées. Y logeaient les membres de la famille royale. Des escaliers et rampes annoncés par une porte magnifiquement peinte mènent au Palais des miroirs ou Jai Mandir. Les plafonds et murs y sont incrustés de panneaux de verre et de miroirs pour réfléchir les lumières des chandelles.

Comme tous les palais musulmans, il se dédouble. Coexistent ainsi une zone officielle et masculine et un zenana, mot local pour le harem. Un véritable labyrinthe de couloirs permet de gagner ce dernier. Il faut compter 2 bonnes heures pour grimper à l’assaut de ce formidable lieu. Mais aussi pour se régaler des vues et explorer les recoins.

Jantar Mantar, l’observatoire de Jaipur

Cet Observatoire astronomique est exceptionnel. Même une béotienne comme je le suis ne peut s’empêcher d’être impressionnée par la taille…astronomique du lieu. On parle ici d’une vingtaine d’instruments en pierre. Ils sont utilisés pour calculer l’heure, les mouvements des planètes, les distances et les positions des objets célestes. Ces instruments furent d’abord réalisés en métal ou en bois pour ajuster les mesures. Ils furent ensuite agrandis, perfectionnés et construits en pierre. Des cinq observatoires de ce type en Inde, celui-ci est considéré comme le plus important. Bien que tardif (18eme siècle) il doit sa taille à l’utilisation de ces mesures dans la religion musulmane.  Avant l’introduction de la montre par les Britanniques, l’immense cadran solaire Samrat Yantra permettaitainsi de calculer l’heure des prières.

Hawa Mahal, le symbole de Jaipur

Le palais des vents, avec sa façade de grès rouge et rose ourlée de blanc, est incontournable à Jaipur. Mais j’avais le souvenir lors d’une visite précédente de Jaipur que seule la façade de cinq étages comptait. Et l’on ne m’avait pas forcément conseillé de visiter le Palais lui-même. Certes, l’ascension n’est pas très aisée. Les escaliers sont relativement pentus et étroits pris d’assaut le week-end par une foule en goguette. Néanmoins, le jeu en vaut la chandelle. Précisément car la foule qui découvre les multiples recoins de ce palais façade est un vrai spectacle. Les salles sont petites et vides. Cependant, les points de vue multiples prédisposent à des photographies fantastiques. On y jouit ainsi d’une vue remarquable sur l’observatoire.

La géométrie des espaces, l’aspect labyrinthique donnent vraiment l’impression de se perdre dans un palais des 10001 nuits. Outre cette empreinte moghole, la forme générale de l’édifice tient davantage de l’architecture Rajpoute. Elle est en couronne de Krishna et contient une multitude de tourelles et ouvertures,.

Pour visiter, il suffit de suivre la pancarte à droite de la fantastique façade. Il faut alors contourner complètement le pâté de maison et rentrer par l’arrière. Le palais est constitué d’une multitude de cours et coursives. Une petite cafeteria dans la 1ere cour propose une halte plaisante.

C’était un palais pour les femmes. Contrairement à l’idée reçue, les jalis et balcons ne permettaient pas à ces femmes de regarder la rue. En revanche, les milliers de jharokha les autorisaient à respirer. Le palais, construit en 1799, 10 ans après notre révolution française, tire ainsi son nom des parois et fenêtres. Celles-ci permettaient des courants d’air (Hawa) parfaits pour rafraîchir l’édifice et ses recluses pendant les étés torrides de la région.

Rajasthan

Le Rajasthan constitue le plus grand état indien . Avec 342 239 km2, il dépasse en taille l’Italie. Situé au nord-ouest du pays, il a pour capitale Jaipur.

Triangle d’or

C’est d’ailleurs en général par la ville rose que l’on aborde cet Etat, qualifié de « Terre des Rois ». La grande majorité des voyageurs venant d’Europe se cantonnent en effet au triangle d’or. Partis de New Delhi, ils se rendent au célébrissime Taj Mahal, à Agra. Ils complètent cette boucle haute en couleur, et en population à Jaipur. Ils traversent au passage trois Etats, celui de Delhi, puis l’Uttar Pradesh, le plus peuplé et l’un des plus pauvre à Agra pour enfin chatouiller le Rajasthan à Jaipur (4M d’hab). C’est dommage car l’Etat a tellement plus à offrir. Le désert du Thar s’étend à l’Ouest avec ses magnifiques forteresses, dont Jaisalmer. Mais il offre aussi des villes princières comme Udaipur ou Jodhpur et d’extraordinaires temples.

Cerise sur le gâteau, une fois éloigné des gros centres de Delhi et Agra, les villes sont à taille humaine, les paysages deviennent plus doux et surtout la population locale est adorable.

Certes les sites sont éloignés les uns des autres et il n’est pas forcément facile d’en voir beaucoup lorsque l’on vient de l’autre bout de la planète. Cependant, si vous n’adorez pas la foule et que vous recherchez le dépaysement, la question de vite fuir New Delhi pour passer plus de temps à découvrir cet état peut se poser.

Province d’histoire

Le Rajasthan résulte d’un regroupement des États princiers Rajputs. Ceux-ci connurent leur apogée entre les VIII et XIIèmes siècles.

 Dans l’histoire, cette terre a vu passer les grands Empires et Royaumes mais aussi nombre d’envahisseurs des Huns aux Moghols puis aux Britanniques. Malgré les vagues migratoires, la population reste marquée par la tradition. Ainsi les femmes portent toujours des voiles colorés sur le visage, les festivals ont gardé leurs couleurs. Les villages apportent un véritable dépaysement et sont particulièrement photogéniques avec leur population aux vêtements très vifs abrité du violent soleil de ces contrées quasi désertiques.

C’est aussi la terre des Maharajas et donc de merveilleuses demeures construites à l’époque moghole. Pour résumer le Rajasthan correspond à l’image rêvée d’une Inde fantasmée. Outre les palais, la région regorge de temples animés et de villes ravissantes et à l’identité forte. Jaipur, rose et caractérisée par ses nombreux palais, n’a rien à voir avec la blanche Udaipur construite autour de 5 lacs artificiels. Quant à Jodhpur, dominée par sa puissante forteresse perchée sur un piton, elle est un modèle de conservation patrimoniale et d’organisation touristique.

Rajasthan pratique

Le Rajasthan est un état en grande partie désertique. Il y fait donc très chaud et sec. Il se compose de deux parties très distinctes :

  • au nord-ouest, s’étend le désert du Thar bordé par la frontière du Pakistan.
  • au sud-est, la fertile vallée de la Chambal, beaucoup plus peuplée, séparée du désert par la chaîne des Ârâvalli, qui borde la ville de Jodhpur. C’est dans cette chaine que se forment les quelques rivières alimentées par la mousson estivale.

Se loger

Le Rajasthan déjà remarqué par l’Unesco à de nombreuses reprises est un modèle de développement touristique.

Dès lors il est facile et souvent bon marché de trouver de beaux hébergements, aussi bien dans des palais que des maisons traditionnelles, les Haveli. Vue la qualité de certaines de ces demeures, je ne vous conseillerais pas les hôtels de chaine.

Venir et se déplacer au Rajasthan 

Le train ne relie pas toutes les villes. Le bus peut être pratique mais un peu folklorique. L’avion dessert plusieurs villes. A Udaipur, l’aéroport est petit et se trouve à 1 bonne heure du centre-ville. En revanche, il est proche du centre de Jodhpur et pratique. Quant à celui de Jaipur il est plus grand avec de jolies boutiques (rien à voir avec le somptueux terminal de Hyderabad néanmoins) et dessert relativement bien le pays. Une voiture avec chauffeur permet de s’arrêter dans les villages et temples mais l’état des routes implique de longues heures de voyage. Vos arrêts dicteront en fait votre moyen de locomotion. Il s’agira d’arbitrer entre votre volonté de visiter plusieurs villes ou de découvrir la campagne et les sites.

La route du garum

La route du garum sera notre aventure de la semaine. Ou plutôt la route du commerce romain jusque vers le sous-continent indien. Cela constituera une diversion à l’automnale route du rhum qui se déroule tous les 4 ans.

Les Romains sur la route du garum

Alexandre le Grand a abordé l’Inde en arrivant par le nord. Ses troupes ont franchi l’Hindus et par extrapolation ont donné au pays qu’ils atteignaient le nom d’Inde. Puis, épuisée, l’armée du grand Général s’est arrêtée et a rebroussé chemin.

Mais qu’en est-il des Romains allez vous me dire ?

Les Romains aimaient les épices et notamment le poivre dont ils parsemaient allègrement leurs plats. Ils consommaient beaucoup d’encens dont ils embaumaient leurs dieux. Ils recherchaient aussi textiles et perles. Tout cela transitait en Inde vraisemblablement depuis l’Afghanistan ou la Malaisie.

Les anciens raffolaient également du garum ce mélange de petits poissons en saumure, semblables à ceux que l’on trouve fréquemment sur les étals des marchés indiens. Ils maitrisaient également les vents. De ce fait il n’est guère étonnant de retrouver leur présence sur les côtes orientales et occidentales du sud de l’Inde. ils allaient y chercher leur précieux et odorant condiment.

Les Romains sur la cote de Malabar

C’est tout d’abord sur la cote ouest, dite côte du Malabar que l’on retrouve la présence romaine dans le sud de l’inde. Ils auraient laissé des temples dont aucun vestige ná été retrouvé. En revanche la documentation existe. Le papyrus de Muziris est le premier document en grec renseignant sur un commerce égyptien et romain sur le sol indien, il date du 2e s et est conservé au musée archéologique de Cochin.

 La table de Peutinger, cet itinerarium latin de la fin de l’Empire portait mention des routes empruntées par l’armée et les marchands. Recopiée au 13e s par un moine elle est aujourd’hui conservée à Vienne. Une copie se trouve au musée archéologique de Cochin et atteste de l’existence d’un temple augustéen dans la localité de Muziris. Cependant, le site n’a jamais été retrouvé. Les archéologues l’imaginent situé un peu au nord de l’actuel Fort Cochin, du côté d’Ernaculum. Des amphores et panneaux évoquent aussi les incursions romaines.

Les Romains sur la côte de Coromandel

La présence romaine ne se limite pas à la cote ouest. Il semble que nos légionnaires aient traversé les ghats, ou contourné le sub continent en longeant les plages du sud pour gagner la cote de Coromandel au sud du golfe du Bengale. A défaut de soldats, des marchands s’y sont rendus. Les accompagnaient certainement quelques protochrétiens au rang desquels se trouvait le fameux st Thomas. On retrouve leur trace aux embouchures des fleuves . Par exemple, non loin de Pondichéry, sur le site d’Arikamedu où l’institut français a exhumé des amphores au 19e s. D’autres proviennent de Adichanallur-Tuticorin et remontent au IVe siècle avant notre ère. Quelques vestiges sont exposés dans deux mini vitrines de la minuscule section indienne du Musée Guimet à Paris. Mais aussi dans la première salle peu reluisante du musée de Pondichéry.

Calcutta

Les préjugés collent à l’image du centre de Calcutta. La troisième plus grande cité d’Inde effraye à l’avance par sa misère crasse. Et pourtant c’est oublier que la « Belle en Guenilles » fut la capitale du Raj britannique. Elle conserve d’ailleurs de magnifiques monuments de sa période de gloire.  Comme souvent, je vous propose plusieurs articles. Dans le premier, voici une visite du centre de Calcutta. il vaut mieux y venir entre octobre et mars pour des raisons climatiques.

Autour de l’Esplanade

Ce que l’on appelle le centre de Calcutta correspond au quartier historique de la capitale du Raj Britannique. Desservi par le métro, ce quartier regorge d’hôtels et de petits restaurants.

On y trouve de jolies adresses comme l’Oberoi, le Grand hôtel de l’époque britannique avec son piano bar, ses petits salons. Dans les rues avoisinantes, une foule de petites pensions bon marché accueillent des routards. Les touristes attirent une foule miséreuse autour de ces rues très commerçantes. Car on trouve de tout à New Market . Entre petits stands et jolies boutiques anciennes, ce quartier est le paradis des acheteurs. Pour une petite boisson, le joli hôtel Fairlawn vaut le détour. Il offre une vision désuète et pleine de charme du Calcutta colonial. Ses vieux sofas poussiéreux et ses photos de célébrités d’antan invitent à une halte dans le passé.

Outre les bâtiments gouvernementaux, l’on trouve deux des monuments les plus importants de la ville et de nombreux espaces verts.

Le Maidan, poumon vert de Calcutta

Le Maidan est un immense poumon vert au centre de Calcutta articulé autour de Fort William. La forteresse remonte à 1696, une cinquantaine d’‘années après Fort Saintt Georges, à Madras. Ces Forts marquent les lieux de naissance de ces villes anglaises. Celui au centre de Calcutta se trouve toujours entre les mains de l’armée et ne se visite pas. On trouve de nombreuses statues dans le parc ainsi que des jardins aménagés. Ainsi Eliott park a été financé par la famille Tata.

S’y succèdent également des bâtiments emblématiques du centre de Calcutta. On y voit le planétarium Birla, de style classique, financé par la famille du même nom . Non loin de là, se dresse le mémorial à la Reine Victoria. Puis, la cathédrale st Paul, bâtie sur le modèle de Westminster Abbaye. Son architecture est une réplique fidèle de la grande abbaye londonienne.

Le Victoria Memorial

C’est un superbe édifice de marbre blanc plus palladien que moghol. Sa construction remonte au début du XXème siècle. Elle visait à célébrer la grandeur de l’Empire dont le centre était Calcutta. Entouré de jolis jardins bien entretenus, sa forme rappelle celle d’un capitole américain. Les petits lanternons autour de la coupole ne sont pas sans rappeller l’eglise de la Salute à Venise. C’est aujourd’hui l’un des plus beaux musées du centre de Calcutta. Le rez-de-chaussée expose des peintures et statues des Anglais qui ont marqué le Raj. En revanhe, le premier étage a été aménagé en musée des « combattants de la liberté ». Dans une muséographie moderne, inédite en Inde, on y suit l’évolution des idées et des hommes qui menèrent vers l’indépendance.

Le musée indien de Calcutta

Ce musée est l’un de plus anciens d’Asie et remonte à 1814. Conçu à l’anglaise, mais dans une palais bengali, il est resté pratiquement en l’état depuis le départ des colons. La muséographie n’a visiblement pas été retouchée. Les chemins y sont compliqués, comme la belle salle des textiles, cachée derrière la collection de poissons et d’oiseaux. La poussière date visiblement de la même époque, en tous cas dans les salles d’histoire naturelle. Néanmoins, la richesse des collections fait de ce grand palais, articulé autour d’une cour, l’une des attractions majeures du centre de Calcutta. Parmi les merveilles, les vestiges de la cité bouddhique d’Amaravati complètent ceux exposés à Chennai. La galerie de peintures mogholes au premier étage jouit néanmoins d’un réaménagement et les œuvres valent d’y passer un moment.

Maison de Mère Teresa

La maison de la grande figure chrétienne est devenue le lieu le plus visité de Calcutta. C’est une maison grise, entretenue par les missionnaires de la charité. On y voit notamment la tombe de la Sainte, cannonisée en 2016.

Au nord de Calcutta, le Pont Howrah et la Gare

Cette fois il s’agit de partir vers le nord de Calcutta. On va y découvrir deux bâtiments emblématiques de la ville. Ils se situent de part et d’autre de la rivière Hoogli, un des bras du delta du Gange. Il s’agit du pont et de la gare.

Le pont d’acier suspendu ne date que de 1943, mais il apparait sur de nombreuses représentations de la ville. Il domine l’impressionnant marché aux fleurs. Tout autour, on croise une foule de petits commerces de rue ahurissants,tels des raseurs publics ou nettoyeurs d’oreille.

De l’autre côté du fleuve, la gare Howrah st l’une de plus anciennes d’Inde avec celle de Royapuram à Chennai. C’est surtout la plus grande et la plus fréquentée du pays. Sa belle architecture est emblématique du style indo-sarracénique.

Hampi bis

Cet Hampi bis a pour but de compléter les premières visites de Hampi et les conseils pratiques . Mes lecteurs habituels le savent, j’aime les balades un peu insolites. En tous cas éloignées des foules et des sentiers battus.

Les historiens ont divisé le site en trois grandes zones. Il y a d’abord le centre religieux le long de la rivière. On y voit les temples les plus anciens antérieurs aux Vijayanagara entre les temples Virupaksha et Vittala. Plus loin, se trouve le centre royal avec 60 temples en ruine. Mais aussi des infrastructures type routes, aqueduc, réservoirs, marchés, portes, monastères. Le troisième noyau correspond à tout ce qui reste.

La semaine dernière je vous avais laissé tout près de l’enclos Zenana et des étables des éléphants.

Un autre Hampi derrière le Palais Royal

Pour les plus courageux, en continuant derrière les étables des éléphants on atteint un temple jain. Puis, on rejoint deux autres temples en ruine. Enfin, se dresse une des portes extérieures de la ville dans des murs cyclopéens. D’énormes blocs de granit protégaient la cité. Ils attestent de fréquents raids de populations étrangères. Des tours de garde les renforcent encore.

De l’autre cote de Zenana, le temple Hazara Rama est consacré à Rama. Il jouait le rôle de temple cérémoniel de la famille royale. Des reliefs extérieurs montrent des cavaliers, des soldats, des danseurs et musiciens et procession. A l’intérieur, des frises racontent le Ramayana.

 Derrière le temple, s’étendent les ruines du Palais royal. On trouvera également celles d’une mosquée et une très jolie tour de garde.

La ville était pluriethnique. Outre les monuments hindous, on trouve des vestiges musulmans et Jains principalement près des portes de la ville.

Derrière le temple Ashyurathaya

Si vous êtes un adepte de la marche, vous pouvez grimper sur la colline Mathanga. Attention néanmoins. Sur les 3 chemins indiqués, un seul est praticable et déconseillé si vous n’avez pas le pied sûr et leste. La montée est glissante et vertigineuse. Evitez d’y aller à la nuit tombée malgré les conseils pour assister aux lever et coucher du soleil.

Le temple Ashyurathaya lui-même est une merveille. Il s’étend largement dans un site grandiose de palmeraies et collines de granit rose. En empruntant la rue des courtisanes bordée de colonnades vers la rivière on atteint un petit temple blanchi à la chaux. En contrebas, se déroule une grève. Ici des bateliers proposent des excursions en coracle, ces petits bateaux ronds et traditionnels. A faire si vous avez des enfants ou appréciez les promenades très lentes et contemplatives.

Près du village Kamalapur

On peut reprendre un transport pour rejoindre le village de Kamalapur. On y visite le musée archéologique qui recèle quelques statues et bronzes trouvés in situ. S’y lisent des inscriptions et les nombreuses stèles, un modèle permet de mieux comprendre le site dans son ensemble. Le musée s’articule autour d’une cour dans laquelle a été aménagé le plan relief du site. Celui-ci est plus facile à comprendre avec cette vue d’ensemble. Il peut donc être intéressant de commencer ou clôturer la visite de Hampi par ce modèle. L’entrée au musée est comprise dans le billet groupé Vittala/ Zenana.

Plus au sud de la ville se dresse le grand complexe du temple Pattabhirama ou Varadevi Ammana Pattana. Il date du 16ème siècle et est consacré à Rama, avatar de Vishnou. Ce temple énorme contenait, comme beaucoup de temples de Hampi, un vaste réfectoire.

Pour y accéder depuis Vittala temple, on passe par une très belle porte à étage. Celle-ci marque l’entrée dans l’enceinte aujourd’hui en partie écroulée.

Un peu plus loin entre Hospet et Hampi

D’autres structures surgissent çà et là dans les rizières et champs de canne à sucre. Si vous disposez de temps et êtes véhiculés, n’hésitez pas à vous arrêter et vous y attarder. On distingue par exemple le bain octogonal de Saraswati, déesse du savoir et de la musique. D’autres temples pour Vishnu et Shiva parsèment le paysage, dont le temple souterrain, absolument pas indispensable. En revanche, non loin de ce Shiva souterrain, la mosquée et la tour musulmane, sont superbes. Elles se situent juste derrière le temple de Ram.

Il vaut aussi la peine de de s’aventurer jusqu’ à la porte de Bhima. On peut y contempler les reliefs de lutteurs. Elle se trouve non loin du temple de Shiva souterrain. Elle suit un plan en chicane avec trois changements de direction pour qui pénétrait dans la cité.  Là encore rien d’exceptionnel si l’on se réfère aux constructions contemporaines du reste du monde. En revanche, le lieu quasi abandonné et désert change des foules. Notamment celles rencontrées devant le chariot du temple Vittala ou devant le lotus Mahal. Le nom de Bhima tient au relief sculpté dans la roche aux abords de la porte.

L’autre rive

Derrière le temple Virupaksha se trouve un petit embarcadère. Au pied de celui-ci, des familles se lavent, font leur lessive et leur vaisselle du matin. C’est aussi ici que l’éléphant du temple prend son bain officiellement vers 8h du matin. Cependant, le bain dure longtemps car son maitre ne lui épargne le savonnage d’aucun pli.

A travers les ordures, on rejoint le point de départ aléatoire du ferry. Celui-ci permet de traverser en 5mn vers l’autre rive. Là, des loueurs de moto et tuk-tuk vous attendent. Ils proposent de vous mener vers les différents lieux importants de la rive gauche. On peut d’ailleurs faire une boucle jusqu’au second ferry. Dans ce cas, prenez un tuk-tuk pour la demi-journée ou apprêtez-vous à une jolie marche.

Durant celle-ci, on peut admirer le pont aqueduc. Il fait partie des nombreuses trouvailles d’aqueduc, ponts et puit trouvés à Hampi. L’irrigation permettait une prospérité agricole et une abondance de fontaines et de bains dans la ville. Plus loin, le temple d’Hanumam, Sri Anjaneya Janmasthala, perché en haut d’une colline jouit d’une vue magnifique sur la région. On accède à l’impressionnante terrasse panoramique au bout d’un long escalier de plus de 500 marches. Très populaire, son accès attire toutes sortes de petits vendeurs.

Non loin de là, un autre temple, Pampasarovara, pas fascinant, donne sur un petit réservoir. En revanche, l’abondance de singes accrédite la légende selon laquelle Hanuman serait né en ces lieux.

Vers le village d’Anegundi

Encore plus loin sur la route, s’élève le temple de Durga. Une statue colorée de la déesse vengeresse annonce les bâtiments religieux, juchés sur la colline. Celle-ci surplombe un magnifique paysage de rizières et bananeraies. Le temple lui-même n’est qu’un ensemble de bâtiments monastiques sans intérêt architectural. En revanche, dans l’enclos on rejoint en grimpant encore le château fort d Anegundi. Puis on atteint la grotte ou temple rupestre. L’ensemble vaut surtout par l’incroyable ferveur religieuse.

Puis on rejoint le village, assez grand, d’Anegundi. Quelques jolis bâtiments comme le temple jain et la bibliothèque municipale de style indo-sarracénique n’ôtent rien à l’impression de ville de fin du monde. Pas un café en vue dans cette bourgade poussiéreuse comme sortie d’un autre âge. Le terminal de ferry se réduit à une marre boueuse. N’attendez pas non plus le restaurant panoramique. Il vaut mieux emmener avec vous boissons et en cas . Sans quoi, vous risquez de mourir d’inanition au cours de ce périple sur la rive d’un autre Hampi.

Hampi

Cette semaine, je vous retrouve pour vous parler des visites immanquables de Hampi. La semaine passée, je m’étais penchée sur quelques aspects pratiques. Ici, vous trouverez trois grands ensembles, visitables au pas de course ou, si vous êtes véhiculés, en une grosse journée.

watchtower in Zenana enclosure

 Pour bien en profiter néanmoins, je vous conseille d’étaler sur deux jours la découverte des zones nord et sud. N’oubliez pas si vous avez un budget serré que les deux temples plus musée qui requièrent un billet (groupé 600rp) s’étendent sur les deux zones. Dans ce cas, gardez la visite des autres temples pour le jour suivant.

paysage de rochers

Temple Virupaksha

C’est ici que s’arrêtent le bus et en général les tuk-tuk.  Celui-ci n’est pas payant et il regorge d’animation. Fondé au VIIIème siècle, puis agrandi sous les Vijayanagar, ce serait le plus ancien temple de la ville.  C’est toujours un lieu de pèlerinage même depuis la destruction de la ville. Il regroupe de nombreux petits temples antérieurs. Un long portique y mène depuis le parking et correspond au marché ancien. On y entre par une grande Gopuram puis une grande cour rectangulaire. Une plus petite Gopuram de 1510 mène à une loggia hypostyle. Sur le côté une cuisine commune.

Une autre cour mène au mandapa de Shiva, origine du temple. Le plafond du mandapa central (salle à piler au milieu de la cour) est peint. Les piliers sont ornés de yalis, ces montures mythiques à tête de lion, caractéristiques de l’art Vijayanagara. La Gopuram Nord ouvre sur le réservoir et la rivière. Le temple reste très actif et fréquenté avec son éléphant.

Temple Virupaksha

La colline Hermakuta et ses deux Ganesh monolithiques

Au sortir du temple, on peut grimper sur les dalles de granit vers la colline Hermakuta. De nombreux petits sanctuaires plus anciens que les Viyajanagara s’y succèdent. Une jolie vue englobe les champs alentours. On y déniche deux énormes statues monolithes de Ganesh, dans de petits édicules. De l’autre côté de la colline s’étendent les portiques du marché de Krishna « Bazar ».

Il ne faut pas chercher ici de bazar moderne mais des colonnades qui abritaient autrefois les commerces. Au milieu du marché se trouvait un Pushkarani, réservoir d’eau.  En face de ces portiques, de l’autre côté de la route, se trouve le temple de Krishna assez abimé.  Au sud de ce temple, de petits sanctuaires abritent le lingam de Shiva (3m de haut) et le plus grand monolithe Yoga-Narasimha, avatar homme-lion de Vishnu Narasimha en position de yogi de près de 7m.  Ces deux derniers sont tout à fait impressionnants par leur taille et leur qualité sculpturale.

Autour du temple Achyutaraya

En longeant la rivière Tungabhadra et en reprenant le portique du marché devant le temple Virupaksha, on atteint un grand monolithe de Nandi au museau abimé. Puis en cheminant dans les rochers ou le long de la rivière, on atteint un peu au milieu de nulle part, le temple Achyutaraya (1534). Ce temple fait face au Nord et est dédié à Vishnu comme en attestent les reliefs sur les colonnes. C’était un des lieux importants de la ville. Depuis la Gopuram d’entrée, la rue bordée de colonnades, dite « des courtisanes » mène à la rivière.

Le chemin de droite continue à travers les petits édifices religieux jusqu’au temple Vittala en passant par une belle porte et la balance du roi. En contrebas, un mandapa facilite l’accès à la rivière tumultueuse entre les rochers.

Le temple Vitthala essentiel lors d’une visite des immanquables de Hampi

Pour visiter ce temple il faut prendre ses billets et se munir de patience car la foule se presse devant la billetterie, et les petites voitures de golf prête à éviter 10mn de marche.  C’est le temple le plus sophistiqué d’Hampi malheureusement il est très refait. Vitthala est une des formes de Krishna. Une Gopuram permet d’accéder à la grande cour avec ses mandapas à piliers magnifiquement sculptés et son fameux chariot, en fait sanctuaire à Garuda. Ce chariot figure d’ailleurs sur le recto des billets de 50rp.

Juste à l’extérieur de ce magnifique temple malheureusement souvent bondé, une autre allée bordée de portiques ramène à la route. Elle passe devant un temple à Shiva, un réservoir et un joli petit temple dont les yalis sont remplacés par des chevaux, ceux des marchands qui s’y arrêtaient.

Le palais royal

On atteint d’abord les bains de la Reine, ravissant pavillon à bassin, de style indo-islamique. Les petites coupoles du corridor qui entoure le bassin diffèrent toutes les unes des autres. Il s’agit certainement d’un des lieux les plus raffinés de l’antique cité de Hampi.

On accède alors au Palais royal dont il ne reste que peu. L’ensemble a subi d’importantes rénovations. Néanmoins on y voit la terrasse du roi, Mahanavami platform, certainement une grande salle d’audience dominant la ville. Le socle est décoré de reliefs illustrant la vie au 14e s ainsi que les activités royales. Plus loin, le souterrain pouvait servir de trésor. On découvre surtout l’aqueduc, qui alimente le réservoir à degrés, très photographié. Découvert en 1980, il a subi une véritable reconstruction. Juste derrière, s’ouvre l’énorme complexe de bains.

Le complexe Zenana, l’un des immanquables de Hampi

En continuant, on atteint l’enceinte des femmes Zenana, dernière partie des monuments payants. Il s’agit certainement de l’ensemble de monuments les plus immanquables de Hampi. A l’abri de murs cyclopéens, le grand enclos regroupe le très élégant bâtiment du lotus sur deux étages. Avec ses arcs polylobés et ses dômes, il apporte les raffinements indo-islamiques au complexe architectural. Si l’on ne connait pas sa fonction, ce mélange d’architectures hindoue dans la forme pyramidale et d’éléments islamiques est très réussi.

Dans le même enclos, la salle de garde ou trésor abrite une partie des collections du musée archéologique. Deux bâtiments en ruine et trois tours de guet indo-islamique se dressent non loin. Une porte mène à un second enclos où se dresse le grandiose étable des éléphants. Dans cette rangée de 11 pièces, tous les dômes diffèrent. A la perpendiculaire, le bâtiment des gardes, articulé autour d’une veranda, accueille lui aussi des collections lapidaires du musée. Pour ceux qui disposeraient de plus de temps, la visite de Hampi recèle d’autres jolies découvertes. Pour vous en parler je vous propose de nous retrouver la semaine prochaine.

Beautés d’Hyderabad

Cet article consacré aux beautés d’Hyderabad fait suite à mon article de la semaine dernière. Je m’y étonnais que les immanquables de Hyderabad ne soient mentionnés sur aucun guide mais surtout sur aucun site. Voici donc cette semaine ce qui vaut vraiment la visite et n’est pas toujours ni connu ni référencé et ce que vous pouvez décider d’éviter.

Des beautés d’Hyderhabad qui méritent vraiment le voyage

Golconda Fort

Golconda ou “colline des bergers” en Telougou est l’un des forts les plus célèbres d’Inde dans ce qui était la capitale du Royaume entre les XIV et XVIe siècles. A l’origine, il s’agissait d’un fort de boue, reconstruit par les trois premiers rois Qutub Shahi. Merveille architecturale que l’on date au XIIe siècle, la forteresse se dresse sur une colline, à une dizaine de kilomètres de centre de Hyderabad. Le site se compose en réalité de quatre forts distincts avec une muraille imposante entourant l’ensemble sur plus de dix kilomètres de long. Il est notamment renommé pour son acoustique et son système hydraulique particulièrement ingénieux.  9h/17.30 tlj

– Tombes Qutb Shahi

Contrairement aux dires de nombreux blogs, ce site ne se trouve pas juste à côté du fort. Aller de l’un à l’autre représente une longue marche modérément agréable pour laquelle un taxi est bienvenu. Ce vaste et magnifique lieu recèle des tombes des souverains de la dynastie locale Qutb Shashi. Il représente l‘une des grandes beautés d’Hyderabad.

  Dans un grand parc, on se promène entre ces 16 mausolées surmontés de dômes et 23 petites mosquées dont les minarets inspirées de l’empire ottoman ne dépareraient pas auprès du Taj Mahal. La décoration antérieure aux Moghols (et donc au Taj Mahal) ne comprend pas d’intarse mais de la dentelle de pierre. Des traces de polychromie permettent d’imaginer l’impact de ces dômes bleus devenus blancs. Un hammam bien conservé et un petit musée évoquant les restaurations par le trust Aga Kahn.

Chowmahalla Palace

Chowmahalla est resté longtemps le siège de la dynastie Asaf Jahi et la résidence officielle des Nizams d’Hyderabad lorsqu’ils gouvernaient la ville.

On entre dans ce beau palais du 18eme siècle par un jardin orné d’un miroir d’eau sur lequel se reflète la salle du trône ou Durbar, toute de marbre et verreries européennes. Les salles de gauche et droite exposent des photos de la vie des Nizams. A l’étage, des services de faïence et à l’arrière des armes. En contournant le Dubar, le long de la tour de l’horloge, on parvient à un second parterre bien entretenu qui mène à une troisième cour . Autour de celle-ci s’articulent quatre palais d’ ou le nom de Chow (4) mahallas (palais). Deux d’entre eux sont ouverts à la visite. L’un expose des vêtements de cour, l’autre des salons très fin du 19`eme siecle. Dans un dernier jardin, on découvre la collection de vieilles voitures des Nizams. 10h-17h sauf vendredi. La boutique du musée vaut le détour.

Ce qui mérite peut-être moins le détour

– la circulation démentielle

Il est quasi impossible de marcher à Hyderabad ce qui rend le taxi (uber ou surtout ola fonctionnent très bien) indispensable. La circulation démentielle et la pollution font que le métro peut ne pas être une mauvaise idée.

-Jung Museum

Réputé comme l’un des trois musées nationaux de l’Inde, il doit sa renommée à sa taille, son relatif bon état et sa collection d’œuvres européennes et asiatiques. Alors si vous défaillez de plaisir face à un Turner ou un Constable allez-y, tout en évitant la foule des fins de semaine.

-Birla Mandir

Ce temple hindou construit en 1976 en marbre blanc dans un style des plus éclectiques domine la ville. La vue sur le lac y est somptueuse. Encore faut-il accepter de vous démunir de vos chaussures et de vos possessions, portable en tête. L’accès à pied permet de traverser un sympathique marché .6/12h et 15/21h.

-L’archi modernité

Hyderabad présente deux faces contradictoires. D’un côté, la misère et la crasse. De l’autre,le luxe et la haute technologie. Ainsi, la ville est dotée d’un aéroport ultra moderne. Elle jouit d’une réputation de capitale de la High tech avec des quartiers portant le nom de Cyberabad, ou HiTec. Elle s’enorgueillit de galeries commerciales modernistes. Cette modernité fait de Hyderabad sinon la Mecque de la High Tech, une sorte de Kuala Lumpur indien.  

-Le Taj Falaknuma

Cet ancien palais des Nizams a été entièrement réhabilité par la luxueuse chaine hôtelière Taj. Pour visiter ses somptueux jardins et salons, il est obligatoire de prendre un tour avec afternoon tea. On peut aussi y loger ou y prendre un repas mais le tout avec réservation.

Les joyaux cachés, ces vraies beautés d’Hyderabad

Thé au safran

 Les guides évoquent certes le biryani, plat de riz spécialité de cette ville largement musulmane. Ils parlent également du Haleem qui dans les faits ne se mange que pendant le mois de Ramadan. En revanche, s’ils conseillent le thé iranien, ils ne mentionnent guère le fantastique té au safran. Lacté et sucré c’est un formidable reconstituant. A savourer sans limite chez Pista House.

Le Marché Mozamjahi

Rares sont les mentions du marché central. Construit en granit, la pierre locale, à l’époque britannique il s’enorgueillit d’un carillon à la Big Ben. Les locaux fréquentent les lieux le matin pour leurs emplettes, l’après-midi pour y déguster une délicieuse glace.

L’ancienne Résidence d’Angleterre

Peu documentée également, la Résidence d’Angleterre au sein de l’Université vaut le déplacement pour les amateurs de cinéma et d’architecture. C’est une grande demeure typiquement palladienne. Elle sert de lieu de tournage, plus encore que les célébrissimes studios de Ramoji transformés en parc de loisir. A l’heure de notre passage, l’illustre Prabhas venait de quitter les lieux.

– Les tombes Paigahs

Ce site est peut-être la plus absolue des beautés d’Hyderabad. Il justifie certainement de venir à Hyderabad. D’abord, parce que le trouver s’apparente à un véritable jeu de piste. Cela donne ce qu’il faut de frisson à l’aventurier qui est en chacun de nous. Surtout parce que la finesse architecturale y est merveilleuse. Il ne reste qu’à attendre que la Fondation Aga Kahn (encore une fois) ne fasse jouer sa magie restauratrice pour que ce lieu exceptionnel retrouve sa magie.

Hyderabad

Dans la série ville sous cotée au niveau touristique et sous documentée Hyderabad détient la palme. Les guides papiers sont plus que succincts. Quant aux conseils tirés çà et là d’internet ils émanent de gens qui visiblement ne sont pas allés à Hyderabad. Ou très rapidement il y a longtemps et ont reposté des informations plus ou moins exactes.

magasin de bangles, souk, Hyderabad

Alors, voici les lieux les plus documentés ou bizarrement passés sous silence à venir tester ou pas.

Cette ville à 43% musulmane, a été fondée avant l’arrivée des Moghols et gouvernée pendant quatre siècles par ses richissimes nizams. De ce fait, évitez les visites le vendredi, tout y est fermé. La semaine prochaine je vous emmènerai dans des lieux moins connus mais à tort. Aujourd’hui, découvrez la statue énorme et immanquable dont aucun site de visite ne parle. Mais aussi la mosquée et le souk où se précipitent les visiteurs et la cité du cinéma transformée en parc d’attraction.

Des lieux d’Hyderabad archi référencés à juste titre

Charminar, centre de Hyderabad

Certes la mosquée aux quatre minarets (d’où le nom en ourdou) est imposante et emblématique du style architectural si unique à Hyderabad. Ses minarets d’inspiration ottomane et ses dentelles de pierre à la persane impressionnent en effet. La foule également. Sa construction remonte à 1591 et à la fondation de la ville. Son érection devait marquer la fin d’une épidémie de peste. L. Tlj 9.30/17.30

Mecca Masjid  ou Mosquée de la Mecque

C’est l’une des plus anciennes mosquées de la ville et l’une des plus grandes du pays. Elle marque le point de départ de la ville, oeuvre de Muhammad Quli Qutub Shah en 1693. Son nom s’explique par les pierres rapportées de la ville sainte. Il vous faudra vous déchausser et vous couvrir pour y découvrir la magnifique cour au bassin et la salle de prière. 4h/ 21h30 tlj

Laad Bazar, le souk animé d’Hyderabad

Au pied du Charminar, le Laad Baazar est le marché le plus ancien de la ville. Laad signifie « résine », en référence à la résine utilisée pour insérer les pierres et diamants sur les bracelets. En effet le bazar effervescent et bruissant croule sous les petits vendeurs de bracelets, robes scintillantes et faux bijoux. Vous pouvez vous y perdre si vous aimez les souks moyen- orientaux et que vous adorez marchander.

Des lieux que vous ne pouvez pas ne pas voir à Hyderabad

Ici je vous présente des lieux à voir parce que vous ne pouvez pas faire autrement sauf à éviter toute une partie de la ville. Cependant, vous pouvez tout à fait décider de ne pas aller regarder.

–  Le Lac Hussainsagar

Si vous êtes prêts à gober n’importe quel guide qui n’a jamais mis le pieds à Hyderabad, foncez au jardin public. Mêlez-vous à la foule pour vous serrer dans un ferry et profitez des effluves d’aisselle et des remugles nauséabonds de cette pièce d’eau artificielle. Alimentée par la rivière Musi, elle a été construite par Ibrahim Quli Qutub Shah en 1563, dans le but de fournir la ville en eau.

 Vous pouvez cependant préférer les hors bords dans lesquels, saucissonné dans un gilet orange, on vous fera tourner autour de la pauvre statue de Bouddha érigée en 1992 pour une raison indéchiffrable. Certes grand, ce monolithe de 18m en comptant le piedestal, isolé à quelques mètres du bord parait bien petit vu de loin.

La forme de cœur vantée par les guides m’a échappée, en revanche les odeurs m’ont bien mis le cœur au bord des lèvres. Quant au tour du lac pour rejoindre Secunderābād il vous confronte à la difficulté de marcher en Inde. S’il y a des trottoirs ils sont ou occupés par des travaux, des automobilistes ou rendus impraticables par les trous et la pestilence des déjections humaines. Welcome !

-la statue d’Ambedkar

Au bord du lac, une énorme statue écrase la vue de ses 38m de hauteur. Elle représente le Dr Ambedkar, père de la constitution indienne. En comparaison, le Bouddha est à peine visible. Le grand homme qui a œuvré à l’abolition des castes, se tient debout sur le bâtiment législatif. Pourtant, ce symbole pas vraiment inaperçu n’est mentionné sur aucun site et dans aucun guide. Pas étonnant il a été dressé en Avril 2023.

L’immense statue domine le lac, certes, mais aussi le parc NTR. Son nom provient de l’ancien Chief Minister. Cet ancien acteur était aussi grand papa de NT Rama Rao Junior, star absolue dans le  block Buster RRR.  Rao Junior peut aussi saluer son papy statufié au bord du lac. Ça c’est vraiment la classe.

-Le Secrétariat Général

Derrière cette statue, au-delà du Parc NTR, se dresse le bâtiment imposant du Secrétariat général du Telangana. Cette grosse bâtisse en carton-pâte a été érigée pour contenir les locaux de la capitale du Telangana et de l’Andra Pradesh. Ce après la dissociation du Telangana de l’union des deux états en 2014. Il a fallu araser la dizaine de bâtiments de l’époque des Nizams, souverains locaux, pour construire cette bâtisse en 2021. Elle est éclairée comme la foire du trône à la nuit tombée. Le résultat se passe de commentaire.

statue énorme et lumineuse du Dr Ambedkar

Flambant neuf également, se dresse le mémorial aux martyrs du Telangana en face du secrétariat. La surface en miroir du gros haricot géant reflète le bâtiment sus cité. Quant à la fausse flamme dont la forme se passe de descriptif elle ne vaudrait que par son originalité constructive. Je laisse les visiteurs juge mais sachez au moins que le centre de Hyderabad est en passe de changer complètement.

Ramoji Film City

Vanté comme attraction majeure pour les amoureux du 7ème art il vaut mieux vérifier ce que vous venez chercher car les guides copient d’anciens commentaires et les réactualisent rarement. Dix ans se sont passés depuis leurs dernières recommandations. Certes Hyderabad capitale jointe du Telangana et de l’Andra Pradesh est LE CENTRE du cinéma du sud. Pour autant, Ramoji Film city, construit par le producteur Telugu Ramoji Rao en 1996 à 34km de la ville, n’attire plus de tournages depuis Bahu Bali . Les studios se sont transformés en parc d’attraction. Amoureux du 7ème Art, lisez bien les commentaires avant de vous hasarder sans quoi vous risquez une belle déception.

Quant à moi, je vous retrouve la semaine prochaine pour vous raconter tout ce que j’ai vraiment aimé à Hyderabad.

Autour du Tamil Nadu : introduction

Cette nouvelle rubrique autour du Tamil Nadu vise à proposer quelques échappées à moins de 4h d’avion de Chennai. De quoi passer un joli week-end ou de petites vacances.

A 1h de Chennai, le nord du plateau du Deccan

Autour du Tamil Nadu, il y a d’abord, tout le plateau du Deccan avec des villes fascinantes. Ainsi, Hyderabad ou Mysore à 1h de vol nous projettent dans un cadre bien distinct. Car les Moghols ont conquis et gouverné cette zone. Ils y ont laissé des témoignages visibles, dans l’art mais aussi la culture populaire et la façon de vivre. L’architecture et la population y diffèrent totalement de celles du grand sud, en l’occurrence du Tamil Nadu ou du Kerala. La nature diffère également avec des forêts denses que l’on découvre dès le Nord du Tamil Nadu.

Tombe Paigah à Hyderabad

L’Inde du Nord

On peut aussi pousser plus loin vers le Nord du pays et se donner l’impression de changer complètent de monde. Les langues, les peuples y diffèrent. L’histoire même du Nord n’a rien à voir avec celle du sud. Elle est marquée par de nombreuses invasions. Aryens, Moghols notamment qui ont épargné une grande partie de l’Inde dravidienne du Sud. Souvent plus moderne et marqué par l’occident, le Nord correspond davantage à l’image d’Epinal que l’Occident se fait du pays. Une Inde multicolore, surpeuplée, miséreuse. Ceci sans parler des paysages impressionnants des montagnes himalayennes.

Cette Inde axée autour des grands fleuves ne ressemble que de loin à l’Inde du sud. Celle-ci est à la fois plus technologique et plus conservatrice. Ainsi c’est à Bengalore et Hyderabad que se concentrent la haute technologie et la créativité informatique du pays. En revanche, à Chennai, on trouve les industries innovantes. C’est aussi à Chennai que les familles restent le plus viscéralement attachées à leurs traditions. Et notamment à leur gastronomie basée sur le riz. On pourrait ainsi opposer une Inde du riz au sud à une Inde du blé au nord.

Les pays autour du Tamil Nadu

Troisième option, les territoires autonomes comme Andaman ou carrément l’étranger. Car Chennai ouvre la porte du Sud asiatique. Le trajet pour Colombo dure à peine 1h alors que 3h30 suffisent pour rejoindre Bangkok ou 4h la Malaisie. En changeant de pays pour la péninsule malaisienne, on se sent à la fois dépaysé et en territoire connu. Connu car Singapour comme la Malaisie reconnaissent le tamoul comme langue officielle au même titre que l’anglais ou le malais.

Batu Cave Malaisie, le Ramayana

Connu parce que l’hindouisme y est présent mais aussi les légendes et mythes fondateurs, fondés sur le Mahabarata. Si la Thaïlande ne reconnait comme langue officielle que le thaï, l’écriture s’appuie, elle, sur l’héritage pali. Elle utilise une logique similaire à celle de l’alphabet tamoul. Le fait de le savoir ne rend ni bilingue ni alphabétisé. En revanche ces influences culturelles donnent un fond commun qui justifie pleinement toute excursion depuis l’Inde.

Batu Cave, le Ramayana, Malaisie

Voyager en Malaisie

12 bonnes raisons pour voyager en Malaisie depuis Chennai

Voici 12 raisons pour voyager en Malaisie si sous avez quelques jours libres devant vous, une envie de dépaysement plaisant et pas trop loin de Chennai ? Alors n’hésitez pas et prenez votre billet pour Kuala Lumpur.

1/ Depuis Chennai, la Malaisie est une destination facile, et proche

Il vous suffit de 3h50 d’avion, vol direct, 2h30 de décalage horaire.C’est une destination facile car tout y est bien organisé clair et tramé. Sur place, les transports sont nombreux efficaces et fiables. Les trains sont confortables, fréquents, modernes et ponctuels. On peut les réserver en ligne. Les liaisons faciles d’une ville à l’autre, de l’aéroport à Kuala. Si le bus ou le métro ne sont pas de votre gout, téléchargez l’appli Grab, super efficace et facile. Attention néanmoins, le trajet entre l’aéroport et le centre est très long (plus de 40km) et tellement plus rapide en train. Attention également à la gare à bien vérifier le nom de la compagnie ferroviaire et la destination pour vous orienter.

2/ Les Français n’ont pas besoin de visa pour voyager en Malaisie

3/ Culturellement, voyager en Malaisie est à la fois dépaysant et proche.

Même si la population à la base austronésienne a été bien mâtinée de chinois, de nombreux apports tamouls nous la rendent plus compréhensible, plus proche, vue depuis Chennai. Les rotis et parathas s’y consomment aussi couramment que le bami goreng et les couleurs de l’hindouisme se mêlent au son du muezzin. Pays à majorité musulmane, la Malaisie reste tolérante pour les étrangers. Près de Kuala Lumpur, Batu cave est un haut lieu récent mais impressionnant de l’hindouisme. On y rend un hommage appuyé au Ramayana.

4/ Des villes coloniales ravissantes.

A Malacca, vous trouverez une ambiance provinciale et portugaise, alors que Georgetown, beaucoup plus grande, sur l’ile de Penang offre de très beaux souvenirs architecturaux de la période anglaise et de l’influence chinoise. On peut l’atteindre en train rapide depuis Kuala Lumpur jusqu’à Butterworth et prendre le ferry très bien indiqué depuis la gare. Dans cette ravissante ville colonial la grosse communauté chinoise, s’organisait en clans avec leurs maisons, leurs temples et mêmes leurs jetées. On peut visiter la maison Peranakan pour avoir une idée de la richesse de ces chefs quasi mafieux qui régnaient sur leurs communautés. La ville, classée par l’UNESCO, est parsemée de jolis cafés mais aussi de lieux plus authentiques.

5/ Un arrière-pays de toute beauté et très varié

On y trouve des zones de jungle, une végétation luxuriante, des collines à thé (Cameron Hills). La nature y reste sauvage et préservée avec des villages typiques. Venant d’Inde, il est plus facile d’alterner les plaisirs grâce au réseau de transport rapide et efficace.

6/ Des plages, des plages, des plages comme Langkawi

7/ Une qualité de vie fantastique.

Le coût de la vie assez faible permet de s’offrir de se faire plaisir en hôtellerie. Les hébergements y sont de qualité avec un beau service et un vrai confort pour des prix bien plus compétitifs qu’en Inde. Les conditions de voyages sont donc plaisantes dans ce pays moderne et propre.

8/ Une véritable authenticité.

La Malaisie reste à l’écart des sentiers touristiques. De ce fait, les gens ont conservé une vraie gentillesse. Surtout la nature n’est pas encore abimée.

Temple, paons, Batu cave

9/ la qualité de service, la gentillesse et la serviabilité des gens.

Comme dans toute la péninsule malaisienne, Le mélange d’hospitalité musulmane et de gentillesse asiatique y est particulièrement agréable.

10/ En venant de Chennai, la langue est presque sympathique.

Le malais ne fait pas peur. Ecrit en alphabet latin, il est lisible et on peut donc s’orienter à la simple lecture des panneaux. Certes il est parfois retranscrit en arabe jawi mais en général pour des raisons religieuses donc autour des mosquées principalement. Surtout, la mixité des cultures malaises, anglaises, chinoises et tamoules rend la communication aisée. L’anglais, le malais et le tamoul sont langues officielles. On peut donc s’y exprimer, s’y faire comprendre et comprendre facilement grâce notamment à la lingua franca qu’est l’anglais.

Terima Kashi = merci en malais

11/ la nourriture est omniprésente et excellente.

quartier indien Kuala Lumpur

Partout les petits marchands ambulants proposent des produits de qualité à des prix défiant toute concurrence. Alors n’hésitez pas et rendez-vous sur ces hawkers market pour gouter au nasi (riz ) goreng (frit) ou bami (pates) kukus ( vapeur)

12/ Kuala Lumpur est une capitale vivante vibrante et moderne.

Shaname, manuscrit du Musée d'arts Islamiques de Kuala Lumpur

Il y en a pour tous les goûts, de la boutique de quartier au magasin de luxe, mais aussi un joli quartier historique et des musées remarquables. Notamment le magnifique musée d’Art islamique, reconnu à juste titre l’un des meilleurs du monde avec le MIA de Doha, le Caire et le Louvre. Des bâtiments modernistes et impeccables, une muséographie superbe. Le parti pris d’exposition est thématique et non chronologique, mais la disposition par matériaux et couleurs est assez bluffante visuellement. Surtout, la qualité des objets exposés concurrence les plus belles collections mondiales. On commence au dernier étage de ce bâtiment blanc et moderne par les modèles des mosquées les plus emblématiques du monde puis on découvre les collections de textiles, la galerie des céramiques, les ornements, les manuscrits dont quelques pages du magnifique Shaname.

Petronas Towers Kuala Lumpur

Kuala Lumpur offre de quoi se régaler aussi bien aux accros du shopping, qu’aux flâneurs de rues, aux inconditionnels de culture ou aux gourmands invétérés.

mosquée du quartier historique Kuala Lumpur