Saint François à la Havane…..

Sur les traces de Saint François à la Havane ? Voilà un itinéraire surprenant allez-vous me dire….

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Eglise-st-Esprit-benitier-768x1024.jpg.

Mais non Saint Francois n’est pas venu à la Havane. En revanche ses petits frères pauvres si! Et ils s’y sont promené, et ils y sont restés…Alors suivez-moi sur leurs traces. Vous pouvez aussi lire cet article http://www.psychologies.com/Culture/Maitres-de-vie/Francois-d-Assise

Et surtout le formidable livre de Jacques le Goff.

L’Eglise Saint-François d’Assise comme jalon

Nous commençons à l’Eglise st Francois d’Assise sur la place homonyme. Cette église du début du XVIIIe  fut détruite en grande partie par un ouragan . On la ferma ensuite . Puis, l’officine de l’historien de la ville entreprit de la reconstruire et de la réouvrir  en 1994 comme salle de concert. Son chevet plat suivait autrefois la ligne de côte. Il part en diagonale et se compense à l’intérieur grâce à un trompe l’œil architectural du meilleur effet. Il reste deux des trois cloitres d’origine, aménagés en musée d’art sacré. Du clocher, l’on jouit d’une des plus belles vues sur la vieille Havane.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Eglise-St-Francois-trompe-loeil-du-choeur-1024x768.jpg.

L’église se situe sur une place autrefois nœud commercial de la cité en raison de sa situation portuaire. Elle abrite d’ailleurs les bâtiments de la douane et la Bourse du Commerce tous deux des années 1910. La Bourse imite un palais florentin renaissance. Une statue de Mercure, parfaite réplique de celle de Gian da Bologna à Florence la couronne.

De Saint Augustin à Saint François

Nous prenons la rue Amargura jusqu’à l’angle avec Cuba pour rencontrer la très belle église des Augustins. Elle date de 1607 et sa restructuration remonte à 1860 au départ de la confrérie. Alors quel est son rapport avec notre Saint-François à la Havane? C’est en 1920 qu’arrivèrent les franciscains. De fait, ils avaient  perdu leur domiciliation première. On les logea alors chez les Augustins…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est eglise-St-Augustin-facade-768x1024.jpg.

Dans cette église, le prêtre italien parle de baroque mexicain même s’il s’agit plutôt d’un éclectisme néo renaissant bien réussi au demeurant.  On y retrouve une iconographie franciscaine sur la mosaïque du sol, les stucs des colonnes et pilastres ou encore les fresques. Les nervures des ogives quant à elles, reprennent le thème de la cordelette à nœuds fermant le manteau de bure des frères.

L’église fut fermée en 1965 et réouverte au culte 10 ans plus tard. Elle a fait l’objet d’une magnifique restauration . Aujourd’hui, on l’a considère comme l’une des plus belles églises  de Cuba. Quelques œuvres amusantes comme le Saint Francois au-dessus du portail latéral peint en si grand que le peintre faute de toile utilisa une voile. On reconnait également de belles images de la Vierge. En effet le culte marial a pris beaucoup d’importance dans l’iconographie franciscaine.

Dans la coupole, des fresques représentent les 4 piliers de l’ordre charité, obéissance, pauvreté et chasteté. Une jolie chaire de bois stuqué, complète la décoration. Dans l’ancien couvent en restauration,  un musée consacre ses galeries aux sciences et notamment au découvreur de la fièvre jaune le célèbre médecin cubain Carlos Finlay.

Sainte Claire et les Pauvres

Nous continuons maintenant la rue Cuba dans le quartier Saint Isidore en direction de l’Eglise du St Esprit. Au passage nous longeons (angle Luz et Sol) le Couvent des Clarisses, magnifique édifice néoclassique construit des 1644 et abandonné en 1922 . Sa restauration n’avance malheureusement pas du tout.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est eglise-st-esprit-cle-de-voute-1-768x1024.jpg.

A l’angle de Compostella, on arrive devant la très belle église du Saint Esprit. Il s’agit de la plus ancienne église de la ville encore debout. Elle servait de paroisse aux  noirs affranchis dans un quartier où se réunissaient les pauvres et les esclaves. Elle date de 1620 et est construite dans cette pierre conchifère si caractéristique de la ville. La nef unique nous plonge dans les origines de la Havane avec ses lignes très simples et une belle croisée d’ogives très pure au niveau du chœur. L’orgue, offert par la Suisse se distingue pour son acoustique. D’ailleurs il est le lieu d’étude des organistes du conservatoire. C’est la seule église de la Havane avec une crypte pour enterrer les morts. Dans la sacrisitie, se trouve un meuble étonnant, une commode construite dans un même tronc d’acajou immense. Derrière cette pièce voutée, s’ouvre le patio avec les bâtiments consacrés aux pauvres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est eglise-st-esprit-768x1024.jpg.

Nous terminons notre périple à l’église de la Pitié (la Merced) fondée  au 19e siècle à l’angle Damas et Cuba animée aujourd’hui par les Lazaristes. Cette magnifique église à la façade blanche illumine la jolie place complètement en ruine de sa décoration en forme de conque et s’orne de belles fresques.

https://www.universalis.fr/encyclopedie/lazaristes/

choeur de l’Eglise de la Merced

Les Pharmacies cubaines

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pharma-la-reunion-1024x768.jpg.

Les Pharmacies cubaines représentent de véritables institutions. On en trouve dans toute l’île de Cuba, ainsi la belle pharmacie Triolet de Matanzas.

http://visitesfabienne.org/wordpress/matanzas-des-ponts-metalliques-un-theatre-et-une-belle-pharmacie-ancienne/

Les Pharmacies cubaines, une véritable institution

A la Havane, les pharmacies remontent à 1598 quand Sébastian Milanes  et Lopez Alfar fondèrent deux établissements. Le premier dans la rue royale (aujourd’hui la calle Murallas) et ensuite près de l’actuel callejon del Chorro (près de la cathédrale).

En 1670, la ville comptait une douzaine de pharmacies. Elles profitèrent de l’augmentation de la production de canne à sucre de laquelle on tirait une eau de vie utilisée dans les recettes pharmaceutiques.

C’est surtout le 19e siècle qui fut à l’origine du développement de ces pharmacies dans l’ile quand les officines se séparèrent de la pratique médicale. Avec leurs comptoirs de marbre, leurs vitrines emplies de bocaux de porcelaine et de verre issus des progrès de l’industrie de la  céramique, les pharmacies devenaient des lieux décoratifs à part entière. Ce caractère élégant et luxueux fut renforcé par les étagères d’acajou. Elles remplacèrent les planches de pin rustique à l’époque du Dr Guillerm Lobe dont les reformes contribuèrent au développement commercial. Le Dr Lobe avait pour objectif de vendre dans son officine de Obrapia, entre St Ignazio et Cuba, les nouveaux produits pharmaceutiques issus des drogueries de France, d’Angleterre et des Etats Unis..

les Pharmacies de la rue Obispo

Tachequel, une des Pharmacies cubaines anciennes

Rue Obispo, le pharmacien Fransisco Taquechel fonda un établissement en 1898. Celui-ci gagna en notoriété à l’époque pour la qualité de ses produits et ses prix raisonnables. La boutique exhibe des pots français typiques du 19e siècle et quelques exemplaires du 18e.  . Elle présente aussi des livres de prescriptions et des instruments de l’époque. Elle vend encore des médicaments naturels, de l’homéopathie et d’autres produits cubains (miel, produits dérivés de dents de requin).

http://visitesfabienne.org/wordpress/pharmacies-taqchequel-la-havane/

Si c’est la plus récente des pharmacies de ce parcours,  elle a en revanche été la première à avoir été transformée en musée, ce en 1966. Et c’est la seule à s’enorgueillir d’albarelles, flasques et pot originaux. Le squelette fait partie de la collection personnelle du premier historien de la ville et n’est pas un membre de la famille Tachequel ou un quelconque patient…

La Pharmacie Tachequel à la Havane

Johnson, une pharmacie cubaine refaite

Dans la même rue, au 53, la pharmacie de Manuel Johnson a retrouvé sa splendeur du 19es avec ses albarelles, ses récipients de céramique. Elle vend aussi des médicaments et bocaux. Conçue d’abord juste à l’angle de la rue Cuba, elle s’est considérablement agrandie sous l’impulsion de se ses propriétaires Johnson et Johnson. Détruite par un incendie en 2006, elle a fait l’objet d’une restauration méticuleuse et expose le plus ancien livre de prescriptions.

La plus complète des Pharmacies cubaines, la Reunion

La plus belle rénovation reste cependant celle de la pharmacie la Réunion au 41 rue Teniente Rey y  Compostela (derrière la plaza Vieja). Elle appartenait au catalan docteur Sarra, premier président du collège de pharmaciens de la Havane. Ouverte en 1853, elle devint  la plus grande pharmacie de Cuba. C’était même une des plus importantes du monde. Elle commercialisait des recettes uniques comme la magnésie. Progressivement, elle a été agrandie par les successeurs pour gagner l’ensemble du paté de maison.

la pharmacie moderne

Elle a ensuite annexé l’autre coté de la rue avec une parfumerie (aujourd’hui la pharmacie moderne) et vers l’arrière (au niveau de la droguerie et de l’énorme coffre-fort). Puis, elle a ajouté un puits d’eau douce autrefois utilisé par les nonnes du couvent d’en face et par les gens du quartier. Ce puits d’eau permettait aux 6oo employés de ce véritable empire pharmaceutique de faire fonctionner les 3 étages de laboratoires et entrepôts.

Une pharmacie à la pointe du progrès

La pharmacie se voulait à la pointe du progrès dans tous les domaines : produits, flacons, publicité, diffusion (au moyen d’une flotille de camions). Le nom Reunion, inscrit sur tous les sols évoque l’association familiale et la réunion de plusieurs formes de pharmacopée (allopathie, homéopathie, plantes).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20160211_133629-1024x1024.jpg.

Elle compte trois grandes salles de vente, chacune dans un style à la mode au 19es (une néo-gothique, une classique).  Ses plafonds bleu pastel, ses vitraux et mamparas colorés, en faisaient l’un des plus beaux magasins de la ville. Outre les trois salles de la boutique, des laboratoires présentent une collection d’objets pharmaceutiques anciens. On y voit ainsi  un pèse personne, des balances. En outre seringues, pots à onguents, alambics mais aussi pots et flasques excavés à travers la ville y sont exposés.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est musee-de-la-Pharmacie-1024x1024.jpg.

La pharmacie réunit des fonctions muséales et commerciales. En effet, on peut toujours y acheter des produits pharmacieutiques. La famille Sarra est partie dans les années 1960 en Floride. L’ensemble a alors été nationalisée et restaurée en 2004 pour etre transformée en musée et lieu de vente de produits naturels. Car il faut bien le dire en matière d’antibiotiques et autres produits courants chez nous, les pharmacies cubaines sont vides.

Le bâtiment bleu magnifique et énorme occupe tout un pâté de maison. Une grande salle permet de rejoindre le coffre-fort, la droguerie avec un escalier majestueux. Un must !!!!

L’entrée est pour l’instant gratuite mais une muchacha vous poursuit pour demander une contribution… http://cuba-explore.com/es/attractions/view/368

Le Musée des Sciences Naturelles

Pour compléter ce que vous aurez pu voir dans les pharmacies, vous pouvez visiter le Musée des Sciences Naturelles. 3 cuc l’entrée sur la place d’Armes dans un bâtiment moderne. Franchement si vous avez des enfants c’est une heureuse surprise avec une jolie présentation d’animaux, de la terre, de Cuba.

Autour de la Havane

La Havane est devenue une grosse capitale de 2 Millions d’habitants. La ville a beau donner une impression de densité, elle s’étend beaucoup. En effet, elle compte peu d’immeubles en hauteur. Il faut donc aller loin autour de la Havane pour en sortir véritablement.

La Havane s’est constituée de municipio (communes). Au cours du temps , ceux-ci se sont agrégés aux quartiers historiques. La majeure partie des touristes se cantonnent au centre historique et à certaines zones du Vedado. Les étrangers eux vivent plutôt à Playa, et plus particulièrement dans les quartiers de Miramar, Siboney, Cubanacan.

La ville polluée et bruyante peut fatiguer et donner envie de découvrir les abords. Plages, parcs, villages typiques, voici quelques idées autour de la Havane.

Les bords de mer autour de la Havane

  • Le plus simple et le plus proche depuis la Havane, ce sont les plages de l’Est. Ce long ruban idyllique sur le papier peut se transformer en vision d’horreur l’été et les week-ends à la saison chaude. Lorsque les Cubains viennent sur la plage, c’est en effet pour y boire, manger et faire la fête. Et ils laissent absolument tous les vestiges de leurs orgies sur les 10km de sable blanc. Le reste de l’année, en faisant abstraction des hôtels staliniens le long de la plage, le lieu est magnifique.
  • Baracoa. Ce village de pêcheur bordé par une crique naturelle est lui aussi malheureusement la proie des détritus et de l’incurie locale. Les diplomates peuvent néanmoins y acheter du poisson et on peut s’y promener.
Plage autour de la Havane

Les parcs

Le Parc Lénine. C’est le lieu récréatif par excellence des havanais. On y trouve tout ce qui peut remplir leurs week-ends : grandes tables de pique-nique, restaurants, barbecues, attractions pour enfants. De l’espace pour de grandes promenades à pied ou à cheval. Mais il ne faut pas craindre la foule et les détritus en fin de semaine.

Le Jardin Botannique. Cet immense parc présente l’ensemble des espèces endémiques à Cuba. A l’entrée, des serres et des espaces de pique-nique permettent de se reposer. Puis s’étendent des kilomètres de route bordées de palmeraies et autres plantes typiques des diférents écosystème du pays. Un petit tracteur permet d’arpenter ces routes qui offrent par ailleurs l’une des meilleures options de marche protégée autour de la Havane.

http://www.uh.cu/centros/jbn/index.html

Des communes à visiter

Dans les environs proches de la Havane, on trouve quelques monuments et villages d’intérêt patrimonial.

Le Fort de Cojimar
  • Regla. On y accède en voiture depuis le tunnel qui sort de la Havane pour rejoindre la via Blanca ou en faisant le tour de la baie et des zones industrielles au de là du port. Ce faubourg, autrefois industriel, dépayse complètement avec son musée de la Santeria et ses baraques de bois. On peut également s’y rendre en prenant le ferry depuis l’Alameda de Paola. https://visitesfabienne.org/regla-2/
  • Le même embarcadère permet de se rendre à Casablanca. Le bateau n’est pas le même bien évidemment. On parvient également dans cette commune par la route, juste de l’autre côté du tunnel. On y visitera les deux forts du Morro et de la Cabana. Par la même route, on accède sur la terrasse surplombée par la gigantesque statue du Christ. De là, on jouit d’un magnifique panorama sur la Havane.
le Fort des Rois Mages

Las Terrazas

A près de 80km à l’Ouest de la Havane, se dresse la chaine du Rosario. Ces petites montagnes couvertes d’une végétation tropicale représentent un véritable paradis biologique. Quelques petits arrêts permettent de profiter de cet écosystème exceptionnel. Une petite route part à droite vers la montagne pour mener à la station de las Terrazas. L’entrée est payante.. On peut aussi venir depuis Soroa. http://visitesfabienne.org/wordpress/5391-2/

La route sinueuse et pittoresque permet d’éviter les droits d’entrée.

Un lieu de promenades

Le complexe de las Terrazas offre un modèle de développement quasi unique à Cuba. Le concept écologique ressemble à celui de nos parcs naturels. Un lieu très agréable pour marcher, canoter, se mettre au vert. Balades, Tyrolienne, activités nautiques se réservent ou se payent au bureau peu après l’entrée du parc en venant de l’autoroute.   Pour ce faire mieux arriver tôt le matin. Les balades sont belles mais chères surtout quand le guide vous laisse après 3h de marche sur le parking de San Juan de los Banos en vous conseillant soit de héler un taxi soit de vous faire les 4 km de retour à pied sur l’asphalte. De petits ajustements sont donc à conseiller.  Pour autant les marches et paysages sont agréables.

Une jolie halte

Un joli hôtel, le Moka, aménagé autour d’un arbre offre une halte plaisante. Pour la nuit, ou un simple café, cette installation écologique est assez unique à Cuba.

On peut préférer les paillotes le long du petit lac pour boire un soda. Très dépaysant également, le complexe de San Juan de los Banos propose des chambres perchées dans les arbres, comme la chaumière du barde dans le village gaulois. Elles jouxtent la jolie rivière, lieu de baignade prisé mais populeux des havanais.

Glastonbury

On avait presque oublié la légende du Roi Arthur…Et puis on arrive à Glastonbury, une petite ville du Somerset connue pour son festival de musique et son abbaye.

Le meilleur des deux mondes

Glastonbury représente une juxtaposition pacifique de deux univers. Les barbus revenus de Woodstock fréquentent les galeries et boutiques New Age dans la rue principale.

C’est en effet ce village qui tous les étés depuis 1970 accueille le célèbre festival né dans une ferme. https://www.glastonburyfestivals.co.uk/line-up/

En toile de fond, se détache l’abbaye, fantomatique. Une immense étendue verdoyante parsemée d’arches. Ce sont les timides reliquats de ce qui fut l’un des plus grands ensembles bénédictins d’Angleterre. Du somptueux lieu de pèlerinage ne reste en état qu’une cuisine, parfait pendant à Fontevraud.

Le reste des bâtiments a été anéanti par la fureur réformatrice d’Henry VIII le terrible roi aux 7 épouses. Au début du XVIe siècle, le monarque fit sécession d’avec Rome pour pouvoir divorcer librement de sa première épouse Catherine d’Aragon, tante du terrible Charles Quint..

Avalon

Sur la pelouse, à l’emplacement de ce qui fut le cloitre de l’énorme complexe abbatial, un petit écriteau rappelle Le Roi Arthur. Des archéologues auraient en effet exhumé sa tombe et celle de la reine Guenièvre en ces lieux.  Le même panonceau évoque timidement l’ile d’Avallon en vous invitant à continuer votre promenade arthurienne dans la petite ville.

De fait, en montant vers la colline, on découvre un panorama brumeux fantasmagorique. Sur le chemin du Thor, cette colline qui domine la plaine, un petit jardin vous invite à découvrir le puit du St Graal, Et l’on se prend à imaginer en cette plaine marécageuse, les eaux qui jadis recouvraient les lieux. C’est cette éminence qui aurait accueilli le héros de la table ronde lors de son dernier voyage. http://expositions.bnf.fr/arthur/arret/03_3.htm

Et si la visite de cette jolie petite ville ne suffisait pas, on peut pousser jusqu’au vilage suivant, appelé de manière amusante Street. Il était entièrement occupé par les usines Clark au siècle dernier. Le célèbre chausseur a fermé usine en ses terres. Comme tant d’autres, il a délocalisé. Cependant, les locaux ont été réaménagés en un immense centre commercial centré autour du culte de la chaussure. https://clarksvillage.co.uk/

Bath

La ville de Bath est née autour de la seule source d’eau chaude des Iles Britanniques, dédiée à la déesse celte Sulis.

Les Romains, lors de la conquête, l’assimilent à Minerve et construisent un temple en 60 autour de cette source. Un complexe thermal enserre ensuite le sanctuaire au IIe s. La ville porte alors le nom de Aquae Sulis. Elle croit et se dote d’une muraille défensive au siècle suivant. Mais avec le déclin de l’empire et les invasions, les thermes tombent dans l’oubli.  Redécouverts, superbement organisés, ils se visitent aujourd’hui. Et c’est un plaisir que d’écouter les commentaires précis pour comprendre comment se déroulait la vie à l’époque romain dans ces établissements thermaux. https://www.romanbaths.co.uk/

Les Thermes de Bath

Au VIIe, la petite ville renaît autour d’un nouveau complexe :  l’abbaye. Elle devient alors un centre religieux. Le passé romain est gommé, et on réutilise les pierres pour reconstruire l’abbaye au XIIeme siècle. On redécouvre les bains et la ville prend le nom de Bath. Un hôpital accompagne la redécouverte des propriétés curatives des eaux.  

Au XVI e siècle, Ia ville tombe et l’évêque décide de reconstruire une abbaye plus petite au moment même où Henri VIII déclare la dissolution des monastères. https://www.bathabbey.org/

Voûte en éventail de l’Abbaye de Bath

A l’epoque élisabéthaine, les spas deviennent à la mode et la ville attire l’aristocratie.  L’abbaye s’orne alors de fantastiques plafonds en éventail.

La ville se modernise au XVIIIe  et John Wood l’ancien et le jeune, la parent d’un urbanisme régulier. Ils y inventent la notion de croissant (crescent). Ils unifient en une façade un ensemble de maisons le long d’une rue en demi-lune. Cette forme jouxte le circus, place ronde, donnant une allure cosmique au plan de la ville. Les façades classiques et les eaux curatives attirent l’élite britannique et Bath devient très à la mode. On retrouve cette ambiance typiquement géorgienne à la Pump Room le temps d’un tea time. https://thepumproombath.co.uk/.

On peut aussi visiter la maison au 1 sur le Croissant Royal pour avoir une idée de la vie à Bristol à l’époque géorgienne : https://no1royalcrescent.org.uk/

Number 1 Roral Crescent, Bath

D’ailleurs, Bath, abonde en petits lieux charmants et élégants. Ainsi, sur le pont Pulteney, un des trois seuls ponts d’Europe bordé de maisons.

Enfin les fastes géorgiens apparaissent dans les Assembly Room aménagées en un superbe musée du costume. https://www.fashionmuseum.co.uk/

Musée du Costume, Bath

Ville touristique et culturelle, Bath offre également des expositions au musée Holborne ou au Victoria and Albert. J’ai d’ailleurs déjà parlé des expositions de ce musée : https://visitesfabienne.org/themes/toulouse-lautrec-de-montmartre-a-bath/

Musée du Costume, Bath

/ https://www.victoriagal.org.uk/

Gloucester

Pourquoi aller à Gloucester ?

Pas seulement pour rencontrer Beatrix Potter, la célèbre et délicieuse auteure de Peter Rabbit qui a immortalisé la ville : https://www.tailor-of-gloucester.org.uk/

La cathédrale de Gloucester, une merveille gothique

Les amateurs d’art se régaleront à la Cathédrale, l’une des merveilles de la région. https://www.gloucestercathedral.org.uk/.  Dans le circuit des chefs d’œuvre gothiques, Gloucester occupe une place de choix tant par la taille de cet immense vaisseau de pierre, que par la magnificence du cloitre. D’ailleurs le cinéma ne s’y est pas trompé qui y a situé l’intrigue de trois films de Harry Potter. https://www.youtube.com/watch?v=EfSofShp0gs

Les somptueuses voutes en éventail décorent également la chapelle de la vierge restaurée grâce a l’argent généré par le film. Le ticket d’entrée donne en outre accès au triforium. De cet étage en général interdit au public, la vue sur le chœur est prodigieuse. Même la caféteria est un ravissant lieu dans l’ancien réfectoire des moines.

Une ville charmante

Autour de la cathédrale, les aménagements ont su préserver l’atmosphère médiévale et bucolique. De charmants salons de thé et boutiques mènent aux  rues qui se croisent en angle droit à la tour Michel. Dans Northgate Street se trouvent de jolies maisons à colombage dont la New Inn servait déjà d’auberge en 1450. La structure urbaine provient de la colonie romaine Glevum. On en retrouve quelques vestiges, comme un mur au terminus des autobus.

Le  Port mène à l’estuaire de la Severn par des canaux. La ville a entièrement rénové ses docks abandonnés dans les années 1980. Ils forment désormais un espace public occupé par le National Waterways Museum, et de luxueux magasins, bars, ou appartements résidentiels. Le Musée des soldats du Gloucestershire est situé dans la Maison des Douanes.

Par ailleurs, le Gloucestershire est superbe : à l’est les Cotswolds, au nord-ouest les collines de Malvern et à l’ouest la forêt de Dean puis le Pays de Galles.

Enfin on ne peut quitter Gloucester sans évoquer une course fascinante mais véridique : la célèbre course au fromage

Toronto

Toronto est riche de la multitude de ses quartiers, agrégés au fil du temps . ils donnent un caractère cosmopolite à cette ville dynamique et multiple !

Ce que l’on appelle GTA depuis 1998, ou Grand Toronto correspond à l’agrégation des quartiers centraux et des communes limitrophes. Cette communauté urbaine est la plus grande du Canada avec 6 Millions d’habitants. Elle comprend Toronto et 25 banlieues et depuis 2006 elle englobe la conurbation de Hamilton. 

Pour autant, dans ce site, je me concentre sur la ville fondée par les colons britanniques en territoire autochtone.

Petite histoire de Toronto

De nombreuses Nations ont habité au bord du lac Ontario. Les Senecas, les Mohawks et les Hurons. Puis les Iroquois eux mêmes supplantés par les Mississaugas. Au XVIIe, les premiers européens ont débarqué. Ils remontaient des Grands lacs vers le Lac Simcoe en suivant la Rivière Humber. Les routes qui convergeaient à l’emplacement de la ville actuelle étaient connues comme le Passage de Toronto.

Dans un premier temps le lieu a certainement attiré des trappeurs français. Des Français ont en effet du établir les premiers forts. Cependant ils ont du refluer lorsque les loyalistes britanniques ont quitté les Etats-Unis, juste au Sud au moment de l’indépendance. A la fin du XVIIIeme siècle, les premiers colons anglais se sont ainsi installés sur les berges nord de l’Ontario.

Le Gouverneur John Simcoe fonda alors la petite ville de York. Celle-ci subit des incendies et des incursions américaines, notamment en 1812 et dans les années suivantes.

Les territoires des Mississaugas rachetés, les colons obtinrent des parcelles qu’ils commencèrent à cultiver. Au cours du XIXème, avec l’arrivée de migrants des Iles britanniques, la pression immobilière augmenta. Les héritiers vendirent les parcelles initiales. Des investisseurs commencèrent à lotir la ville de plus en plus au Nord et de nouveaux quartiers apparurent.

Au XXeme siècle, l’apparition de la voiture permit aux habitants d’habitants de loger de plus en plus loin. L’arrivée de toujours plus d’Européens repoussait sans cesse les limites de la ville.

Aujourd’hui, les immigrés viennent principalement d’Asie et contribuent à faire de Toronto une véritable mosaïque humaine. D’une rue à l’autre, on change ainsi totalement de quartier dans cette ville qui compte pas moins de 4 Chinatown, une ville grecque, une petite Corée, un quartier Italien, pour les plus connus.

L’Art Nouveau

En une petite dizaine d’années seulement, les courbes et arabesques de l’Art Nouveau révolutionnent l’art européen. Entre 1890 et 1910 en effet l’académisme de rigueur se voit battu en brêche.

Car, symbole de la Belle Epoque, ce style s’est diffusé à travers toute l’Europe. Voici ses principales caractéristiques, évoquées lors d’une intervention . https://afbristol.org.uk/events/cafe-artistique-art-nouveau/

Gaudi, la Sagrada Familia, Barcelone
Bristol, imprimerie Everard, Broad Street

Un rejet de l’Académisme et de la production de masse….

L’Art Nouveau nait en réaction contre les dérives de l’industrialisation et la reproduction sclérosante des styles académiques. Au contraire, ce style promeut l’artisanat. Il met à l’honneur de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques :  ferronnerie, verrerie, cristallerie.

Les artistes s’engagent le plus souvent dans la lutte pour le progrès social. Pour ce faire, ils traitent des objets quotidiens pour créer un art total. D’où une fusion entre les Arts décoratifs et les Beaux-Arts.

The Willow Tea Room par Mackintosh, Glasgow

Néanmoins l’univers anticonformiste ainsi créé restera limité à la bourgeoisie avant-gardiste des grandes cités industrielles .

Des influences variées

Face à la standardisation industrielle, Les artistes utilisent essentiellement des formes végétales et féminines.

Mucha, les quatre saisons

Les écoles et artistes de l’art nouveau ont des inspirations communes :

  • Le mouvement anglais Art and Craft fondé par W. Morris
  • Les créations du verrier LC Tiffany
  • La mode du Japonisme
  • Les beautés de la nature
  • Les Expositions Universelles

Un mouvement européen mais nationaliste

Toute l’Europe est emportée par ce mouvement parti de Belgique vers les grands centres industriels. Si, les critères restent communs, chaque pays développe un langage adapté.

Et surtout, chaque artiste développe des spécificités. Ainsi, si quelques écoles se distinguent, l’Art Nouveau reste essentiellement le fait de personnalités.

  • Quelques écoles et leurs chefs de file :
Lustre - Accessoire d'éclairage
Willow Tea room, lustre du salon de luxe, Glasgow

* Mackintosh et les 4 à Glasgow,

*Majorelle et l’école de Nancy, https://www.paj-mag.fr/2020/01/15/ecole-nancy-art-nouveau/

*Klimt et la Sécession à Vienne

Otto Wagner, pavillon du métro, Vienne
  • Mais surtout des personnalités locales :
Gaudi, Barcelone
Casa Batlo, Gaudi, Barcelone

*Gaudi à Barcelone,

*Horta à Bruxelles, https://visit.brussels/fr/article/Victor-Horta-et-Bruxelles

*Guimard à Paris, https://visitesfabienne.org/hector-guimard-un-itineraire-dans-le-quartier-dauteuil-2/

*Lechner à Budapest,

Dans le sillage des Ecoles de Glasgow et de la Sécession Viennoise, ce mouvement évolue ensuite vers un style plus géométrique, l’Art déco.

Promenade dans le Vieux Montréal

La mairie met à la disposition du visiteur un itinéraire superbe pour parcourir Le Vieux-Montréal. On y découvre les joyaux architecturaux de l’ancienne capitale économique du Canada.

Cet itinéraire permet d’admirer des édifices que l’on remarque à peine et dans lesquels on n’oserait pas entrer. Il aide également à comprendre l’architecture et l’histoire canadiennes. Enfin il complète le survol que j’avais pu livrer de la grande ville du Québec : https://visitesfabienne.org/destinations/cuba/sortir-de-cuba/escapade-a-montreal-2/

http://ville.montreal.qc.ca/culture/balades-dans-le-vieux-montreal

Au Champ-de-Mars11 La place d’Youville
La rue Notre-Dame Est12 Rue Saint-Paul, près de la place d’Youville
De Bonsecours à Berri13 Autour de la rue de l’Hôpital
Bonsecours14 Du côté des Récollets
L’est du Vieux-Port15 La rue Saint-Jacques
La place Jacques-Cartier16 Place d’Armes
De Saint-Amable à Saint-Gabriel17 Le vieux séminaire et Notre-Dame
Rues Saint-Paul et de la Commune18 La rue Notre-Dame Ouest
Pointe-à-Callière et la place Royale19 Le boulevard Saint-Laurent
10 L’ouest du Vieux-Port20 De retour sur Notre-Dame Est

Pour le faire tenir en 1h30 et me concentrer sur les arrêts les plus intéressants, je pars du metro Square Victoria, rue st Jacques. (arrêts 12/13 sur le plan)

Le quartier financier

C’est dans ce quartier financier que l’affirmation de Montréal, métropole du Canada prend tout son sens.

Rivalisant d’audace dans leur architecture comme dans leur conquête des marchés, les banques et compagnies d’assurance y élevèrent en effet leurs sièges sociaux. Ceux-ci atteignaient «une hauteur invraisemblable», comme l’affirmait une brochure touristique de 1910. Car les touristes du temps s’émerveillaient de ces gratte-ciel de huit à dix étages.

Cette hauteur reflétait l’accumulation accélérée de capital par les barons montréalais de la finance, d’origine britannique pour la plupart et surtout écossaise. Une fois sur les lieux, ne vous contentez pas des très belles façades. Offrez-vous la splendeur de halls d’entrée vastes comme des cathédrales. Vous pouvez ainsi commencer votre visite par le 747 Square Canada. Ce centre commercial permet à la fois de rentrer dans la ville couverte de Montréal mais aussi de découvrir les vieux murs incorporés dans les nouvelles construction.

La « petite » rue Saint-Jacques,à l’est de la place, compte encore deux édifices anciennement institutions financières canadiennes-françaises. Aujourd’hui, nous utilisons le terme de québécoises.

Au 59, la Banque Nationale reprit en 1908 l’immeuble construit en 1870 pour la Scottish Life Insurance et lui ajouta des étages. Elle cédait l’édifice en 1926 à la compagnie d’assurances La Prévoyance.La Banque du Peuple, pour sa part, avait établi son siège social dans l’immeuble voisin, au 55, édifié en 1873 et rehaussé en 1894.

Il existait ainsi à Montréal un réseau financier canadien-français, modeste mais complet. La tour de la Banque Nationale du Canada, construite de 1965 à 1967 sur la place d’Armes, en reflète la croissance.

La ville coloniale

Cœur battant du Vieux-Montréal, la place d’Armes offre un formidable condensé d’histoire. Des témoins de toutes les périodes montréalaises y sont rassemblés, autour d’un monument consacré aux fondateurs. Vous y trouverez ainsi le plus vieil immeuble de Montréal encore en place, la grande église de la paroisse mère, le siège social de la plus ancienne banque du pays, le premier gratte-ciel de la métropole… et un éventail de toutes les générations qui le suivirent!

On quitte cette très belle place en jettant un oeil à la cathédrale (17) pour rejoindre par la rue Notre-Dame Ouest le Palais de Justice et l’Hôtel de ville (1) rendu célèbre par les mots du Génaral de Gaulle.

En face se dresse l’un des plus anciens vestiges de la colonie : le château Ramezay (2). https://www.chateauramezay.qc.ca/en/.

château Ramezay

Entouré d’un charmant jardin, il domine la place Jacques Coeur (6). Celle-ci attire les animations du coeur ancien de la cité. En partent les rues les plus anciennes et typiques. On rejoint ainsi le marché Bonsecours, entièrement transformé en zone touristique (4). Puis on peut longer le Saint Laurent pour en mesurer la majesté ou s’amuser des diverses attractions. On eput également s’arrêter le temps de visiter Pointe-à-Caillières. Ce musée est l’institurion historique de Montréal. https://pacmusee.qc.ca/fr/

Revenir par la rue McGill donne un très bel aperçu architectural de la richesse du Vieux-Montréal au tournant des XIX et XXèmes siècles.