Circuler à Chennai

Circuler à Chennai peut s’avérer sportif mais pas insupportable comme dans le nord ou dans certains pays du Moyen-Orient. Chennai n’est pas le Caire ou Beyrouth, loin de là. Certes, l’on croise des vaches, chiens sur la route. Certes, des trous obligent parfois à des détours, des barrières de police ralentissent une circulation déjà dense et chaotique. Pour autant, si les trajets tendent à durer, la circulation est supportable.

Pour se déplacer, la location de voiture est déconseillée si vous ne parlez pas la langue locale et ne possédez pas 5 paires d’yeux.

Alors comment se déplacer ?

A l’occidentale

  • Taxi, voiture avec chauffeur, la solution de facilité. Si vous venez pour affaire, votre société pourvoira à la voiture avec chauffeur. Il deviendra vite indispensable, alors autant s’habituer à son anglais rapidement et s’en faire un allié. Pour le taxi, il faut vraiment discuter le prix à l’avance et ne plus y déroger.
  • Avion : très facile d’une ville à l’autre, les Indiens ont l’habitude de se déplacer sur le vaste sous-continent. https://www.goindigo.in/
Un métro tout neuf
  • Métro : à Chennai le métro est extrêmement sûr, neuf et tout propre. Cher pour les locaux, il est assez peu fréquenté et donc idéal aux heures de grande circulation. Annonces et destinations sont indiquées en tamoul et en anglais ce qui le rend facile d’utilisation. Vous pouvez acheter vos billets en avance sur internet https://tickets.chennaimetrorail.org/onlineticket/svc  (moins cher) ou directement au guichet. Sur l’appli, il vaut mieux n’acheter q’un billet à la fois, (car l’appli ne semble garder en mémoire que le dernier billet acheté). Comme dans les aéroports, il faut passer aux rayons X et à la fouille, donc prévoir ce petit temps et compter 10mn entre chaque passage de rame. Il y a une ligne directe (sans changement) de l’aéroport au centre ville. La station se trouve entre le terminal domestique et le terminal international et on la rejoint par des tapis roulants au 1er étage. Les deux wagons de queue sont généralement réservés aux femmes d’où des regards courroucés en cas d’erreur.

Plus local

  • Auto : le plus folklorique et facile. L’auto ou Ato est en tamul ce que le tuk tuk ou rikshaw est en extrême orient. Comme le taxi, on peut le héler dans la rue ou utiliser les app Uber ou Ola. https://www.olacabs.com/ Un petit bémol, l’auto ne vient pas vraiment toujours vous chercher, c’est à vous d’aller le trouver, sinon il prend quelqu’un d’autre . En dehors de Chennai, ces deux applications servent surtout à avoir une idée du prix plancher. Rarissimes seront les autos ou taxis à accepter la course. Il faut donc s’attendre à marchander.
  • Le train. Si vous aimez la foule, disposez de beaucoup de temps et cherchez le folklore, prenez donc le train. Pour un long trajet mieux vaut ne pas avoir besoin d’aller aux toilettes. https://www.indiantrain.in/.
  • Bus de ville ; il ne coute vraiment pas grand-chose. Mais si vous ne maitrisez pas le tamul, il est quasi impossible à prendre. Les arrêts sont pris d’assaut et les portes ne ferment pas, il vaut mieux s’accrocher.
  • Marcher, malgré les encombrements, la chaleur, les trous, la quasi-absence de trottoir, c’est tout à fait possible si vous aimez vraiment marcher. 

Manger à Chennai

Manger à Chennai est une véritable aventure. Déjà en termes d’ustensiles. Les locaux mangent avec les mains sur une feuille de bananier. L’idée est de former une boule de riz humectée de sauce, sambar ou chutney.

Que manger à Chennai ?

 Faute de blé on mange des produits à base de riz, lentille et des tas de farines inconnues. D’où de grands moments de solitude dans ce paradis du sans gluten. Ici les galettes de blé laissent la place aux idli et dosa ou encore uttapam.

.

Il s’agit de la même pâte de farine de pois chiche et lentille cuite de manière différente. Les plus communs, les idlis sont cuits à la vapeur, alors que les dosas en sont une version sautée croustillante, fine et large de type crèpe grasse. L’uttapam ressemble lui à une pancake.

Ces galettes s’accompagnent de soupe, razam https://www.vegrecipesofindia.com/sambhar-recipe-a-method-made-easy/ ou sambar et de petites sauces. Les chutney ne sont pas des confitures non sucrées comme chez nous mais des mélanges à la noix de coco, à la tomate ou au basilic. https://www.indianhealthyrecipes.com/recipes/chutneys/

Globalement, la nourriture n’est pas très forte. Epicée, savoureuse, grasse mais sans abus de piment. En revanche, il vaut mieux ne pas avoir d’allergie à l’huile, au sucre, ni au lait. Premier producteur de lait au monde, l’Inde en consomme aussi beaucoup. Peu de fromages, sinon le Paneer, sorte de mozarella accommodée à toutes les sauces. En revanche le yaourt abonde sous le nom de curd. Le lassi est vraiment l’ancêtre du Yop.

Les fruits et légumes ont de quoi surprendre. On trouve des « gourdes » de tous genres. Il s’agit de légumes verdâtres, en forme de cornichon. On en trouve de toutes les tailles du petit cornichon à la courgette transgénique. Certains sont poilus, clairs, foncés, à taches ou sans, avec protubérances ou non, amers ou insipides.

Boissons

On trouve également toutes sortes de boissons lactées, à l’anglaise comme le Horlick (malt) ou plus locales comme le rose milk ou le badaam milk (lait aux amandes, différent du lait d’amandes). Le thé se boit avec des épices, très sucré et très lacté « masala tea ». Quant au filter coffee, spécialité du Tamil Nadu, c’est un café chicoré servi avec ¾ de lait entier chaud sucré. Il est servi brulant dans un petit verre en métal et une soucoupe haute. L’idée est de tansvaser le mélange pour le faire refroidir. Amateurs d’expresso, passez votre chemin.

Pour les boissons de type limonade, voire les boissons lactées, il convient de préciser si on désire boire sucré, sans sucre, ou salé. Eh oui ici on boit le lassi ou le jus de citron salé aussi.

le café filtre, grande spécialité du Tamil Nadu, à la chicorée et au lait

 Le Tamil Nadu se caractérise également par sa politique anti-alcool. Le vin y est rare, mauvais et exorbitant. Trouver les magasins Tasmac, seuls revendeurs d’alcool autorisés, relève du défi. Ils sont bien cachés, autant se fier au GPS. Mieux vaut imprimer la liste de prix conseillés et la brandir au moment de payer, car les vendeurs pratiquent des tarifs aléatoires. https://tasmac.co.in/

A Chennai comme ailleurs en Inde, des boutiques d’Etat garantissent aux plus pauvres des rations à bas prix. Ce système,mis en place par les britanniques entre les deux guerres, permet logiquement aux plus démunis de s’approvisionner en blé, sucre, kérosène.

Départ pour Chennai

Bon vous l’aurez compris, me revoilà repartie sur les routes. : cette fois, il s’agit d’un départ pour Chennai. Après trois années au Royaume-Uni, rendues frustrantes en raison du Brexit et de l’épidémie de Covid, me voici à nouveau dans les malles.

Préparer son départ pour Chennai

D’aucuns m’ont fait remarquer que l’on trouvait de tout en Inde alors pourquoi emmener des paquetages lors d’un départ pour Chennai ? Parce que figurez-vous nous les Français avons de drôles de mœurs et de drôles de physiques. Parce que aussi, on ne s’installe pas comme on voyage. S’inscrire dans la durée implique de recréer a minima sa zone de confort. S’adapter à ce qui existe sans se renier. Certes il va falloir s’adapter qux vaches dans la rue, aux divinités criardes, aux mets brûlants. Pour autant on peut apporter avec soi un petit coin de France.

 Ainsi mes cheveux clairs ne s’accommoderont pas des soins capillaires pour brunes. Mes boucles desséchées ne supportent ni la chaleur, ni la pollution. Evidemment Amazon pourrait me dépanner… Mais qu’en est-il des couteaux dans un pays où l’on mange avec les doigts et éventuellement avec des cuillères ? Où trouver un ouvre-bouteille dans un état où l’alcool, très contrôlé et lourdement taxé, ne se trouve que dans quelques magasins d’Etat. Et la liste s’allonge de ce qui nous parait anodin en France et devient introuvable ailleurs.

Un petit séjour exploratoire et les conseils gentiment distribués par les associations d’expatriés français et internationales permettent de se faire une idée des contraintes et possibilités locales.

Peur et envie d’un départ pour Chennai

A l’annonce de cette nouvelle destination, les sourcils se sont froncés. La majorité m’a plainte. Misère, maladies, promiscuité, pollution, les maux à affronter se comptent en effet à la pelle.

Néanmoins, les connaisseurs, les voyageurs se sont enquis de la localisation exacte. L’idée du sud du sous-continent a cependant animé quelques enthousiastes. Au point que, à notre étonnement, notre carnet d’hébergement affiche déjà un taux de remplissage uniquement rencontré à Londres après le Covid. Alors qu’est ce qui peut rebuter ou attirer à ce point ?

 L’Inde fait peur c’est vrai, elle effraye notamment les voyageurs en pantoufles. Les autres, ceux qui ont déjà traversé le globe considèrent le sud comme une autre expérience. Les « peluts » d’Ariège ou autres hippies me regardent avec envie en me conseillant de m’installer à Auroville. Bref, l’Inde fait rêver ou horrifie.

 A juste titre tant est grande la différence entre le Tamil Nadu où nous débarquons à l’été 2022 et le Rajasthan abordé rapidement en 2012 lors d’un circuit classique. Il est vrai que 10 ans ont passé. Et en 10 ans le pays a connu une croissance à deux chiffres qui a considérablement changé la donne. Surtout comparer Dehli et Chennai revient à comparer Copenhague et Naples ou à peu près.

Syndrome indien et autres chocs en vue

Il faut dire que l’Inde suscite des réactions schizophrènes. Sans parler forcement du fameux syndrome indien étudié par Regis Airault: Fous de l’Inde, délires d’Occidentaux et sentiment océanique (Editions Payot).

 Qu’on rejette en bloc la misère, le capitalisme sauvage, le système social, la pollution ou qu’on adore le panthéon hindou, les couleurs fluos des sarees, le sourire des gens, l’Inde ne laisse pas indifférent pour le moins.

A l’arrivée c’est le choc. Climatique certes mais aussi et surtout culturel. Bref j’ai du travail pour essayer de comprendre comment fonctionne cette société, à quoi correspondent les divinités peintes de couleurs kitchs sur les temples, pour m’y retrouver dans la gastronomie et surtout dans la langue, les langues. Pour ce faire, il me faut commencer par absorber sinon en complet , au moins des bribes du Mahâbhârata, l’épopée originelle de l’Inde.

Je vous propose de me suivre au cours de cette découverte et vous invite à me retrouver le mercredi pour partager mes coups de cœur, mes visites ou mes interrogations du moment. Vous pouvez aussi vous régaler de lectures, aidés en cela par des conseils éclairés de spécialistes.