Clerkenwell, monastères et marchés

Clerkenwell est un superbe quartier peu connu des touristes. Il regorge d’églises anciennes et de petits oasis cachés.  Ce quartier autrefois en bordure de ville a vu s’épanouir des fondations monastiques puis a accueilli les populations pauvres de la ville.

Clerkenwell, entre marchés et monastères

On accède aux trésors de Clerkenwell par le métro Barbican au sud ou Angel au Nord.

On y découvre de nombreuses constructions religieuses, monastères, hopitaux et églises, mais aussi des marchés d’origine médiévale.

Des Chartreux au marché à la viande

Ainsi, au sortir du Métro Barbican, se dresse le Couvent des Chartreux. Le Carthusian anglais provient du ordo cartusiensis fondé par Saint Bruno dans notre massif de la Chartreuse. Fondée en 1370, la maison est aujourd’hui occupée par des personnes âgées modestes. Derrière le portail majestueux, les pensionnaires sont heureux de faire visiter leur antique demeure et notamment la magnifique salle. https://thecharterhouse.org/

Tout près, s’étend l’immense marché à la viande « Smithfield Market ». La construction victorienne perpétue une tradition médiévale. Pour autant, le marché médiéval installé au 17e siècle sur un lieu de vente de bétail, de foires médiévales et de joutes, est aujourd’hui en partie désaffecté. Dans la belle construction victorienne, le musée de Londres compte se réinstaller.https://www.museumoflondon.org.uk/about-us/our-organisation/west-smithfield

Hôpital et Marché aux vêtements

Au Sud de ce marché, l’Hôpital Saint Barthélémy tient son nom de la petite église du même nom. Cet hôpital fondé au XIIe s est le plus ancien de Londres, il a remplacé le monastère des Augustins. On distingue l’église derrière la grande façade classique de l’institution. Celle-ci abrite également un musée riche en tableaux et connu pour son escalier peint par Hogarth. Plus connu (et plus amusant) dans ses scènes de genre, Hogarth a longtemps essayé de percer en tant que peintre d’histoire et ces toiles en sont un des meilleurs exemples.https://bartsheritage.org.uk/museum-and-history/visit-the-museum/hogarth-stair/.

Sur la même place, un passage sous une jolie maison à colombage mène à l’une des merveilles du quartier. L’église Saint Barthélémy le Grand, l’une de plus anciennes constructions de la capitale, a conservé sa superbe façade à damier. L’adjectif « grand » la distingue de la petite église de l’hôpital devenue paroissiale. Un cimetière aux allures de jardin secret l’entoure. Cloth fair, la rue qui le longe au Nord rappelle l’emplacement du marché aux textiles, lieu d’échange fondamental au Moyen-Age. Nous nous trouvons ici au cœur de la ville médiévale entre bâtiments monastiques et marché. Certaines des maisons sont, parait-il, le splus anciennes de la ville.

D’ailleurs, juste au Nord du marché, se trouvent les rares vestiges de la grande maison d’Ely, qui nous rappelle l’importance de cet évêché. Il s’agit de la petite église Saint Etheldra’s, de Ely Place et de la venelle vers la jolie taverne Ye olde Mitre.

Pub Ye olde Mitre

Vers le Prieuré de l’Ordre de Malte

En remontant encore vers le Nord de Clerkenwell Road, une curieuse porte médiévale nous rappelle la présence du Monastère Saint Jean de Jerusalem dont le cloitre et les bâtiments monastiques s’élèvent sur la place Saint Jean, toute proche. Devenu Ordre de Malte, lors de son repli de Terre Sainte, le Prieuré s’enrichit jusqu’à couvrir une bonne partie du quartier actuel. La ruelle Jerusalem au Nord de cette place mène ensuite à la place principale du quartier de Clerkenwell. https://museumstjohn.org.uk/

Du quartier pauvre à la gentrification

De manière amusante, l’ambiance change du tout au tout à ce niveau de la balade. On quitte le charme médiéval des vestiges monastiques pour aborder des lieux marqués par la naissance des mouvements ouvriers.

Un  petit crochet le long de Farringdon avenue nous permet d’apercevoir derrière une vitre sale le puit qui a donné son nom au quartier. C’est ce puit (well) que les officiants de l’église voisine (clerks) venaient honorer au moment du printemps.

Penseurs, philanthropes et syndicalistes

Sur la place en longueur, la bibliothèque à la porte rouge abrite les archives du syndicalisme. Karl Marx y a séjourné et fréquenté les bars alentour. https://www.marx-memorial-library.org.uk/

La Bibliothèque K Marx, Clerkenwell Green

 Lénine, lors de son exil britannique, fréquentait également les pubs de la place. C’est d’ailleurs ici qu’a débuté le premier défilé du 1er mai 1890. Elle reste donc un lieu de départ pour les manifestations et défilés. Ce qui était un quartier très pauvre est en voie de gentrification. Des bureaux et appartements de standing se multiplient, profitant des jardins et de l’espace de ce quartier.

Immeuble Art Déco sur Saffran Hill

En contournant l’église st Jacques et le jardin, on longe une cité ouvrière et encore une école, fondée par le philanthrope Hugh Myddleton. Puis on atteint un complexe de logements modernes à l’emplacement d’une prison détruite par des membres de l’IRA.

 On rejoint alors le jardin spa au milieu des immeubles disgracieux reconstruits après les bombardements de GM2 et on parvient sur Exmouth Street où les petits restaurants et cafés proposent de quoi se restaurer. C’est une halte très plaisante avant de terminer la promenade.

De l’adduction d’eau dans la capitale

On peut alors ou retourner vers Barbican ou rejoindre le métro Angel en passant par les jolies places géorgiennes Myddleton et Claremont au-delà des réservoirs. Ces 2 grands bassins entourés d’herbe alimentant la capitale et le nom de Myddleton évoqué devant l’école puis sur la place rappellent le rôle de l’eau dans la capitale. Ce riche marchand de laine construisit au 17e s un canal nommé « New river » pour alimenter Londres en eau potable. Je vous proposerai prochainement une balade le long de ce canal.

Celle-ci se termine donc à l’angle animé du métro Angel, ancienne porte de sortie de Londres mais aussi lieu de toutes les débauches. Assagi, embourgeoisé, le carrefour reste néanmoins un lieu animé et très plaisant.

Mes Marches à Londres

Voici une nouvelle rubrique pour vous proposer mes Marches à Londres et autour de la capitale britannique. En général, je pars pour une dizaine de kilomètres, parfois plus.

L’idée n’est pas de répéter les endroits insolites listés par les nombreux blogs mais de partager mes balades préférées. Cette rubrique ne peut pas intéresser ceux qui n’aiment pas marcher ou qui veulent prendre leur temps pour flâner ou magasiner. Elle n’intéresse pas non plus ceux qui habitant Londres recherchent juste une adresse pour aller prendre un thé ou passer une petite heure. Pour ceux-ci, il existe de nombreux   blogs regroupant les sites insolites comme le musée des transports, la serre du Barbican ou le sky Garden.

http://www.lespetitesjoiesdelavielondonienne.com/10-adresses-insolites-londres/

 Ou https://www.befrenchie.fr/visite-insolite-londres/

Les sources de mes Marches à Londres

Pour mes promenades, je m’inspire souvent des ouvrages et visites de Andrew Duncan et des excellents petits guides « walking London »  par Stephen Millar dans la collection Metro. https://metropublications.com/collections/metro-guides

 Une foultitude de ressources en ligne me servent de référence dont les magnifiques promenades proposées par la RATP locale, la TFL https://tfl.gov.uk/modes/walking

Je m’inspire des tours et coups de cœur personnels ainsi que des visites guidées . Et je pimente le tout d’articles lus dans la presse britannique. Enfin, je recours aux suggestions d’amis blue badge (les guides officiels de Londres). Je tiens ici notamment à remercier mon amie Florence Clarke pour ses précieux conseils et échanges.

Ici, je ne cherche pas à concurrencer les excellents guides de musées ou de ville ou les musées eux-mêmes qui regorgent d’informations précieuses sur leurs sites. J’essaye juste de partager mes envies et belles surprises hors de la foule et des lieux archi connus. Mes promenades s’attachent à des quartiers moins connus, pas forcément centraux et pas toujours folichons a priori. Certaines marches sont courtes (Harrow peut se parcourir en 1h) d’autres peuvent durer la journée (Hampstead) selon votre propension à marcher vite, flâner vous arrêter pour un café etc…

Des Marches à Londres pour Français

Comme je reste envers et contre tout conférencière française, l’idée est de regrouper des marches offrant un attrait culturel, architectural ou historique pour les Francophones. Contrairement aux sites ou guides traduits, mes références sont donc en lien avec l’histoire et les connaissances hexagonales.

 En bref, Mon but est de pimenter les fins de semaine en partant de points desservis par le métro. Je ne prends pas en considération le bus sujet à changements et travaux, ni la voiture trop difficile à garer dans la région londonienne. Vous ne trouverez pas non plus de conseils de haltes gastronomiques pour éviter toute déception due à une fermeture, une baisse de qualité ou des goûts différents. Mais je peux proposer des lieux où se désaltérer/ grignoter

Enseignes et autres décors étranges pour ponctuer les balades

Le long de ces marches vous rencontrerez des éléments insolites pour nous hexagonaux, ainsi que des petits trésors, parfois jalousement cachés. Qu’il s’agisse d’enseignes, de statues, de mobilier urbain ou de plaques chacun raconte une histoire et nous aide à mieux aimer Londres.

De la même manière, au risque de paraitre benêt, nous aimons bien photographier les cabines de téléphones, autobus à impérial, boite aux lettres si typiquement britanniques. Alors pourquoi ne pas inclure aussi dans ces promenades la jolie borne, l’enseigne originale ?

Les plaques, si londoniennes

Car, les plaques abondent à Londres. Notamment les plaques bleues rondes en céramique émanant de English Heritage, l’équivalent de nos Monuments Nationaux. Depuis 1866, cette organisation nationale a apposé pas moins de 950 plaques sur les murs ou monuments de Londres. Elles commémorent la naissance, ou le simple passage de personnalités. Elles apparaissent d’ailleurs comme un des symboles de la capitale britannique. A tel point que le English Heritage leur consacre un site : https://www.english-heritage.org.uk/visit/blue-plaques/about-blue-plaques/. De nombreux articles et tours leur sont consacrés et elles constituent un véritable objet d’adoration.

Pourtant vous risquez d’être surpris par la prolifération d’autres plaques. On en trouve par exemple des marron pour l’Art Society, des vertes lorsqu’elles émanent des quartiers de Westminster et Islington. La société des Transports, elle, appose des plaques rouges.

La corporation de Londres quant à elle, commémore des lieux disparus ou des personnages célèbres par des plaques bleu plus foncé et carrées. On l’aura compris, la chasse à la plaque est un sport typiquement londonien et il occupe beaucoup. Bien entendu, toutes les plaques ne nous concernent pas nous les Français. Et si je pointe allégrement celles portant sur nos célébrités, je passerai en revanche sous silence celles qui rappellent le séjour éclair d’un présentateur de la BBC des années soixante ou d’un poète intraduisible et donc quasi inconnu en nos contrées.

Voici donc résumé le propos de ces pages : marches, découvertes et jolis moments. Il ne vous reste qu’à chausser vos sneakers ou trainers pour me suivre !