Un week-end à Cancun

Pourquoi Cancun ?

Y aller

D’abord parce que Cancun n’est qu’à 45mn d’avion de Cuba et seulement quelques heures du Canada et que ce saut de puce se fait facilement sur le week-end et permet de recharger tellement !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20180408_130640-1024x768.jpg.

Ensuite parce que grace à Interjet l’AR n’est pas forcément très cher.

Interjet.com – Interjet® Hot Sale -60%‎  Adwww.interjet.com/Flights

Et encore parce que tout est si bien organisé sur place que c’en est presque reposant en venant de Cuba, notamment.

Dès l’arrivée, un guichet de change vous accueille puis les guichets des taxis, location de voiture, navettes d’hôtels ou de villes et bus vous attendent. Les bus sont très confortables, fréquents, sûrs et bon marché. Pour une personne ou 2, cela peut être une bonne idée.

Autobuses ADO  www.ado.com.mx

En outre, l’accueil local est un vrai bonheur : on vous propose de l’aide sans insister et on vous aide vraiment et avec le sourire sans attendre un pourboire, enfin si mais sans insister trop…

Se loger

Pour les hôtels, vous n’avez que l’embarras du choix entre Cancun et la Riviera Maya, avec quelques précisions peut être… Si vous ne voulez faire que des courses, mieux vaut prendre un hôtel dans le centre ville de Cancun. Si vous préférez la plage, la zone hôtelière de Cancun ou la Riviera maya sont préférables et si vous souhaitez visiter, le site le plus proche est Tulum à 1h45 de Cancun. Mais il y a aussi les cenotes (piscines naturelles) et le grand centre de loisirs Xcaret et bien sur le magnifique site maya de chichen Itza ‘à 2h de Playa del Carmen.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20180407_200913-768x1024.jpg.

Pour aller à Tulum et sur la Riviera Maya depuis Cancun ou Playa del Carmen, 4 possibilités : la location de voiture, le taxi (à arranger avec l’hôtel) ou la navette, le bus ADO ou les taxis collectifs pour les plus roots, très économique et facile. A Playa del Carmen il suffit de se rendre sur la Calle 2 entre la 15 et la 20, d’annoncer sa destination et de s’asseoir dans un minivan à air conditionné et de descendre quand le chauffeur vous l’indique.L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20180407_195158-1024x768.jpg.

Cancun est une grande ville, on peut préférer l’ambiance plus  balnéaire de Playa del Carmen et garder à l’esprit que si on dort dans un des hôtels de la Riviera Maya ou de la zone hoteliere de Cancun, il peut être plus compliqué de circuler vers les centres commerciaux ou les sites archéologiques. En revanche, si on loge dans le centre ville de Cancun, cela peut être plus compliqué d’aller à la plage. Et franchement il serait dommage de ne pas aller profiter de ces plages exceptionnelles….

Si vous préférez les vestiges mayas à la plage, regardez plutôt cette page : http://visitesfabienne.org/wordpress/week-end-a-merida-une-vraie-alternative-a-la-riviera-maya/

La Santeria

Le terme de Santeria regroupe un système religieux d’origine africaine très caractéristique de Cuba.

https://www.cubania.com/blog/cubania-2/post/sinitier-a-la-santeria-a-cuba-647

IMG  WA

Présence de la Santeria à la Havane

La Santeria est visible à Cuba et à la Havane. Dans les rues, les gens habillés en blanc  ont toute chance d’êtres des Santos. A moins qu’il ne s’agisse d’infirmières, vous pouvez voir nombre de novices. En apprentissage, ils suivent une année d’initiation et de purification vestimentaire alimentaire. Pour comprendre la phénomène, je vous conseille les magasins qui vendent des objets de culte afro-cubain. Vous les trouverez sur Aguila entre S Rafael et San Jose ou encore entre Belgica e Villargas dans Habana Vieja.

Yemaya et offrandes à Trinidad

On peut aussi se rendre dans la commune de Regla ou celle de Guanabacao où furent regroupés les Indiens au XVIe s avant de devenir centre de commerce des esclaves. Un musée de la Santeria y évoque la forte communauté noire de la ville et ses attaches religieuses.

http://visitesfabienne.org/wordpress/la-havane-lafricaine/

Enfin le Callejon de Hamel est une étonnante impasse peinte par l’artiste Salvador.  Le dimanche, la foule se presse pour assister à la rumba de midi. Salvador Escalonas, artiste autodidacte et Santo originaire de Camaguey, a peint ce petit boyau situé entre les rues Aramburo et Hospital. Ce muraliste très connu à Cuba a transformé en dix ans les murs lépreux en une galerie d’art doublée d’un lieu de culte à ciel ouvert. Il se définit lui-même comme celui qui peint les murs et qui envoie des messages à l’âme humaine.

Callejon de Hamel

La Casa Africa, coeur de la Santeria

Le plus simple est encore de visiter la Casa de Africa, à l’angle de Mercaderes et Obra Pia dans la vieille Havane.

Voulue par Fernando Ortiz à l’ origine de la collection, cette casa a été inaugurée par Eusebio Leal Sprenger, historien de la ville, le 6 Janvier 1986,. Elle propose une collection de pièces conservées jusqu’alors dans les réserves de la casa Obra Pia. Il s’agit de donations faites par des Etats africains par le biais de ministres, d’ambassadeurs. D’où des lacunes ou au contraire des pièces redondantes comme les défenses d’éléphants données par l’Angola.

La date d’inauguration est symbolique puisque dans la vie des esclaves, rares étaient les jours chômés. Le 6 Janvier, jour des rois mages était une des seules occasions où les esclaves pouvaient se retrouver en famille. C’était un jour de fête et de liberté pour eux. Ceux-ci étaient en effet séparés lors de leur arrivée sur l’ile et de leur vente. Ce jour de fête et d’extériorisation se caractérisait par des danses et de la musique et des cadeaux remis aux meilleurs.

Une présentation du commerce triangulaire

L’esclavage remonte à cette période où l’Afrique était dévorée par des guerres intestines. Le territoire africain a vu à cette époque la montée de grands empires : Ghana, Benin, Congo. Les ethnies battues voyaient leurs habitants vendus. Ils perdaient ainsi leur liberté. Ils arrivaient dans les caraïbes ou sur le continent américain où on les séparait pour les vendre. Les planteurs les achetaient selon leurs qualités physiques, leur force, leurs capacités.

Babalu Aye à la Casa Africa

La casa de Africa a deux objectifs :

  • Etude de l’histoire de l’Afrique subsaharienne (en complément à la casa de los Arabes qui s’intéresse à l’Afrique du nord)
  • Offrir un projet socio-culturel pour célébrer l’indépendance de chacun des pays africains.

Ce double projet éducatif passe par l’accueil des élèves du quartier dans le cadre de la restauration du tissu urbain de la vieille ville. Il s’agit d’un projet très intéressant pour familiariser les enfants aux musées. Ce qui implique également la tenue d’expositions et ateliers, notamment autour de la date anniversaire du 6 janvier.

La casa comporte une grosse collection permanente composée de 6000 pièces plus ethnographiques qu’archéologiques ou anthropologiques. Il s’agit plus d’artisanat que d’œuvres d’art. Le musée s’intéresse essentiellement aux divers modes de vie. L’Afrique n’est en effet pas monolithique ce qui explique la grande richesse culturelle ainsi que celle de Cuba qui reçoit ces différentes influences.

Organisation du Musée

Rdc : art des pays du Sahara occidental. Une carte de l’Afrique montre les différents systèmes religieux des peuples arrivés à Cuba. Des objets relatifs à l’esclavage expliquent la vie des esclaves : cuves de cuisson de la canne à sucre, chaines, menottes fouets utilisés contre les esclaves.

1er étage : manifestations artistiques et religieuses

Cet étage s’intéresse aux célébrations, rites et cultes et montre des objets utilisés pour la divination. Des chaudrons, miroirs, coquillages, des costumes reprennent ceux des rois et reines des royaumes déchus.

La Santeria apparait comme un système religieux d’origine africaine lié à la présence sur le sol cubain d’esclaves lucumis (Noirs Yorubas). Cette religion ou plutôt ces religions reposent sur un fond animiste, elles se transmettent par la tradition orale.

Religions de la vie et du foyer elles sont devenues un refuge et connaissent un renouveau même s’il n’existe pas de statistiques en la matière. Elles sont liées aux animaux aux plantes et adoptent une perspective symbolique et figurative. Comme en Afrique, le sacerdote (Santo) est à la fois philosophe, sage, botaniste, sorcier. ces religions sont dynamiques et vivantes et ne se réduisent pas à du folklore. Elles ne présentent pas de hiérarchie, pas de centralisation de pouvoir chaque groupe est autonome. Les babalaos (les sages) sont plus vieux et ont plus d’autorité.

D’une manière générale, on retrouve des idoles hiérarchisées assimilées aux saints chrétiens. Il semblerait que le clergé en place ait accepté ce syncrétisme. En effet, il permettait de laisser les esclaves à leur place tout en conservant aux vrais chrétiens une place de choix dans la société. Une autre interprétation repose sur l’idée que les esclaves eux-mêmes auraient assimilé leurs idoles au christianisme.

Coexistence Eglise et Santeria

Eglise et Santeria coexistent en effet. Il faut d’ailleurs être chrétien pour entrer en Santeria. Les esclaves cubains étaient considérés comme mieux traités que dans les autres colonies, il y eut d’ailleurs plus de mélanges et ce dès l’origine. Car les Espagnols arrivaient sans femmes. D’emblée la société cubaine a été mulâtre et a connu rapidement des affranchissements. Pour autant, les blancs ne sortaient pas la nuit de peur d’être agressés par des membres de ces sociétés qui en profitaient pour faire régner une sorte de terreur. La religion permettait ainsi de faire pression.

Les règles de Santeria

On considère qu’il y a 3 branches de cette santeria à Cuba à l’origine de l’identité créole cubaine. Chaque maison a sa tradition et ses règles.

  • 1- La règle de Ocha (orishas) est la plus étendue d’origine Yoruba- Nigeria.

Elle regroupe de nombreux Saints chacun associé à un costume, un type d’aliment.

– Oshun =virgen de Cobre jaune 1re femme à travailler le bronze= l’argent sensualité exaltation féminité, sucre associée au jaune, au sucré)

– Shango (rouge et blanc virilité coq et hache).

– Elegua (guerre, chemise noire).

-Virgen de Regla, Yemaya (la mer) jupes comme de vagues.

– St Lazare ou Babalu Aye . On reconnait ses adeptes, les enfants pauvres, vêtus de jute, couleur violette. Ainsi , lors de la St Lazare dans la nuit du 16 au 17 Décembre on mange des gateaux violets, on s’habille en violet.

  • 2- La règle de Palo Monte. Elle vient des esclaves Banu= Congo Angola Namibie Cameroun . C’étaient les esclaves de l’Afrique orientale. Cette règle est dédiée à la végétation
  • 3- La société secrète Abakua. Il s’agit plutôt de groupes séparés. C’est la première forme de Santeria installée à Cuba à l’époque coloniale espagnole où seule une société secrète pouvait survivre. Cette société secrète est surtout présente à la Havane et Matanzas. Elle n’existe qu’à Cuba, est uniquement masculine. Elle est ce qui se rapproche le plus de la sorcellerie. Il y a d’ abord initiation, investigation puis, à visage couvert, sous capuchons, danses chants, colliers verts jaunes. Elle a été très persécutée en 1881 avec l’interdiction des cultes criminels. Autour de cette société secrète s’est construit le stéréotype de groupes retardés de l’époque coloniale.

Ces sociétés secrètes viennent d’Afrique où elles constituent un ferment social : on y a apprend à cuisiner, on y enseigne les symboles attributs… En général, les rituels ont des objectifs positifs : soigner et trouver l’amour.

2 étage sud-est du continent (tabourets, objets)

La Vierge de Regla en Yemaya

Visites insolites a la Havane

Pour changer un peu des sempiternels tours de la vieille ville, j’ai mis sur pied un certain nombres de visites insolites.

Celles-ci sont en fait de deux types. Il s’agit d’une part de visites des lieux incontournables mais avec un regard différent. Mais, je propose aussi des visites de lieux méconnus ou oubliés.

Un autre regard

Dans cette rubrique je cherche à revisiter d’une manière personnelle les lieux connus de la Havane. En effet, les touristes lorqu’ils viennent veulent voir les essentiels, et c’est bien naturel. J’avais donc réfléchi à la manière de faire et refaire ces visites sans se lasser.

Vous trouverez dans cette section des itinéraires originaux mais dans des quartiers centraux comme la balade Art deco ou le Petit Wall Street.

Vous pourrez retrouver d’autres visites insolites dans mes balades du centre ville : sur les traces de Jésuites ou sur celles de Saint Francois.

Néanmoins, celle dont je suis peut être la plus fière est le Wall street de la Havane. C’est en effet en me baladant rue Obispo avec un groupe que m’en est venue l’idée. Je commençais alors un peu à me lasser de toujours montrer les mêmes bâtiments coloniaux . Je me suis alors rendue compte de l’architecture particulière d’une petite portion de cette rue.

Des façades colossales néo-classiques rappelaient les idéaux professés dans l’architecture publique et commerciale des Etats Unis. On retrouvait entre la rue Cuba et le Capitole de grands pilastres et frontons si typiques des bibliothèques, universités et banques américaines. Ils différaient totalement de l’architecture coloniale ou des autres constructions cubaines. Ne trouvant aucune explication dans la littérature cubaine, j’ai recherché dans de vieux guides et sur des sites anglo-saxons. Et j’en ai extirpé le terme de Wall Street havanais. De là, est née cette promenade qui a connu un vrai succès.

Des lieux insolites

Une deuxième partie s’intéresse à des lieux peu connus sur lesquels je suis parfois tombée par hasard. Ainsi en est-il des anciennes carrières aménagées en immeubles improbables. Dans le même registre, cette extraordinaire mosaique du patriarche orthodoxe recevant les clés de son église des mains de Fidel. L’église Russe, ou le petit baptistère de l’église Grecque cachée en plein centre ville sont autant de trouvailles incongrues au coeur de la vieille ville.

J’ai aussi eu la chance de faire partie d’un groupe de visites très actifs animés notamment par le bureau de l’historien de la ville. http://www.habananuestra.cu/ C’est grâce à ce groupe que j’ai pu découvrir le Chinatown cubain, les jardins de la Tropical ou encore Fusterlandia. https://visitesfabienne.org/fursterlandia/

Enfin des lectures personnelles m’ont permis de mettre sur pied des itinéraires comme la balade Art déco de rancho boyero, l’excursion à Regla, la balade pour mieux comprendre la Santeria. https://visitesfabienne.org/la-havane-africaine/

Que vous veniez pour la première fois ou la dixième fois, que vous séjourniez brièvement ou résidiez à la Havane, j’espère que ces idées de visites insolites vous combleront.

S’installer à Cuba

Avant tout soyez conscients que malgré le climat, la plage, le soleil, la musique et le rhum, s’installer à Cuba no es facil…..

La difficile recherche d’un toit pour s’instalelr à Cuba

S’installer à Cuba quand on vient travailler

No es facil parce que si vous venez sans travail il n’est pas facile d’en trouver un. Parce qu’il va déjà falloir obtenir un visa et sans travail on n’a pas de visa de travail….Et venir avec un visa de tourisme pour chercher du travail puis ressortir pour transformer votre visa en visa de travail est un peu olé olé…Bref vous l’aurez compris occupez-vous déjà d’avoir un travail puis du visa…Si maintenant vous suivez/ accompagnez/ retrouvez quelqu’un, vous jouirez d’un visa de tourisme à renouveler ou d’un visa d’accompagnant qui ne vous donnera pas droit à travailler.

Pour toutes ces démarches et les premiers pas, il est judicieux de contacter l’association Cuba Accueil qui propose un livret d’adresses : Cuba Accueil – La France à Cuba

www.ambafrance-cu.org/Cuba-Accueil

Une fois les soucis de travail, de visas passés, il va falloir obtenir une carte de résident (à renouveler) qui fera de vous des résidents temporaires. Vous en obtiendrez quelques avantages  (les entrées dans les musées en monnaie nationale notamment).

rue commerçante à Cuba

Se loger pour s’installer à Cuba

Puis, vont commencer les recherches de maisons, quasi introuvables en ce moment où la Havane explose face à l’afflux d’étrangers. En général les expats se retrouvent autour de Miramar, Siboney, voire pour les plus gâtés Cubanacan. Tous ces quartiers se situent à l’ouest de la ville. Si les budgets ne sont pas trop différents entre une maison et un appartement n’oubliez pas cependant qu’il faudra provisionner un jardinier, un gardien, voire un pisciniste…

https://visitesfabienne/vous-envisagez-de-demenager-a-la-havane/

Les reroupements étrangers doivent beaucoup à l’emplacement des 4 écoles internationales : Francaise à Siboney, internationale et espagnole et russe à Miramar.

Lycée Français de La Havane Alejo Carpentier

www.ecolehavane.org

Centro Educativo Español de La Habana: CEEH

www.ceehabana.com

Havana International School

www.ishav.org

Une fois les enfants inscrits, le conjoint au travail, il va falloir nourrir tout ce beau monde.

S’alimenter

S’installer à Cuba, c’est aussi comprendre comment s’approvisionner. Ainsi les supermarché. Le mot ne correspond pas à Cuba à ce qu’il recouvre ailleurs sauf si vous arrivez d’Afrique ou d’Afghanistan…En guise de supermarchés il vous faudra faire le tour d’une foultitude de petits magasins pour remplir vos placards, les plus connus étant .

Supermercado ave 3 et calle 70

Flores calle 176 e 1a y quinta

Palco, Calle 188 e/ 5ta. y 1ra. Rpto. Flores.

Un lien très utile pour les courses (en espagnol)

www.havana-guide.com/shoppinghavana.html Pregunta del siglo: ¿Dónde ir de compras en La Habana, Cuba?

Pour les légumes et fruits, les marchés les mieux achalandés se trouvent calle 42 et 19 (Playa), et 19 et B au Vedado. Sinon vous trouverez une multitude de petits vendeurs et marchés. Une fois installés, votre réseau vous permettra peu à peu de localiser viande, poisson etc…. Le poisson, les pommes de terre, les crustacés ne se vendent pas de manière officielle. Pour le pain et les gateaux si vous avez vraiment besoin de saveurs à la française :

Vincentina (Vedado) calle 23 e 18 y 20

Assucar (Miramar) calle 20 e 33 y 35

El Tunel  calle 19 e 44 y 46 (Playa)

https://visitesfabienne/se-nourrir-en-tant-que-francais-a-la-havane/

jour ordinaire de courses à la Havane

S’équiper pour s’installer à Cuba

Il reste maintenant à s’équiper. Commencer peut être par le site de revente.

Porlalivre: Inicio | Casas, Carros y Compra Venta en Cuba habana.porlalivre.com

Compra/Venta – Revolico www.revolico.net

Ne pas négliger les ventes d’expatriés en partance. Il faudra néanmoins vous méfier. Cuba est peut-être le seul pays au monde où les équipements usagés sont vendus plus chers que neufs…Incroyable ce qu’on peut voir sous prétexte de pénuries…

On peut faire des trouvailles dans les bazars internationaux. Il faut auussi faire marcher le réseau, je connais untel qui connait untel…Pas toujours facile mais incontournable…Les annonces de l’école, de l’ambassade voire de l’Alliance française  sont souvent indispensables.

Il y a des magasins de meubles à la Puntilla, à la Galerie du Paseo etc…. et des antiquaires qui ne proposent plus grand-chose de bien ancien. Surtout  les tarifs sont indexés sur les gouts du continent américain. Avec la chute des prix des meubles et objets anciens en France, ne comptez certainement pas faire des affaires. D’autant que si vous dégottez une belle affaire vous ne pourrez vraisemblablement pas la sortir du pays !!!

Bref s’installer à Cuba n’est pas qu’une partie de plaisir.

faire ses courses…

Cuba facil…

Cuba facil, no es tan facil…

Sous ce titre, l’idée est de faciliter le voyage, l’installation, mais aussi et surtout la compréhension de l’Ile. Je ne me substituerai pas aux sites, blogs, agences spécialisés. Mais je me contenterai de donner mes tips personnels sur la question. 

Des conseils ou des idées pour un Cuba facil, ou un peu plus facile

Pour avoir vécu 3 ans à la Havane, et  3 ans en province j’ai pu expérimenter un certain nombre de difficultés. Car comme le disent les Cubains no es facil…Ces difficultés concernent entre autres les déplacements, le logement , les télécommunications et l’approvisionnement. 

De quoi vous approvisionner : https://visitesfabienne/se-nourrir-en-tant-que-francais-a-la-havane/

Comment vous déplacer : https://visitesfabienne/cuba/infos-pratiques-sur-cuba/se-deplacer/

Quelques pistes pour vous loger : si vous vous installez :https://visitesfabienne/vous-envisagez-de-demenager-a-la-havane/

Si vous souhaitez juste vous loger, manger, vous déplacer ou vous connecter pendant votre voyage : https://visitesfabienne/cuba/infos-pratiques-sur-cuba/voyager/

L’idée de ce Cuba facil consiste donc à dresser l’inventaire de tout ce qui risque de surprendre, et d’agacer le voyageur mais aussi le résident. La liste n’est bien sûr pas exhaustive et chacun trouvera amplement de quoi lui plaire ou lui déplaire dans le pays.

Vous pouvez donc piocher dans mes conseils ou les trouver inutiles. Vous êtes également bienvenus pour apporter votre contribution. Dans mes dernières relectures j’ai essayé de gommer les tarifs, sujets à trop de hausses.  J’espère ne pas avoir laissé trop d’imprécisions.

Prix et salaires

Parlons déjà d’argent. Le pays vit avec deux monnaies, en fait trois. Cette schizophrénie vient de la volonté et l’impossibilité du gouvernement de disposer d’une monnaie indépendante.

Le dollar, qui reste néanmoins l’étalon de référence, étant interdit, une double devise s’est mise en place. D’une part le CUP, ou peso cubain qui est la vraie monnaie des cubains. Il représente l’unité de paiement des très maigres salaires locaux (en moyenne $15 par mois). Il n’est utile que sur les marchés locaux et dans les petites boutiques d’état. Celles dans lesquelles les Européens ne rentrent que par curiosité ethnologique. https://www.tourdumonde5continents.com/argent-bureaux-de-change-budget-quil-faut-savoir-daller-a-cuba/

Tout le reste de l’économie tourne avec des CUC, pesos convertibles. Le tourisme bien sûr mais aussi la vente et l’achat de biens et services “normaux”. Par normaux j’entends de standard à peu près occidental avec des prix souvent très supérieurs à ce que l’on rencontre sur nos marchés européens. Je nuance ici beaucoup la normalité car dans ces produits et tarifs dits normaux (habituels pour nous serait plus adéquat) j’inclue les produits d’entretien de mauvaise qualité, les céréales dépassant la date de péremption, les télécommunications. Tous ces produits et services nouveaux à Cuba et qui, quel que soit leur fraicheur ou leur qualité, marquent déjà un réel progrès pour les locaux.

Sachant qu’il faut 24 CUP pour 1 CUC vous mesurez combien la vie est dure pour les Cubains et comment peut être considéré le touriste ou étranger venant d’un pays développé. Dès lors, inutile de préciser que malgré les rapports élogieux sur la sécurité du pays, nul n’est besoin de tenter par trop d’ostentation. De même, il vaut mieux changer de l’argent dans les endroits sécurisés même si la queue aux banques, à l’aéroport est trop longue. Ou accepter le taux de change hurissant des hôtels.

Bref à Cuba rien n’est simple mais on peut aussi essayer de vivre un Cuba facile….

Cuba, conseils et itinéraires

J’ai passé 6 ans à Cuba. J’y  ai travaillé pour des agences de tourisme françaises et ai guidé de nombreux touristes. D’où ces quelques pages  sur Cuba, conseils et itinéraires.

Avant de partir, je vous conseille de préparer votre circuit et de réserver vos hébergements. Attention la capacité de ceux-ci étant inférieure à la demande, vous risquez de petites déceptions à l’arrivée (changement de dernière minute, overbooking…)

itinéraire La Havane-Trinidad-Santa Clara-Plages-Havane

Un exemple d’itinéraire :

-J1 : arrivée en soirée à l’aéroport de la Havane,. Armez-vous de patience pour la douane et les rayons X (arrivée et départ). Rangez tous les petits objets dans des poches. En effet, tout a tendance à glisser hors du tapis…. L’arrivée peut durer longtemps. Il y a des chariots au fond des halls d’arrivée. Transfert vers votre casa ou hôtel (30mn)

-J2: départ pour Vinales, sur la route, arrêt éventuel à Pinar del Rio

J3: Le lendemain, départ par Soroa  puis Las Terrazas.  Belles balades . Retour sur la Havane

J4 et 5 : la Havane visite, sous forme de promenade à pied, du cœur historique de La Havane, du Centro, ou des Musées (voir les différentes rubriques)

Si vous voulez vraiment sentir le Cuba des Cubains : rue Rafael jsute sur la droite du Grand Théatre Vous arriverez à la frontière de la ville touristique et de la ville cubaine, l’ambiance n’a rien à voir. Pour un bain cubain continuez San Rafael jusqu’à l’avenue perpendiculaire (Galliano) vous en prendrez plein le nez et les oreilles, mais asi es Cuba !!!!

J 6 Route vers Playa Larga (3h de route,).  Halte snorkelling un peu avant Puenta Perdiz (plage gratuite) ou à Playa Larga ou à Caleta Buena à côté de Playa Giron.  Visite du musée de Playa Gijon (baie des cochons). Route vers Cienfuegos (1h30 – 78km). Nuit à Cienfuegos.

J7 : Route vers Trinidad (1h30 de route, 85km), visite et nuit à Trinidad

J8 : Valle de los Ingenios , anciennes exploitations sucrières, Route vers Sancti Spiritus (2h), après midi et nuit à Sancti Spiritus

J10 : départ de  Sancti Spiritus pour  Santa Clara, arrêt et retour sur la Havane (4h) (éventuellement rajouter 2 jours pour profiter de la merveilleuse plage de Varadero. (2h de la Havane)

Des conseils pratiques

  • Attention au courant ! prises en 110 (américaines non anglaises)
  • Très peu d’internet, il vous faudra acheter des cartes etecsa à l’hôtel pour vous connecter si votre forfait ne passe pas
  • Evitez de changer de l’argent à l’aéroport, la queue n’en finit pas (kiosque à l’extérieur de l’aéroport). A La rigueur ce sera plus simple à l’hôtel, ou avec le chauffeur.
  • Téléchargez maps.me plus utilisable que Google maps à Cuba (offline)
  • Munissez-vous de ce dont vous avez besoin (livres, soin, biscuits, crème solaire, kleenex, nettoyant anti-bactérien…) vous risquez de ne pas trouver sur place
  • Prévoyez 3h d’avance à l’aéroport tout en sachant qu’il n’y a quasiment pas de boutique, que le « salon » ressemble à un mauvais café non refait depuis les années 1950 et que les en-cas y sont à pleurer….
  • Repas du soir environ 10CUC.Casas Particolares 25 à 40 CUC. Les casas peuvent s’occuper de réserver les taxis. Eviter le taxi collectif (qui vous prend en dernier et vous pose en dernier – plus rapide sur la route mais temps total le même) Petits déjeuners 5 CUC/ pers
  • Pour ceux qui veulent absolument louer une voiture (ce que je ne conseille pas du tout )http://www.booktocuba.com/

Saint François à la Havane…..

Sur les traces de Saint François à la Havane ? Voilà un itinéraire surprenant allez-vous me dire….

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Eglise-st-Esprit-benitier-768x1024.jpg.

Mais non Saint Francois n’est pas venu à la Havane. En revanche ses petits frères pauvres si! Et ils s’y sont promené, et ils y sont restés…Alors suivez-moi sur leurs traces. Vous pouvez aussi lire cet article http://www.psychologies.com/Culture/Maitres-de-vie/Francois-d-Assise

Et surtout le formidable livre de Jacques le Goff.

L’Eglise Saint-François d’Assise comme jalon

Nous commençons à l’Eglise st Francois d’Assise sur la place homonyme. Cette église du début du XVIIIe  fut détruite en grande partie par un ouragan . On la ferma ensuite . Puis, l’officine de l’historien de la ville entreprit de la reconstruire et de la réouvrir  en 1994 comme salle de concert. Son chevet plat suivait autrefois la ligne de côte. Il part en diagonale et se compense à l’intérieur grâce à un trompe l’œil architectural du meilleur effet. Il reste deux des trois cloitres d’origine, aménagés en musée d’art sacré. Du clocher, l’on jouit d’une des plus belles vues sur la vieille Havane.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Eglise-St-Francois-trompe-loeil-du-choeur-1024x768.jpg.

L’église se situe sur une place autrefois nœud commercial de la cité en raison de sa situation portuaire. Elle abrite d’ailleurs les bâtiments de la douane et la Bourse du Commerce tous deux des années 1910. La Bourse imite un palais florentin renaissance. Une statue de Mercure, parfaite réplique de celle de Gian da Bologna à Florence la couronne.

De Saint Augustin à Saint François

Nous prenons la rue Amargura jusqu’à l’angle avec Cuba pour rencontrer la très belle église des Augustins. Elle date de 1607 et sa restructuration remonte à 1860 au départ de la confrérie. Alors quel est son rapport avec notre Saint-François à la Havane? C’est en 1920 qu’arrivèrent les franciscains. De fait, ils avaient  perdu leur domiciliation première. On les logea alors chez les Augustins…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est eglise-St-Augustin-facade-768x1024.jpg.

Dans cette église, le prêtre italien parle de baroque mexicain même s’il s’agit plutôt d’un éclectisme néo renaissant bien réussi au demeurant.  On y retrouve une iconographie franciscaine sur la mosaïque du sol, les stucs des colonnes et pilastres ou encore les fresques. Les nervures des ogives quant à elles, reprennent le thème de la cordelette à nœuds fermant le manteau de bure des frères.

L’église fut fermée en 1965 et réouverte au culte 10 ans plus tard. Elle a fait l’objet d’une magnifique restauration . Aujourd’hui, on l’a considère comme l’une des plus belles églises  de Cuba. Quelques œuvres amusantes comme le Saint Francois au-dessus du portail latéral peint en si grand que le peintre faute de toile utilisa une voile. On reconnait également de belles images de la Vierge. En effet le culte marial a pris beaucoup d’importance dans l’iconographie franciscaine.

Dans la coupole, des fresques représentent les 4 piliers de l’ordre charité, obéissance, pauvreté et chasteté. Une jolie chaire de bois stuqué, complète la décoration. Dans l’ancien couvent en restauration,  un musée consacre ses galeries aux sciences et notamment au découvreur de la fièvre jaune le célèbre médecin cubain Carlos Finlay.

Sainte Claire et les Pauvres

Nous continuons maintenant la rue Cuba dans le quartier Saint Isidore en direction de l’Eglise du St Esprit. Au passage nous longeons (angle Luz et Sol) le Couvent des Clarisses, magnifique édifice néoclassique construit des 1644 et abandonné en 1922 . Sa restauration n’avance malheureusement pas du tout.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est eglise-st-esprit-cle-de-voute-1-768x1024.jpg.

A l’angle de Compostella, on arrive devant la très belle église du Saint Esprit. Il s’agit de la plus ancienne église de la ville encore debout. Elle servait de paroisse aux  noirs affranchis dans un quartier où se réunissaient les pauvres et les esclaves. Elle date de 1620 et est construite dans cette pierre conchifère si caractéristique de la ville. La nef unique nous plonge dans les origines de la Havane avec ses lignes très simples et une belle croisée d’ogives très pure au niveau du chœur. L’orgue, offert par la Suisse se distingue pour son acoustique. D’ailleurs il est le lieu d’étude des organistes du conservatoire. C’est la seule église de la Havane avec une crypte pour enterrer les morts. Dans la sacrisitie, se trouve un meuble étonnant, une commode construite dans un même tronc d’acajou immense. Derrière cette pièce voutée, s’ouvre le patio avec les bâtiments consacrés aux pauvres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est eglise-st-esprit-768x1024.jpg.

Nous terminons notre périple à l’église de la Pitié (la Merced) fondée  au 19e siècle à l’angle Damas et Cuba animée aujourd’hui par les Lazaristes. Cette magnifique église à la façade blanche illumine la jolie place complètement en ruine de sa décoration en forme de conque et s’orne de belles fresques.

https://www.universalis.fr/encyclopedie/lazaristes/

choeur de l’Eglise de la Merced

Les Pharmacies cubaines

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pharma-la-reunion-1024x768.jpg.

Les Pharmacies cubaines représentent de véritables institutions. On en trouve dans toute l’île de Cuba, ainsi la belle pharmacie Triolet de Matanzas.

http://visitesfabienne.org/wordpress/matanzas-des-ponts-metalliques-un-theatre-et-une-belle-pharmacie-ancienne/

Les Pharmacies cubaines, une véritable institution

A la Havane, les pharmacies remontent à 1598 quand Sébastian Milanes  et Lopez Alfar fondèrent deux établissements. Le premier dans la rue royale (aujourd’hui la calle Murallas) et ensuite près de l’actuel callejon del Chorro (près de la cathédrale).

En 1670, la ville comptait une douzaine de pharmacies. Elles profitèrent de l’augmentation de la production de canne à sucre de laquelle on tirait une eau de vie utilisée dans les recettes pharmaceutiques.

C’est surtout le 19e siècle qui fut à l’origine du développement de ces pharmacies dans l’ile quand les officines se séparèrent de la pratique médicale. Avec leurs comptoirs de marbre, leurs vitrines emplies de bocaux de porcelaine et de verre issus des progrès de l’industrie de la  céramique, les pharmacies devenaient des lieux décoratifs à part entière. Ce caractère élégant et luxueux fut renforcé par les étagères d’acajou. Elles remplacèrent les planches de pin rustique à l’époque du Dr Guillerm Lobe dont les reformes contribuèrent au développement commercial. Le Dr Lobe avait pour objectif de vendre dans son officine de Obrapia, entre St Ignazio et Cuba, les nouveaux produits pharmaceutiques issus des drogueries de France, d’Angleterre et des Etats Unis..

les Pharmacies de la rue Obispo

Tachequel, une des Pharmacies cubaines anciennes

Rue Obispo, le pharmacien Fransisco Taquechel fonda un établissement en 1898. Celui-ci gagna en notoriété à l’époque pour la qualité de ses produits et ses prix raisonnables. La boutique exhibe des pots français typiques du 19e siècle et quelques exemplaires du 18e.  . Elle présente aussi des livres de prescriptions et des instruments de l’époque. Elle vend encore des médicaments naturels, de l’homéopathie et d’autres produits cubains (miel, produits dérivés de dents de requin).

http://visitesfabienne.org/wordpress/pharmacies-taqchequel-la-havane/

Si c’est la plus récente des pharmacies de ce parcours,  elle a en revanche été la première à avoir été transformée en musée, ce en 1966. Et c’est la seule à s’enorgueillir d’albarelles, flasques et pot originaux. Le squelette fait partie de la collection personnelle du premier historien de la ville et n’est pas un membre de la famille Tachequel ou un quelconque patient…

La Pharmacie Tachequel à la Havane

Johnson, une pharmacie cubaine refaite

Dans la même rue, au 53, la pharmacie de Manuel Johnson a retrouvé sa splendeur du 19es avec ses albarelles, ses récipients de céramique. Elle vend aussi des médicaments et bocaux. Conçue d’abord juste à l’angle de la rue Cuba, elle s’est considérablement agrandie sous l’impulsion de se ses propriétaires Johnson et Johnson. Détruite par un incendie en 2006, elle a fait l’objet d’une restauration méticuleuse et expose le plus ancien livre de prescriptions.

La plus complète des Pharmacies cubaines, la Reunion

La plus belle rénovation reste cependant celle de la pharmacie la Réunion au 41 rue Teniente Rey y  Compostela (derrière la plaza Vieja). Elle appartenait au catalan docteur Sarra, premier président du collège de pharmaciens de la Havane. Ouverte en 1853, elle devint  la plus grande pharmacie de Cuba. C’était même une des plus importantes du monde. Elle commercialisait des recettes uniques comme la magnésie. Progressivement, elle a été agrandie par les successeurs pour gagner l’ensemble du paté de maison.

la pharmacie moderne

Elle a ensuite annexé l’autre coté de la rue avec une parfumerie (aujourd’hui la pharmacie moderne) et vers l’arrière (au niveau de la droguerie et de l’énorme coffre-fort). Puis, elle a ajouté un puits d’eau douce autrefois utilisé par les nonnes du couvent d’en face et par les gens du quartier. Ce puits d’eau permettait aux 6oo employés de ce véritable empire pharmaceutique de faire fonctionner les 3 étages de laboratoires et entrepôts.

Une pharmacie à la pointe du progrès

La pharmacie se voulait à la pointe du progrès dans tous les domaines : produits, flacons, publicité, diffusion (au moyen d’une flotille de camions). Le nom Reunion, inscrit sur tous les sols évoque l’association familiale et la réunion de plusieurs formes de pharmacopée (allopathie, homéopathie, plantes).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20160211_133629-1024x1024.jpg.

Elle compte trois grandes salles de vente, chacune dans un style à la mode au 19es (une néo-gothique, une classique).  Ses plafonds bleu pastel, ses vitraux et mamparas colorés, en faisaient l’un des plus beaux magasins de la ville. Outre les trois salles de la boutique, des laboratoires présentent une collection d’objets pharmaceutiques anciens. On y voit ainsi  un pèse personne, des balances. En outre seringues, pots à onguents, alambics mais aussi pots et flasques excavés à travers la ville y sont exposés.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est musee-de-la-Pharmacie-1024x1024.jpg.

La pharmacie réunit des fonctions muséales et commerciales. En effet, on peut toujours y acheter des produits pharmacieutiques. La famille Sarra est partie dans les années 1960 en Floride. L’ensemble a alors été nationalisée et restaurée en 2004 pour etre transformée en musée et lieu de vente de produits naturels. Car il faut bien le dire en matière d’antibiotiques et autres produits courants chez nous, les pharmacies cubaines sont vides.

Le bâtiment bleu magnifique et énorme occupe tout un pâté de maison. Une grande salle permet de rejoindre le coffre-fort, la droguerie avec un escalier majestueux. Un must !!!!

L’entrée est pour l’instant gratuite mais une muchacha vous poursuit pour demander une contribution… http://cuba-explore.com/es/attractions/view/368

Le Musée des Sciences Naturelles

Pour compléter ce que vous aurez pu voir dans les pharmacies, vous pouvez visiter le Musée des Sciences Naturelles. 3 cuc l’entrée sur la place d’Armes dans un bâtiment moderne. Franchement si vous avez des enfants c’est une heureuse surprise avec une jolie présentation d’animaux, de la terre, de Cuba.

Le Musée des Beaux-Arts de la Havane

Le Musée des Beaux-Arts de la Havane comprend un batiment des années 1950/60 consacré à l’art cubain  http://visitesfabienne.org/wordpress/beaux-arts-cubains/  et le Palacio del Centro Asturiano, imposant immeuble de style néoclassique. Ce dernier construit pour la communauté asturienne est devenu un musée depuis 1927. Il regroupe les collections dites d’Art universel . http://www.bellasartes.co.cu/

Le Musée des Beaux-Arts de la Havane se dresse face au Parque Central et au Gran Teatro de La Habana. Les tableaux et oeuvres exposés révèlent les goûts (et les moyens) de la bonne bourgeoisie cubaine d’avant la Révolution.

Les écoles du Nord au Musée des Beaux-Arts de la Havane

Juste après le guichet (5 CUP/ CUC), Sur la droite, on peut voir les peintures du continent américain, riches en Madonnes du sud du continent. Ainsi qu’un très beau Childe Hassam, Vue du Paseo de Prado. Au fond de ces salles,  l’ascenceur mène en haut du très beau batiment éclectique. On peut commencer la visite au 5e avec les écoles du Nord. L’école allemande possède  un joli Cranach, et des élèves du maitre. Chez les Hollandais, on distingue quelques beaux portraits de Van Dyck. Chez les flamands un Jan Brueghel le Jeune malheureusement mal exposé, sur une petite paroi mobile et obscure.

Les salles ont été réaménagées. Cependant l’éclairage n’est pas toujours optimal et le nombre important d’œuvres et l’absence de cartels explicatifs nuisent à la visite.

Une étonnante collection d’Antiques

Les troisième et quatrième étages sont occupés par l’importante Collection Lagunilla. On y trouve une Amphore panathénaïque et de nombreuses céramiques grecques. La disposition étouffe quelque peu la vraie richesse de la collection. Par manque d’espace, statues archaiques, classiques se mélangent avec les bustes hellenistiques. Ainsi, une tête ionique jouxte un buste classique, lui-même quasi adossé à des statuettes de Tanagra.et à une belle tête d’Alexandre le Grand.

On descend un niveau de mezzanine pour accéder à une enfilade consacrée aux étrusques, aux Romains et aux Egyptiens …. Et là quelques merveilles apparaissent dans le corridor entourant l’atrium. A commencer par le Papyrus Hood ou Livre des Morts de Bakenwerel, (assez moisi) découvert à Louxor, acquis par le comte de Lagunillas en 1949. Plus loin,  la Tête de la statue d’Amon, en basalte noir, dont le corps se trouve au musée du Louvre. Dans un recoin un sarcophage et surtout huit merveilleux portraits du Fayoum plongés dans le noir…. de nombreuses têtes et lampes romaines, une magnifique collection de verres, quelques mosaiques en tesselatum, une en opus vermicullatum. Malheureusement aucune trace  de provenance.

Collection française et italienne

En face la peinture francaise. La peinture du XIXe s est à l’honneur. Outre les pompiers (Bouguereau, Meissonnier) et troubadours,  on retrouve l’École de Barbizon. Les paysages de Millet, Daubigny, Corot, Troyon  ont eu leur heure de gloire chez les riches cubains. On trouve également un magnifique Courbet. Il cohabite avec  un tigre de Delacroix de jolie facture. Ingres nous gratifie d’un portrait disproportionné. Sur les murs bleus, ressortent également  un Greuze, deux  Vernet (le marseillais pas celui du templete). Malheureusement l’air conditionné est en panne depuis un temps indéterminé et les tableaux se craquelent et/ ou moisissent. On voit les champignons à l’œil nu !!!!!!!

http://visitesfabienne.org/wordpress/au-secours/

 

La collection italienne, pour sa part, montre l’hôpital de Chelsea vu par Canaletto, coupé en deux par le peintre lui-même. Il a cherché à vendre les deux moitiés. Aujourd’hui, une moitié du tableau se trouve à Norfolk (UK), alors que l’autre est exposée au Musée des Beaux-Arts de La Havane.

L’Espagne est sans aucun doute la mieux représentée avec des œuvres de Joaquin Sorolla, mais aussi de l’École du Greco, de Zurbaran et de Murillo, Ribera.

La vague de Courbet, au Musée des Beaux-Arts de la Havane

Le musée Napoléon de la Havane

Le bruyant quartier du Vedado  http://visitesfabienne.org/wordpress/la-havane/le-vedado/ offre de vraies merveilles et de véritables surprises, comme le Musée Napoléon de la Havane. Il s’agit peut être du plus exotique des musées de la Havane. Car on peut  se demander ce que fait Napoléon à la Havane.

Le grand salon du musée Napoléon de la Havane

La Dolce Dimora

Fondé en Décembre 1961, Le Musée Napoléon est le seul du genre en Amérique latine tant par le nombre et la diversité des collections que par leur valeur. La Dolce Dimora l’accueille. C’était la demeure de l’homme politique italo-cubain Orestes Ferrara Marino. Il la construisit entre 1926 et 1929 dans un style évoquant la Renaissance florentine.

Cette demeure magnifique héberge un fond thématique sur Napoléon 1er constitué en grande partie par la collection de Julio Lobo Olavarria. Ce dernier fit fortune dans le sucre. Il possédait 14 raffineries et était surnommé le tsar du sucre. Sa collection de peintures se trouve aujourd’hui au Musée des Beaux-Arts. Exilé aux US en 1962, l’industriel y mourut.

La disposition des galeries suit la chronologie de la période révolutionnaire, Directoire et Consulat (au rdc) à l’Empire (1er), aux défaites, à l’exil et à la mort (2nd ).

Dans le hall d’accès, le portrait du propriétaire des lieux Oreste Ferrara Marino nous accueille. Il se passionna par les luttes pour l’indépendance dans les Caraïbes. Avocat, écrivain, il participa au Gouvernement Machado puis Battista. Il devint alors diplomate en Europe d’où l’éclectisme de la maison. Ses voyages inspirèrent  ce palais florentin aux plafonds coloniaux, avec des vitraux quasi médiévaux. A la révolution, Ferrara était ambassadeur aux Etats-Unis et y resta. Sa maison fut alors convertie en musée en 1971 et on y exposa les collections napoléoniennes de Julio Lobo qui habitait esq 11 y 4 .

Du Consulat à l’Empire

L’escalier d’accès expose des gravures concernant la fin de la monarchie, notamment un émouvant billet d’adieu de Marie-Antoinette à ses enfants.

Le grand salon, éclairé par d’immenses vitraux retrace l’évolution de la période du Directoire, au Consulat, à l’Empire. Ce salon concentrait la vie sociale du propriétaire célibataire et diplomate. Le long de la paroi d’accès,  deux belles chaises Directoire signées Jacob ont été récemment restaurées et retapissées à l’identique. Juste au dessus on peut noter le tableau d’Edouard Detaille, La conquête d’Egypte. Cette toile annonce  l’orientalisme. Une gravure du sphinx, évoque également la campagne d’Egypte.

Sur le mur de droite, se détache un buste du 1er Consul par Canova. Au dessus d’une console de Thomire (bronzier) et Jacob (ébéniste), se trouve une belle horloge à mécanisme apparent. Au-dessus, un portrait à l’huile du Consul par Gros. Entre les deux vitraux, encore une belle commode Empire avec des éléments antiques, colonnettes, figures ailées. Ces figures féminines et animalières (comme les cygnes qu’elle introduisit à la Malmaison) témoignent de l’influence de Joséphine de Beauharnais.

Une collection de soldats de plomb polychromes évoque un siège. Juste à côté de cette bataille modélisée, se trouve un très beau guéridon de bois et émaux au pied orné de trois aigles. Le plateau représente les maréchaux d’Empire. Un siège curule montre combien le style empire emprunte au classicisme antique. Sièges de campagne pour les empereurs romains, ce type de tabouret, ici en bronze et tapisserie, fut aussi utilisé par les papes puis réactualisé par Napoléon et utilisé lors des cérémonies officielles par les Maréchaux…

De l’Empire à Sainte-Hélène

La petite salle en enfilade expose des armes blanches et armes à feu. Des sabres et pistolets voisinnent avec des uniformes et des accessoires parmi lesquels un des 16 fameux bicornes de l’Empereur. Dans une petite vitrine, on voit la longue vue utilisée sur l’ile de Ste Hélène. Cette collection montre les progrès de l’armement mais aussi du textile et de la passementerie.

Au 1er , l’étage noble s’intéresse à la formation de l’Empire et la division des territoires conquis entre les membres de la famille. On peut aussi admirer le luxe du Palazzetto. Au débouché de l’escalier, un tableau unique de Jean-Georges Vibert La répétition du sacre. On y voit le futur Empereur assis en compagnie de Joséphine et de prélats. Napoléon installe des miniatures représentant les participants au sacre sur le plan de Notre Dame de Paris et en supprime d’autres…

Au fond de la petite galerie, un grand vase de la manufacture de Sèvres, signé Després illustre le sacre mais aussi les symboles napoléoniens. Il porte le monogramme, l’aigle,. Au mur, des portraits de la famille, Jérôme, Joaquim Murat par Gros.

Des souvenirs étonnants

La galerie puis le petit salon proposent des toiles et sculptures évoquant la famille de l’Empereur. Des meubles de salon de la Villa de Prangin recréent la résidence de Jérôme en Suisse. Un lustre de Percier et Fontaine offert par Napoléon à Joséphine au retour de la campagne d’Italie éclaire la  pièce.. Elle donne sur une salle à manger fabriquée par des ébénistes cubains selon l’opulence de la société française du XIXe siècle avec une belle vitrine de porcelaine de Sèvres.

Dans l’escalier, un tableau de Luca Padillo causa un faux espoir lors de son nettoyage. Passé aux rayons X, il laissa apparaitre la signature de Goya…Malheureusement, il s’agit d’une toile récupérée au grand maitre, recyclée en scène de bataille…

Le 2e étage offre un ensemble de bureau et chambre ainsi que des objets liés à la mort de l’Empereur.  La vitrine du corridor exhibe des souvenirs étonnants comme une pierre de Sainte-Hélène. On découvre avec incrédulité la brosse à dent, une molaire de l’Empereur.  Julio LObo avait même acquis le fac similé d’une lettre d’amour à Joséphine. Dans la chambre, ’un redoutable tableau sur la mort de l’Empereur surmonte le lit. Une petite vitrine exhibe la montre de poche (offert par les descendants du médecin à Raul Castro lors de son mariage). Le couvre lit et  le masque mortuaire ramené à Cuba parproviennent  de Antonmarchi, le médecin de Napoléon, venu mourir à Cuba. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Antommarchi

Le 3e étage du Musée Napoléon est occupé par la bibliothèque  riche de 4000 ouvrages. Son style n’a rien à voir avec le reste du musée.

https://www.napoleon.org/en/magazine/places/museo-napoleonico-cuba-2/