La Forteresse Royale de la Havane

La Havane

La Forteresse Royale est, le plus ancien bâtiment de la Havane (1579). La structure bastionnée, les terrasses de tir l’ancrent bien dans le 16e siècle. En revanche, les douves et pont-levis par lesquels on y accède, rappellent les constructions du Moyen Age. C’est aussi  l’un  des  édifices les plus connus de la Havane avec sa tour d’angle.  La célèbre  Giraldilla (1734) inspirée de Séville et symbole du célèbre rhum Habana club la surmonte.

Un dispositif de forteresses

La forteresse Royale et les forteresse de la Cabana et des Rois mages qui lui font face, ainsi que San Salvador de la Bahia, constituaient les seuls bâtiments de pierre dans une ville de bois. San Salvador et la Cabana, à l’entrée de la baie de la Havane, étaient peintes en jaune et rouge. Cela annonçait les couleurs du drapeau espagnol à tout bateau entrant dans la rade.

 Les forteresses du Prince, de Santa Clara (actuel Hotel Nacional) et Atarez  complétèrent ensuite le dispositif. Les Espagnols protégèrent ainsi complètement la ville emmuraillée au niveau de l’actuel Paseo de Marti.

La Forteresse Royale servit d’abord de résidence aux capitaines généraux et gouverneurs de Cuba. Puis elle abrita le Trésor. Après 1762, année où elle résista vaillamment aux assauts des anglais, elle accueillit la troupe. De 1899 à 1906, elle hébergea le batillon d’artillerie puis la Bibliothèque Nationale et enfin un centre de conservation. Après la période révolutionnaire, la Forteresse Royale devint musée des armes puis de la céramique. Depuis 2008, s’y trouve un musée de la Forteresse et de la conquète de l’Ile.

Sur la terrasse d’entrée, de nombreux canons accueillent le visiteur. Le plus grand de 22 tonnes date de 1876. Les petits canons remontent au XVIIIes. Les exemplaires que l’on voit dans les rues de la Havane sont, quant à eux, des reproductions.

La forteresse, construite en retrait par rapport à la mer, n’offrait pas une visibilité suffisante. Une cloche permettait de prévenir des incendies, innondations et invasions. L’originale se trouve dans le musée. Elle voisinne avec l’original de la statue de la giraldilla, réparée.

La première salle montre la maquette du fort ainsi que l’image la plus ancienne de la ville en 1517.

Les collections archéologiques de la forteresse Royale

Des vestiges archéologiques, outils, coquillages, boutons, exhumés des latrines, évoquent l’histoire de la ville et du fort. A commencer par une pirogue Tainos, rare souvenir des populations autochtones, vite décimées par les conquérants. Leur arrivée est évoquée par des maquettes des caravelles de Colomb. Des boulets de canon, des fragments de céramique et des cartes complètent cette référence historique.

On aborde alors la période coloniale de l’Ile avec le résultat de fouilles sous marines. Celles-ci illustrent la place de Cuba dans le commerce maritime. Des coffres emplis de monnaie, des bijoux attestent des trouvailles faites au fond de l’océan. Des instruments  rappellent les difficiles conditions de navigation. La Havane était alors une ville de passage, escale sur la route de Veracruz. De nombreuses amphores de transport en attestent ainsi qu’un trésor de 30 000 pièces de monnaies et or.

Les salles suivantes évoquent la construction navale au moyen de maquettes de bateaux. L’arsenal construisit dès 1722 des bateaux de cèdre réputés insubmersibles, ils duraient en moyenne 50 ans. On voit la magnifique maquette du plus grand bateau de ligne la Santissima Trinidad qui s’illustra à la bataille de Trafalgar et fut coulé au large de Cadix.

On peut parachever la visite du fort sur la terrasse d’où l’on jouit d’une belle vue sur le port de la Havane.

Bataille de La Havane (1762) — Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_La_Havane_(1762

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.