Les provinces orientales de Cuba

Route Cuba

 

Les provinces orientales sont un peu le parent pauvre de Cuba. Les visiteurs limitent le plus souvent leurs exploration de l’Ile à la capitale, Vinales à l’Ouest et Trinidad  à l’Est. Pourtant le vrai Cuba profond commence au delà de cette zone et il offre des expériences uniques. L’occasion de découvrir des régions moins connues, plus chaudes, plus authentiques également…

A l’est de la capitale, un peu de nouveau

Cuba s’étend en longueur sur 1200km affectant la forme d’un lézard. De ce fait, les paysages entre la pointe est et la pointe ouest diffèrent totalement. Ce que l’on dénomme à Cuba provinces orientales commence au delà de Camaguey. Cependant par facilité, j’évoquerai dans un premier temps les provinces à l’Est de la Havane, en fait provinces centrales.

Il s’agit ici de la province de Matanzas, dont j’ai parlé rapidement dans un précédent article.https://visitesfabienne.org/matanzas-des-ponts-metalliques-un-theatre-et-une-belle-pharmacie-ancienne/ .Mais aussi des provinces de Sancti Spiritus, Cienfuegos et Villa Clara. Celles-ci sont largement fréquentées en raison de leurs magnifiques plages (essentiellement sur la côte nord) et pour la beauté des villes coloniales. 

Pourtant au delà de Sancti Spiritus, l’autoroute déjà peu fréquentée devient déserte. Et lorsque l’on utilise le vocable d’autoroute à Cuba on sous entend un concept qui n’a rien à voir avec les quatre lignes bitumées et séparées par un terre plein central de quatre autres voies de circulation comme dans le reste de l’univers, en tous cas en Europe ou Amérique du Nord. Ici l’autoroute est une route longue, souvent sans marquage, parfois sans revêtement. Et la parcourent une foule d’engins ou d’animaux difficiles à identifier. Promeneurs, vélocipédistes en sens contraire, chiens errants, tracteurs, tout peut jaillir à un moment ou un autre sur les routes cubaines, même les plus grandes.

Au delà de Sancti Spiritus, donc, on parvient dans quelques zones mortes au tourisme. Ciego de Avila et Las Tunas ne donnent guère l’envie de s’y arrêter. En revanche les cayos qui s’étendent au nord de ces provinces deviennent peu à peu des paradis pour touristes. Les retombées de cette manne provinciale profitent aux capitales provinciales, notamemnt Sancti Spiritus qui profite de l’attrait pour Trinidad, Camaguey et Holguin qui reçoivent les touristes en partance pour Cayo Coco ou Guillermo ou pour Guardalavaca, Santa Clara point de départ pour Cayo Santa Maria.

L’Extrême Orient cubain

L’extrême Orient de l’Ile est pour le coup le réel parent pauvre. A tel point que ses habitants sont qualifiés de Palestinos par les Havanais notamment. Plus on s’éloigne de la capitale plus l’impression de remonter le temps et de descendre l’échelle de la pauvreté s’imposent en effet.

Dès son premier voyage en 1492, Colomb aborda à l’extrême est de l’Ile, à Baracoa. Puis les colons fondèrent 7 villes en partant de ce point de départ initial. Pourtant, un siècle plus tard, l’une des dernières nées, la Havane, s’imposait comme capitale,rejetant les provinces orientales dans la pauvreté.

Car ces provinces, plus proches de Haiti, subissaient des aléas climatiques plus violents. Par ailleurs cette région fut le point d’arrivée des planteurs et de leurs esclaves après la révolution. Comme les terres se prêtaient bien à la culture du café (autour de Santiago) et de la canne à sucre, les plantations prospérèrent. La population de cette zone est donc aujourd’hui plus colorée que celle plus hispanique de la région de la Havane. Enfin le climat y diffère sensiblement : plus chaud plus lourd.

Ces éléments donnent aux régions de l’est une identité et une atmosphère bien diférente de celles de la capitale, qui par contraste parait très européenne. On est ici plus dans le domaine africain. A Baracoa où subsistent les derniers vestiges de forêt primaire. Ou à Santiago, la deuxième capitale de l’Ile belle ville coloniale. La ville vaut d’y rester quelques jours pour en apprécier la Plaza mayor, avec la maison de l’horrible Diego Velasquez, une des seules maisons cubaines vraiment espagnole. La forteresse Saint-Pierre, bien conservée, inpressione toujours.

Tout pès, la Basilique du Cuivre reste le lieu de pélerinage le plus important de l’ile. C’est l’un des rares endroits d’où l’on puisse profiter de la Sierra Maestra, sinon zone militaire. Fidel Castro originaire de la région a rendu à sa ville ses lettres de noblesse révolutionnaire en 1956 lorsqu’il a attaqué la caserne Moncada. Il est aujourd’hui enterré au cimetière local Sainte Iphigénie, tout comme le héros national José Marti. Son convoi funéraire a d’aillers pris le chemin inverse de celui de la conquète révolutionnaire quelques 60 ans plus tôt.https://www.cubatravelnetwork.com/cuba-destinations/destination/santiago-de-cuba-city Cette petite vidéo montre la beauté du site, les lieux à voir et l’importance de la musique à Santiago.

On revient vers le centre de l’Ile par Bayamo, lieu de naissance de Carlos Manuel de Cespedes, ville restée très provinciale. Une autre oubliée est Camaguey, jolie petite cité coloniale célèbre pour ses poteries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.