De la Révolution à la Dénonciation

IMG

S’il est un lieu extraordinaire c’est le Mémorial de la Dénonciation, sis dans le quartier élégant de Miramar à l’angle de la Quinta et de la 8eme rue. Il fait pendant au célèbre mais poussiéreux Musée de la Révolution. Ce dernier est hébergé dans l’ex magnifique Palais présidentiel. Il présente une muséographie pour le moins datée pour évoquer les personnages, lieux et dates incontournables de la Révolution à grand renfort de vieilles photos en noir et blanc, coupures de journaux d’époque.

http://www.lettresdecuba.cult.cu/?q=articles/le-m%C3%A9morial-de-la-d%C3%A9nonciation-o%C3%B9-la-m%C3%A9moire-grandit-aujourdhui.html

Un musée tout neuf

En revanche, Le Mémorial de la Dénonciation, est flambant neuf. Il recourt aux écrans et autres medias modernes pour rappeler les luttes, attaques en tous genres subies par Cuba depuis 1959. U

Un bel hôtel particulier remis à neuf pour l’occasion permet de découvrir la politique locale sous un angle particulier : celui de la propagande. Les moyens déployés dans ce projet pédagogiques sont particulièrement impressionnants dans un pays pauvre. Ils attestent de l’importance de la guerre psychologique qui sévit toujours contre le grand voisin américain. Les salles bien équipées donnent à voir des visuels interactifs sur les différentes campagnes et opérations militaires, mises en oeuvre par les Etats Unis pour interférer sur l’ile et les réponses aux tentatives de déstabilisation. Peu d’objets sinon cette balsa, type de radeau de fortune sur lequel tant de Cubains ont fui la misère de la période spéciale.

Lecture cubaine de la Révolution

On entre donc dans cette belle demeure avec à gauche une librairie vendant des Bandes dessinees cubano cubaines en monnaie nationale. Tout proche, un guichet dans lequel baille une guichetière. Précisons que le musée est gratuit alors que celui de la Révolution coûte 10 cuc pour les étrangers. Sur la droite, une salle retrace les différentes opérations menées pour faire tomber le gouvernement. Un escalier mène à l’étage sur fond de petites croix . Celles-ci évoquent un sanctuaire aux victimes de ce terrorisme sournois.

L’étage est consacré aux violences subies et aux victimes cubaines du terrorisme essentiellement nord-américain. Le décor se veut austère avec ses fils de fer barbelés. Une passerelle relie la demeure à une extension moderne. On y descend pour s’intéresser à l’immigration cubaine.

En bref, un point de vue très local pour aborder l’histoire de Cuba depuis la Révolution mais nécessaire pour vraiment comprendre le pays aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.